Toulouse

Distribution

Interview Min de Toulouse : « Le marché vit son premier remaniement profond depuis 1964 »

Entretien avec Maguelone Pontier, directrice générale du Min de Toulouse

Propos recueillis par Fleur Olagnier - 24 avril 2019

Le Marché d'intérêt national (Min) de Toulouse est géré depuis juillet 2017 par la holding Lumin (Marché international de Rungis, Poste Immo et Caisse d'épargne Midi-Pyrénées). Sa directrice générale depuis cette date, Maguelone Pontier, détaille la profonde transformation en cours : investissements et nouvelle orientation.

Maguelone Pontier, directrice générale du Marché d'intérêt national de Toulouse.
La directrice générale du Marché d'intérêt national de Toulouse, Maguelone Pontier, veut donner à la structure une dimension "plus généraliste". — Photo : Frédéric Maligne

Le Journal des Entreprises : Quels changements ont été opérés au Min de Toulouse depuis votre prise de fonction en 2017 ?

Maguelone Pontier : Depuis deux ans a lieu le premier remaniement profond du Marché d'intérêt national depuis sa création en 1964. Tout d'abord, 400 000 euros ont été investis dans la digitalisation des péages. Avant, nous n'avions accès qu'au nombre quotidien d'entrées et, à présent, on peut savoir combien d'acheteurs, concessionnaires, prestataires ou transporteurs ont fréquenté le site. Avoir ces données change vraiment tout dans la gestion du site. Les commerçants ont aussi une carte d'acheteur, qui leur octroie l'entrée à 1,50 € au lieu de 6 €.

Autre exemple, pour faire face à la concurrence hollandaise sur la fleur, nous avons recentré notre offre sur le local et qualitatif. Aujourd'hui, 85 % de nos horticulteurs sont de Haute-Garonne ou des départements limitrophes. Depuis 2017, le chiffre d'affaires du Min est passé de 303 M€ à 408 M€, le nombre de clients de 3 200 à 3 600 et le taux d'occupation de 83 % à 90 %.

Quelle orientation stratégique pour le Marché ?

M. P. : Avec 305 maraîchers et arboriculteurs, nous sommes aujourd'hui le deuxième Min ou équivalent sur les 24 de France, et fournissons 95 % des primeurs en ex-Midi-Pyrénées. Mon objectif est de donner une dimension plus généraliste au marché. Le bâtiment "fleurs" va accueillir des acteurs de la gastronomie : Sublim'arômes est installé et nous démarrons la vente de carnés avec les Fermiers Occitans en mai - en plus des 8 opérateurs logistiques en viande - et de fromages. Fromagerie Xavier va y établir en septembre tout son affinage et un laboratoire R&D.

« Mon objectif est de donner une dimension plus généraliste au Marché d'intérêt national de Toulouse. »

Nous allons également introduire l'activité traiteur, un investissement de 800 000 euros pour accueillir La compagnie des Pergos, Éclat de Choux et la start-up Trois Petits Points en février 2020. L'offre marée, qui n'est à ce jour que logistique, va être développée pour proposer de la vente directe d'ici à un an, avec notamment la mise en place d'un atelier de transformation et de filetage. Cuisine mode d'emploi(s), l'école de formation aux métiers de la restauration de Thierry Marx qui doit être inaugurée le 13 mai sur le site, pourra ainsi, en plus de la cuisine et la boulangerie, proposer, par exemple, un cursus d'écailler.

De gros travaux en prévision ?

M. P. : La filiale Min Le Grand Marché investit 3,4 M€ dans la destruction et reconstruction du bâtiment de logistique fruits et légumes. La livraison de 4 000 m2 est planifiée pour accueillir les grossistes à service complet dès juin 2020. Toulouse Logistique Urbaine mobilise pour sa part 28 M€ dans la construction de deux bâtiments de 10 000 m2 dédiés aux acteurs du dernier kilomètre et déjà pré-commercialisés à 80 %. Artisans & Terroirs Grand Toulouse est déjà là depuis trois ans et Chronofresh by Chronopost arrive début mai : ils auront, fin 2020, de meilleures infrastructures pour gérer leur spécialité du transport de petits colis sur de petites distances.

Avec ce grand remaniement, nous espérons encore booster les statistiques du Min, qui affichait 227 000 tonnes de produits commercialisés en 2018, 147 entreprises et 302 producteurs.

Maguelone Pontier, directrice générale du Marché d'intérêt national de Toulouse.
La directrice générale du Marché d'intérêt national de Toulouse, Maguelone Pontier, veut donner à la structure une dimension "plus généraliste". — Photo : Frédéric Maligne

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture