Politique économique : Si j'étais président...

Par Laurence Le Gall, le 06 avril 2012

Quelles mesures économiques prendriez-vous si vous étiez élu président de la République ? Plusieurs dirigeants de la Haute-Garonne ont accepté de jouer le jeu avec un regard pragmatique sur les difficultés auxquelles les PME sont aujourd'hui confrontées.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises





Reverser la part patronale des charges sociales aux plus petits salaires

«Il faut une économie solidaire, notamment à destination des emplois précaires et saisonniers : les charges sociales représentent la moitié des salaires. Afin d'aider notamment la main-d'oeuvre des secteurs agricole et agro-alimentaire, il faudrait exonérer les patrons de charges sociales et reverser ces sommes aux employés qui touchent seulement le Smic, voire moins.»




Revenir à des plans

«Les mesures se font au coup par coup. Or, les politiques doivent créer des perspectives par une vision d'au moins cinq ans en ramenant de l'éthique et de la solidarité dans leur programme, pour nous c'est le rôle véritable des politiques. Nous travaillons à l'aveugle car nous manquons d'orientations. La PAC avait l'avantage de donner des perspectives. Malgré tout, nous arrivons à essayer de garder le cap mais ce n'est pas évident. En essayant de faire sans cesse du neuf, les dégâts collatéraux sont importants. Nous en subissons les conséquences et cela nous freine.»


Légiférer sur la parité

«On nous parle de charte et de plans d'action sans jamais rien imposer. J'obligerais par une loi la stricte égalité homme-femme dans les conseils d'administration et les comités de direction, avant la fin de l'année. Pour cela, je proposerais d'élargir ces instances. Cette mesure ferait bouger les structures et les directions d'entreprises.»


Créer un crédit d'impôt export

«Il faut diminuer le crédit d'impôt recherche dont bénéficient les grandes sociétés car trop d'abus ont lieu. Le montant libéré pourrait être dédié à un crédit impôt export, une nouvelle incitation fiscale à aller à l'international».




Réduire les charges «Les entreprises sont trop taxées. Cela se répercute sur les niveaux des salaires qui sont trop bas. Il faudrait donc diminuer les charges et en faire bénéficier les salariés. Leur pouvoir d'achat serait bien meilleur.»


Imposer aux banques desubvenir aux besoins des PME «Beaucoup d'entreprises sont en difficulté car elles manquent de financement à court terme. Elles auraient besoin d'un coup de pouce des banques qu'elles n'ont pas. Le risque est alors de voir émerger des chômeurs supplémentaires. Certes, il existe Oseo mais cet organisme n'est pas suffisant.»


Réglementer la Sfac (société française d'assurance crédit)

«La Sfac devient un organisme trop puissant. Les fournisseurs regardent systématiquement la cotation Sfac d'une entreprise. Or si cette cotation se dégrade et passe à zéro, il n'y a plus de fourniture possible. La Sfac est un levier important qui peut faire autant de bien que de mal à une entreprise. J'essaierais donc de l'encadrer par une nouvelle réglementation.»

Réduire le train de vie de l'État
«Parmi les premières choses à faire, amoindrir le train de vie de l'État. Ce serait déjà un bon départ!»

Simplifier les formalitésadministratives
«Je m'attacherais à réaliser une simplification de tout ce qui a trait aux formalités administratives. C'est une perte de temps considérable et cela a également un coût important pour les entreprises.»

Recadrer les banques
«L'État doit intervenir auprès des banques pour qu'elles jouent plus leur rôle de financeur de l'économie car, d'une façon générale, elles oublient de faire leur métier.»

Repenser et favoriserl'industrie française

«Il faut revoir le système éducatif qui, depuis plus de trente ans, a défavorisé et marginalisé l'enseignement technique.»

Favoriser le soutien des start-up par les grands groupes
«Aux États-Unis, le Small Business Act impose aux grands groupes industriels d'acheter des prestations auprès des petites entreprises. Cela participe au développement des jeunes pousses. Il faudrait mettre en place une loi équivalente afin que les "grands" ayant des fonds aident les plus petites structures. Cela pourrait être déduit de leurs impôts. Il faudrait que ce partenariat soit reconnu et valorisé avec des mesures incitatives.»
Favoriser et aider l'embauche
«Il est essentiel de créer des mesures favorisant l'embauche, notamment pour les profils business et financiers, domaines où les jeunes entreprises ont besoin de se structurer très tôt. Il faudrait donc mettre en place des aides spécifiques. Certains profils pourraient être éligibles au crédit impôt recherche. Il serait également possible de diminuer les charges patronales afférentes à ces postes. Les groupements d'employeurs, structures qui existent déjà aujourd'hui, peuvent également aider au partage de ces embauches. C'est à la fois sécurisant pour les personnes embauchées car elles bénéficient d'un CDI à temps plein et c'est une valeur ajoutée pour les start-up qui en bénéficient à temps partagé.»
Inciter l'entrepreneuriat
«Pour favoriser l'entrepreneuriat, plusieurs scenarii sont possibles comme le développement d'incubateurs dans les grandes écoles et les universités avec un module spécifique d'enseignement sur l'entrepreneuriat. On peut aussi imaginer la création d'une enveloppe financière pour les personnes souhaitant développer leur entreprise».





Lire aussi en page37le programme entreprises des dix candidats.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture