Toulouse

Ressources humaines

Pourquoi Talao veut lever 60 millions d'euros en cryptomonnaie

Par Juliette Jaulerry, le 19 avril 2018

La plateforme Talao met en relation entreprises recruteuses et experts indépendants. La jeune entreprise toulousaine se tourne vers la blockchain et veut devenir leader mondial sur ce marché. Pour cela, elle lance une levée de fonds de 60 M€ en cryptomonnaie, ce qui serait la plus grosse ICO (levée de fonds en monnaie virtuelle) française à ce jour.

Nicolas Muller, président et cofondateur de Talao.
Nicolas Muller, président et cofondateur de Talao. — Photo : Talao

En lançant la plus grosse ICO (Initial Coin Offering, ou levée de fonds en monnaie virtuelle) de France pour récolter 60 millions d’euros, Talao voit grand. L’entreprise toulousaine veut devenir l’acteur référent mondial sur le marché du recrutement d’experts. Derrière cette opération, voilà un entrepreneur qui croit dur comme fer au grand boum du travail indépendant. « Il y a aujourd’hui 100 millions de d'indépendants dans le monde et il y en aura de plus en plus. Seulement 20 % passent par une plateforme en ligne pour se vendre. Donc un très vaste marché à conquérir et à organiser », anticipe Nicolas Muller, président de Talao, dont l’activité consiste à mettre en relation entreprises et experts indépendants. Sont visés les métiers liés aux hautes technologies, dans l’aéronautique et le spatial, l’énergie et bientôt l’automobile, la robotique, l’industrie pharmaceutique.

L’activité a démarré en mai 2015 avec le lancement de la plateforme EMindHub. Celle-ci référence aujourd’hui 30 000 experts et a géré un millier de demandes en 2017 pour plus d’une quarantaine de clients recruteurs. Parmi ceux-ci : Airbus, Assystem, Areva. En deux ans, l’entreprise avait déjà levé 1,7 million d’euros auprès d’investisseurs privés. Cette année, elle veut accélérer et lever 20 M€ entre mai et juin, puis 40 M€ en 2019. Et cela grâce à une levée de fonds des temps modernes qui combine financement participatif et cryptomonnaie.

Le tournant de la blockchain

Le grand tournant date de février 2018, lorsqu'EMindHub devient Talao, pour Talents Automous Organisation. Nicolas Muller, ses associés principaux Denis Lafont-Trevisan et Thierry Thévenet et ses partenaires décident de se tourner vers la blockchain avec trois objectifs en tête : supprimer les intermédiaires entre recruteurs et experts, s’organiser comme une coopérative où chaque expert est maître de ses données et de sa réputation, et enfin permettre à ceux-ci de maîtriser l’évolution de la plateforme. Un système qui se veut indépendant et 100 % sécurisé. D’où viendront les ressources de Talao (10 salariés permanents installés à Toulouse et Paris ; CA prévisionnel 2018 : 800 000 €) ? Un accès premium payant permettra au client d’optimiser son annonce ou de se créer une place de marché privée. « Question business model, notre objectif est de nous rémunérer en tokens (jeton numérique, ndlr), grâce à notre levée de fonds sous forme d’ICO. Et ces tokens, à nous de les valoriser », explique Nicolas Muller.

L'agence Havas pour partenaire

Une première opération de prévente privée a démarré en mai. Elle ouvre au grand public en juin avec un token fixé à 0,65 centime de dollars. Les acheteurs visés sont les crypto-investisseurs et les experts eux-mêmes. Havas fait partie des partenaires de poids de Talao et se charge de la communication mondiale via les réseaux sociaux, la presse spécialisée et des roadshow organisés en Asie, en Russie et en Europe. Quand on vise les 5 millions d’experts référencés dans les cinq ans à venir, il faut mettre les gros moyens.

Nicolas Muller, président et cofondateur de Talao.
Nicolas Muller, président et cofondateur de Talao. — Photo : Talao

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.