Occitanie

Technologies

Robotics Place crée un robot nettoyeur pour Veolia

Par Fleur Olagnier, le 26 novembre 2019

La première édition du Robotics Place Day a été l'occasion pour le cluster de présenter son premier grand projet. Cinq membres de l'association - Antracite, Tecnalia, Sogeti, Magellium et Airod - ont conçu pour Veolia un robot unique en son genre capable de nettoyer les canalisations souterraines.

Laurent Latorse, président du cluster Robotics Place et de la société Airod.
Laurent Latorse, président du cluster Robotics Place et de la société Airod. — Photo : Agnès Rouvière

Créé en 2012, le cluster Robotics Place (84 membres) a organisé sa première convention B to B au B612 fin novembre. Destiné à être annualisé, l’événement a été l’occasion pour l’association de présenter son premier projet abouti, réalisé en « coopétition » par cinq de ses membres. « J’aime à dire qu’aucune société du cluster n’est experte en robotique car le domaine est extrêmement large : mais nous pouvons l’être ensemble, commente Laurent Latorse, président de Robotics Place et d'Airod Technologies. En alliant nos compétences, nous avons développé un robot nettoyeur de canalisations pour Veolia ».

Un robot en impression 3D

Livré en juillet 2018 et protégé par un accord de confidentialité, l’engin fabriqué en impression 3D permet de nettoyer les canalisations souterraines en limitant l’utilisation d’eau. Il évite également de bloquer les rues à la circulation pendant l’intervention. L’analyse terrain des méthodes de travail et le design du robot ont été confiés à l'entreprise Antracite, tandis que Tecnalia s’est chargé de la conception mécanique. Magellium a travaillé sur la vision et l’analyse du tuyau avant et après nettoyage, et Airod sur la fabrication du prototype, l’industrialisation et les coûts. Enfin, Sogeti High-Tech (filiale de Capgemini) s’est occupé de la gestion des communications.

Un projet avec l'aéroport de Singapour

Depuis deux ans, Robotics Place a finalisé 20 projets pour 300 K€ de CA. Ceux actuellement à l’étude représentent plusieurs millions d’euros potentiels. « Nous avons créé une charte et un comité éthique pour définir précisément la manière de répondre aux appels d’offres par groupes d’entreprises, souligne Laurent Latorse. Il est ainsi possible d’attaquer des projets de grande envergure, auxquels de petites sociétés ne pourraient pas s’attaquer seules ».

Le cluster a notamment été contacté par l’aéroport de Singapour pour limiter la mise en danger du personnel lors d'interventions sur avion au sol en cas d’orage et de risque de foudre. Des opérations pourraient en effet être robotisées comme le blocage des roues, le branchement de l’avion à une prise électrique ou l’ouverture de la soute à bagages. « Les plus sensibles sont celles où le personnel doit toucher la carlingue de l’avion », précise le président d’Airod.

L’équipe innovation de l’aéroport de Singapour-Changi est venue à Toulouse en juin 2019, afin de rencontrer les équipes notamment d’eXcent, Blanc-Tailleur, Magellium et Tecnalia. Une visite à Singapour est aussi prévue en décembre pour se rendre compte des enjeux in situ. « Robotics Place a été capable d’attirer à Toulouse une société provenant de l'autre bout du monde », s'enthousiasme Laurent Latorse.

Laurent Latorse, président du cluster Robotics Place et de la société Airod.
Laurent Latorse, président du cluster Robotics Place et de la société Airod. — Photo : Agnès Rouvière

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.