Occitanie

Agriculture

Agri Sud-Ouest Innovation en charge du projet européen Diva

Par Fleur Olagnier, le 20 mars 2018

Le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation fête ce jeudi 22 mars son onzième Printemps. L'occasion pour le cluster de compétitivité de présenter son challenge pour 2018 : la gestion du projet européen Diva. Objectif : offrir aux TPE/PME agricoles et agroalimentaires les solutions et preuves de concept issues d'entreprises du numérique. 

De gauche à droite : Laurent Augier, directeur scientifique du pôle Agri Sud-Ouest Innovation, Daniel Segonds (président du pôle) et Vincent Costes (directeur général du pôle)
De gauche à droite : Laurent Augier, directeur scientifique du pôle Agri Sud-Ouest Innovation, Daniel Segonds (président du pôle) et Vincent Costes (directeur général du pôle) — Photo : Fleur Olagnier

Cela fait 11 ans que le pôle de compétitivité Agri Sud-Ouest Innovation accompagne les entreprises des mondes agricole et agroalimentaire dans leurs projets d'innovation. Depuis son extension aux anciens Limousin et Poitou-Charentes et sa fusion avec le cluster montpelliérain Qualiméditerranée en 2017, le pôle compte 411 adhérents, dont 280 entreprises et 230 TPE/PME, auxquels s'ajoutent centres de recherches et laboratoires. 

4 millions d'euros de subventions européennes

Le 12 avril, le cluster qui couvre désormais plus de 160 000 km2, doit entamer la gestion de son premier projet en propre. Opéré conjointement avec l'Irlande, l'Italie, la Grèce, l'Espagne et le Portugal, l'outil de financement Diva doit permettre d'appliquer des solutions et preuves de concept de TPE/PME issues du numérique à d'autres TPE/PME de l'agriculture et de l'agroalimentaire. « Notre projet a été retenu parmi 90 autres idées et bénéficie de 4 millions d'euros de subventions européennes qui seront redistribués à 75% directement aux TPE/PME, jusqu'à 60 000 euros chacune, explique Daniel Segonds, président du pôle Agri Sud-Ouest Innovation. C'est la première fois que nous sommes financièrement indépendants de la Région et de l'État, ce projet est donc un enjeu politico-économique majeur pour notre cluster ».

Les premiers labellisés début 2019

Diva doit durer trois ans. Les appels à projets vont être lancés très prochainement, et les premiers projets labellisés sont prévus pour début 2019. Pour voir sa solution sélectionnée par les neuf partenaires internationaux de Diva - dont le cluster français Digital Place - il faudra remplir une série de critères techniques, mais aussi administratifs, comme être une PME de moins de 250 salariés. « Nous espérons toucher environ 150 petites et moyennes entreprises avec le projet Diva », commente Laurent Augier, directeur scientifique du pôle. 

Le cluster Agri Sud-Ouest Innovation est également impliqué dans le projet Tiga, piloté par la région Nouvelle-Aquitaine et qui vise à revisiter la production viticole en matières technique, mais aussi par exemple environnementale. Dans le même temps, le pôle de compétitivité souhaite continuer à développer ses relais locaux. « Près de 35% de nos adhérents nous ont rejoint pour notre réseau, nous allons donc continuer à l'étoffer par l'installation de relais départementaux, souligne Vincent Costes, directeur général du cluster. Un relais local est une institution qui accepte de mettre à disposition un agent de développement généraliste qui fera le lien avec les entreprises du territoire », précise-t-il.

30 projets accompagnés en 2017

Par ailleurs, le pôle souhaite continuer à développer son offre de consulting et d'accompagnement. Nommée Cherpa, telle un accélérateur, elle doit permettre aux entreprises de passer du prototype ou propriété intellectuelle à un produit commercialisé sur le marché. Enfin, Agri Sud-Ouest Innovation a renforcé ses équipes de chargés de projets sur ses sites de Toulouse, Montpellier et Bordeaux pour continuer à alimenter son "usine à projets".

En 2017, le cluster a accompagné 30 projets financés à hauteur de 30 millions d'euros par l'État et la Région. Laurent Augier concluera ainsi:  « Depuis notre création, les projets que nous avons soutenus représentent 340 millions d'euros de financement public, mais surtout 450 millions d'euros d'autofinancements. Le cluster a donc permis de générer cette volonté d'innover, ces financements privés et ainsi des créations d'emplois, majoritairement au sein de PME locales ». 

De gauche à droite : Laurent Augier, directeur scientifique du pôle Agri Sud-Ouest Innovation, Daniel Segonds (président du pôle) et Vincent Costes (directeur général du pôle)
De gauche à droite : Laurent Augier, directeur scientifique du pôle Agri Sud-Ouest Innovation, Daniel Segonds (président du pôle) et Vincent Costes (directeur général du pôle) — Photo : Fleur Olagnier

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.