Toulouse

BTP

Témoignage Le patron de Bonadei a appris à déléguer pour améliorer la qualité de vie au travail

Par Paul Falzon, le 20 septembre 2019

Depuis 1988, Alain Bonadei dirige l’entreprise de second œuvre Bonadei SAS. Mais les rythmes devenant plus difficiles à supporter, il a décidé d’impliquer plus quotidiennement ses cadres et ses salariés.

Alain Bonadei dirige son entreprise de second oeuvre (48 salariés, CA 2018 : 9,5 M€) depuis 1988.
Alain Bonadei dirige son entreprise de second oeuvre (48 salariés, CA 2018 : 9,5 M€) depuis 1988. — Photo : © Paul Falzon / Le Journal des Entreprises

Actif depuis trente ans sur le marché de l’aménagement des locaux tertiaires et industriels, Alain Bonadei n’a pas à se plaindre du manque de chantiers pour sa société Bonadei SAS (48 salariés, CA 2018 : 9,5 M€). La tendance est, au contraire, à la montée en cadence pour la PME toulousaine, avec un chiffre d’affaires passé, en cinq ans, de 6 M€ à 9,5 M€, pour des effectifs stabilisés à 48 salariés. Une pression qui est devenue pesante, d’autant qu’Alain Bonadei concentrait seul l’essentiel de la décision. « J’arrivais à des semaines de travail de six jours, pour des journées de plus de douze heures… On m’a fait, l’an dernier, une proposition de rachat que j’ai failli accepter, explique le dirigeant. Je me suis ravisé, mais c’est de là qu’est venue l’envie de changer l’organisation de l’entreprise. »

Un organigramme clarifié

Alain Bonadei se fait accompagner par une société toulousaine de conseil, Ethics Group, pour définir de nouvelles méthodes. Un groupe de travail réunit quatre cadres exerçant dans les différents pôles de l’entreprise : deux salariés expérimentés en charge du bureau d’études et des achats, un jeune conducteur de travaux amené à prendre la responsabilité de la production, et le responsable commercial. Ensemble, ils définissent une nouvelle structuration. « Cela a commencé par la création d’un organigramme qui a permis de préciser les postes et les missions de chacun. On a pu identifier des responsables sur des dimensions clés de notre activité, comme la sécurité et la formation », souligne le dirigeant.

« Je ressens, chez les salariés, l’envie de partager et de s’impliquer dans l'entreprise, maintenant qu’ils se sentent mieux informés. »

Le groupe planche aussi sur une stratégie d’entreprise - une première au sein de la PME - avec des objectifs de chiffre d’affaires par secteur, définis à trois ans. « Aujourd’hui, chacun est positionné sur sa mission, et j’apprends à déléguer, sourit Alain Bonadei Ce n’est pas facile de s’extraire de la décision, mais cela va dans le sens de la qualité de vie au travail, pour moi comme pour les salariés. »

Informer pour impliquer

Depuis le début de l’année, une nouvelle étape est franchie avec l’organisation, tous les deux mois, de réunions impliquant l’ensemble des compagnons, disséminés, le reste du temps, sur les chantiers. L’occasion de relayer les actualités de l’entreprise, mais aussi de faire remonter les idées et les demandes des salariés. « Je ressens chez eux un besoin d’écoute et de reconnaissance, mais aussi l’envie de partager et de s’impliquer, maintenant qu’ils se sentent mieux informés », se félicite Alain Bonadei.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail