Politique

Depuis Toulouse, le patron du Medef appelle à retarder l'âge de la retraite

Par Paul Falzon, le 11 avril 2019

En déplacement à Toulouse, le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux a dénoncé « le mensonge par omission » du passage à un système par points, qui ne règle pas le déséquilibre démographique entre actifs et retraités.

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, en déplacement à Toulouse le 11 avril 2019.
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, en déplacement à Toulouse le 11 avril 2019 pour une journée organisé par le Medef 31 sur le thème : « Sport et Entreprise : un même terrain de jeu ! ». — Photo : © Paul Falzon / Le Journal des Entreprises

Il est venu à Toulouse, le jeudi 11 avril, participer à une journée organisée par le Medef 31 sur le thème « Sport et entreprises » : le président de l’organisation patronale, Geoffroy Roux de Bézieux, en a profité pour prendre position sur plusieurs sujets d’actualité. À commencer par le plus brûlant d’entre eux : l’âge de départ à la retraite, qui a suscité des annonces contradictoires de plusieurs ministres ces derniers jours, dans la foulée du rapport Delevoye.

Le système de retraite par points, « une modalité technique »

Pour le président du Medef, l’opposition du gouvernement et du haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, à un relèvement de l’âge de la retraite relève d’un « mensonge par omission ». « Passer à un système par points, pourquoi pas : c’est une modalité technique, a d’abord commenté Geoffroy Roux de Bézieux. La vraie question, c’est de savoir si, en gardant 62 ans comme âge légal de la retraite, on finance le système à espérance de vie constante. La réponse est non. Cela va conduire à dévaloriser la valeur du point au moment où les gens partiront à la retraite, ce qui leur laissera une pension très basse. »

« On ne peut pas faire autrement que de repousser l’âge de départ à la retraite », a poursuivi le président du Medef, en reconnaissant que « pour donner envie aux gens de continuer à travailler, il faut que nous, entrepreneurs, changions de regard sur les seniors. »

Après le Grand débat, sortir de « l’asphyxie fiscale »

Sur les suites du Grand débat national, Geoffroy Roux de Bézieux espère que les prochaines annonces de l’exécutif permettront de réduire les prélèvements pour sortir de « l’asphyxie fiscale ». Le dirigeant a défendu l’idée d’une double baisse des charges sociales pour les salariés et des impôts pour les entreprises, à hauteur de 23 milliards d’euros dans les deux cas.

Brexit : « Que les Anglais prennent enfin leurs responsabilités »

Après l’accord trouvé, mercredi 10 avril, à Bruxelles, entre les dirigeants européens pour prolonger de six mois les négociations sur le Brexit, le président du Medef s’est dit « soulagé », mais appelle les parlementaires britanniques à « trouver une solution sur le long terme ». « La France est un exportateur net vers le Royaume-Uni : le ralentissement de l’économie britannique serait une mauvaise nouvelle pour l’Europe, a poursuivi Geoffroy Roux de Bézieux. Il y a un accord équilibré sur la table : il faut que les Anglais prennent enfin leurs responsabilités. »

Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, en déplacement à Toulouse le 11 avril 2019.
Le président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, en déplacement à Toulouse le 11 avril 2019 pour une journée organisé par le Medef 31 sur le thème : « Sport et Entreprise : un même terrain de jeu ! ». — Photo : © Paul Falzon / Le Journal des Entreprises