Toulouse

Technologies

Morio connecte les vélos pour les protéger du vol

Par Fleur Olagnier, le 17 octobre 2018

Morio équipe les flottes de vélos électriques des entreprises de traceurs connectés collectant des données. Forte de 500 traceurs vendus, la start-up toulousaine développe également un outil de maintenance prédictive et s'attaque au marché du tourisme. Un concept unique en Europe.

Adrien Rambaud et Jean Venet ont quitté Lyon pour s'installer à l'IoT Valley, près de Toulouse, afin d'y développer un traceur GPS antivol pour les flottes professionnelles de vélos électriques. — Photo : Morio

Les créateurs

L'un était ingénieur en télécommunications, l'autre directeur d'une boutique de vélos. Adrien Rambaud et Jean Venet ont fondé à Toulouse la start-up Morio pour pallier au fléau du vol. « Un vélo est volé toutes les deux minutes en France, relate Jean Venet. Pour les entreprises qui optent de plus en plus souvent pour le remplacement des scooters par des vélos électriques, cela représente un taux de vol de 15 %. » En 2017, les deux cofondateurs quittent Lyon pour s'installer au coeur de l'IoT Valley, à Labège, afin d'y développer un traceur GPS.

Le concept

Connectée au réseau bas débit Sigfox, une carte électronique cachée dans la lampe des vélos envoie des points de passages à des moments charnières, pour suivre le trajet en temps réel. Le capteur permet ainsi de retrouver le véhicule en cas de vol. D'ici fin 2018, l'entreprise aura vendu près de 500 traceurs pour équiper les flottes de deux-roues de Domino's Pizza, Pizza Hut et Sushi Shop.

De plus, le capteur permet de réaliser une maintenance prédictive et connectée du vélo par l'envoi de données, comme le nombre de kilomètres parcourus ou les chemins empruntés. « Depuis le mois de septembre, nous effectuons un test sur 50 vélos électriques dans le Gers via le réseau Cyclelab, partage Jean Venet. L'objectif est de connaître les routes prises par les visiteurs, analyser s'ils passent par tous les lieux d'intérêt et détecter les zones nécessitant la construction de pistes cyclables. C'est notre première collaboration dans le secteur du tourisme. »

Morio vient également de signer un partenariat avec la chaîne de magasins de cycles Altermove. Un client pourra retrouver son deux-roues en cas de vol ou être prévenu si le vélo a besoin d'une révision. Les deux cofondateurs ont démarré avec 60 000 € de Bpifrance et en love money. Ils ont rapidement lancé la commercialisation grâce aux 30 000 € de CA réalisés en 2017-2018.

Les perspectives

Avec ces différents marchés, la société table sur 150 clients et un CA de 250 000 € en 2019. Déjà sollicité par la Région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur et la Ville d'Arcachon, Morio doit se déployer l'an prochain auprès des loueurs de vélos de loisir. La jeune pousse compte aussi ajouter un détecteur de chutes à son capteur.

Pour atteindre ses objectifs et se donner les moyens de répondre à des appels d'offre internationaux, Adrien Rambaud et Jean Venet préparent une levée de fonds de 300 000 €. Un développeur web vient d'être recruté et entre 5 et 10 personnes doivent rejoindre la jeune société en 2019. Morio se revendique comme la seule entreprise européenne spécialisée dans la connectivité longue distance du vélo avec antivol et échange de données à ce jour.

Adrien Rambaud et Jean Venet ont quitté Lyon pour s'installer à l'IoT Valley, près de Toulouse, afin d'y développer un traceur GPS antivol pour les flottes professionnelles de vélos électriques. — Photo : Morio