Toulouse

Technologies

Coronavirus : VUF et T.Zic créent des solutions de désinfection intérieures et extérieures

Par Fleur Olagnier, le 06 mai 2020

Le constructeur de vélos utilitaires VUF et le spécialiste de la désinfection de l'eau T.Zic, ont chacun adapté leur technologie de base afin de sécuriser les environnements de vie et de travail pendant le déconfinement. Leurs innovations permettent de désinfecter toutes sortes de surfaces, objets du quotidien en entreprise et même le mobilier urbain. 

Anthony Chenut (directeur associé) et Thomas Chenut (président et fondateur) de VUF ont imaginé un vélo pulvérisateur de désinfectant.
Anthony Chenut (directeur associé) et Thomas Chenut (président et fondateur) de VUF ont imaginé un vélo pulvérisateur de désinfectant. — Photo : VUF

Spécialiste de la désinfection de l’eau, T.Zic (16 collaborateurs ; CA 2019 : 400 K€) élargit son champ d’action pour aider les entreprises à gérer le déconfinement lié à l’épidémie de coronavirus. La société basée à Toulouse, Montpellier et Cannes a adapté le cœur de sa technologie led et ultraviolet brevetée à la désinfection de surfaces, et donc d’objets : « Nous développons un boîtier de 20 cm de côté dans lequel on peut insérer des clefs, des stylos, des masques… toutes sortes d’objets à désinfecter, détaille Thomas Sechaud, directeur général de T.Zic. Ensuite, des leds émettent un rayonnement UVC qui vient éliminer les agents pathogènes, par exemple en désagrégeant l’ADN des bactéries et l’ARN des virus, comme le Covid-19 ».

Décontamination en moins de deux minutes

Efficace à 99,99 %, le boîtier s’adresse aux TPE, PME, ETI et grands groupes qui souhaitent sécuriser un maximum d’objets du quotidien dans leurs locaux. L’utilisation est rapide puisque le processus dure entre 30 secondes et une minute trente en fonction des objets. Les professions libérales sont aussi ciblées, puisque la désinfection de masques peut être utile aux artisans, infirmiers ou encore aides à domicile qui se déplacent beaucoup chez les particuliers. Le produit final devrait être commercialisé d’ici la fin mai, à 250 € HT.

Le boîtier désinfectant d'objets de T.Zic en cours de développement .
Le boîtier désinfectant d'objets de T.Zic en cours de développement . - Photo : T.Zic

Les ventes des produits Uvoji de désinfection de l’eau de T.Zic, très plébiscités des camping-caristes, sont au ralenti. Pourtant, l’entreprise espère compenser le manque à gagner avec son boîtier désinfectant de surfaces, et même dépasser son objectif initial de 2,5 millions d’euros de chiffres d’affaires en 2020. Par ailleurs, les équipes de R & D de T.Zic planchent sur un système de décontamination de l’air. Le dispositif, qui permettrait d’assurer une barrière sanitaire au niveau des climatiseurs et des systèmes de ventilation, pourrait sortir dès le mois de septembre.

Assainir l’environnement urbain

De son côté, le constructeur de vélos utilitaires VUF (8 collaborateurs ; CA 2020 prévisionnel : 1 M€) a déjà vendu plus de 100 deux-roues à assistance électrique à des professionnels. Veolia Toulouse, Transdev, SNCF ou la mairie de Paris ont été séduits par l’engin compact, économique et écologique. Le vélo modulaire peut s’adapter à divers bacs et remorques pour transporter jusqu’à 300 kg ou l’équivalent de 2 m3, c’est-à-dire autant qu’un utilitaire de type Renault Kangoo. « Notre objectif premier est de décarboner les centres-villes avec un vélo très flexible qui puisse servir à de multiples usages, analyse Thomas Chenut, président et fondateur de VUF. Avec l’épidémie de coronavirus, nous avons eu l’idée d’adapter un pulvérisateur de produits désinfectants à notre deux-roues ».

Le vélo ainsi équipé peut servir à assainir l’environnement urbain, et notamment le mobilier (Abribus, bancs, poubelles…), plus aisément et fréquemment qu’avec de gros véhicules motorisés, et plus efficacement qu’avec des pulvérisateurs à dos. « Nous visons les collectivités locales et les professionnels du nettoyage, ainsi que les entreprises qui possèdent de vastes sites industriels », précise Thomas Chenut. VUF, qui a sorti le produit tout début mai, croule déjà sous les devis. La société implantée à Toulouse et Mérignac est la seule d’Europe à pouvoir répondre à une telle diversité de besoins terrain pour les professionnels. Dans le futur, le vélo pulvérisateur pourra d’ailleurs assurer d’autres fonctions, comme le désherbage. Pour finir, VUF envisage de lancer une offre B to C (transport d’enfants, de courses…) d’ici fin 2020.

Anthony Chenut (directeur associé) et Thomas Chenut (président et fondateur) de VUF ont imaginé un vélo pulvérisateur de désinfectant.
Anthony Chenut (directeur associé) et Thomas Chenut (président et fondateur) de VUF ont imaginé un vélo pulvérisateur de désinfectant. — Photo : VUF

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail