Var

Industrie

Interview Zimple3D : "La mise en production aurait été inimaginable sans financement participatif"

Entretien avec Nicolas Roux, président et cofondateur de Zimple3D

Propos recueillis par Hélène Lascols - 16 mars 2021

La start-up varoise Zimple3D tente de s'imposer comme un "accessoiriste" de l'impression 3D pour les particuliers et les professionnels. Nicolas Roux et Antoine Franz, ses fondateurs, ont misé sur trois campagnes de financement participatif pour lancer l'entreprise en 2017.

Nicolas Roux et Antoine Franz, fondateurs de Zimple3D, ont présenté le Ziflex lors du CES de Las Vegas 2020.
Nicolas Roux et Antoine Franz, fondateurs de Zimple3D, ont présenté le Ziflex lors du CES de Las Vegas 2020. — Photo : Zimple

Pour quelles raisons avez-vous choisi le financement participatif pour vous lancer ?

Nicolas Roux : Nous avons créé Zimple3D en 2017 avec l’ambition de sécuriser et simplifier l’utilisation d’imprimantes 3D, par les particuliers,comme les professionnels. Le premier accessoire mis au point, né de notre expérience utilisateur, est le Zimpure, un système d’extraction et de filtration des émissions de nanoparticules et de gaz, inhérentes à l’utilisation d’une imprimante 3D.

À l’époque, avec mon associé Antoine Franz, nous étions étudiants et nous n’avions aucun financement. Le lancement de notre premier produit et sa mise en production auraient été inimaginables sans financement participatif. Nous avons inscrit notre projet sur la plateforme Kickstarter, l’une des premières plateformes de financement participatif, qui bénéficie d’une expérience et d’une audience inégalées.

Depuis, vous avez réalisé trois campagnes de financement participatif. Pour quels résultats ?

La première version de notre produit a été proposée en mars 2017. La campagne a réuni 250 contributeurs : elle nous a permis de collecter 25 000 euros, de lancer la production dans un local à Solliès-Pont, près de Toulon, de commander la matière première, de réaliser les livraisons et de collecter dans un second temps les retours des premiers utilisateurs. Des retours d’expérience très précieux, qui nous ont permis de réaliser une deuxième version du produit, également proposée en prévente sur Kickstarter quelques mois plus tard. Avec cette deuxième campagne, nous avons collecté 20 000 euros supplémentaires.

Puis en 2018, nous avons mis au point le Ziflex, une surface d’impression 3D flexible et magnétique qui rend possible le retrait facile et rapide des pièces imprimées en 3D par simple flexion. Le lancement de la première version est une nouvelle fois accompagné d’une campagne de financement participatif. En trois semaines, nous réunissons 1 000 contributeurs, puis nous créons une autre campagne de prévente sur InDemand Indiegogo, un service qui permet à une campagne qui a déjà atteint son objectif de se relancer, sans date butoir, pour rendre la production accessible à tous plus longtemps. Au total, nous engrangerons un total de 50 000 euros de préventes.

La deuxième version du Ziflex n’a pas été accompagnée d’une nouvelle campagne de financement participatif, pourquoi ?

Nous avions déjà des revendeurs, dont Amazon et notre boutique en ligne. Avec le recul, néanmoins, nous nous sommes rendu compte que Kickstarter est un très bon canal de vente, qui fait parler de l’entreprise et bénéficie d’une importante communauté, notamment aux États-Unis. Les clients habitués de la plateforme savent, en outre, que chaque projet passe par un processus de sélection pour éviter les arnaques.

En tant que startupper, vendre sur une plateforme de financement participatif apporte un "supplément d’âme" : nous racontons notre histoire, la genèse du projet, nous montrons que nous avons une équipe solide… Tout cet aspect narratif est très vendeur.

Où en est Zimple3D aujourd’hui ? Quels sont vos projets ?

Aujourd’hui, notre entreprise (chiffre d'affaires non communiqué) emploie deux salariés en CDI et a recours à des stagiaires et intérimaires pour les grosses productions. Les deux produits, Zimpure et Ziflex, sont en vente sur Amazon, avec des stocks aux États-Unis et en Europe, sur notre boutique en ligne et auprès d’une quarantaine de revendeurs européens d’imprimantes 3D et de distributeurs. D’autres produits viendront prochainement étoffer notre offre et seront lancés sur Kickstarter avec l’objectif, à terme, de hisser Zimple3D au rang d’accessoiriste incontournable pour les utilisateurs d’imprimantes 3D.

Si nous n’avions jusqu’alors jamais sollicité de financements extérieurs, nous recherchons désormais le soutien d’investisseurs privés pour accélérer le développement commercial de l’entreprise, augmenter nos investissements en marketing et ainsi fabriquer de plus grandes séries.

Nicolas Roux et Antoine Franz, fondateurs de Zimple3D, ont présenté le Ziflex lors du CES de Las Vegas 2020.
Nicolas Roux et Antoine Franz, fondateurs de Zimple3D, ont présenté le Ziflex lors du CES de Las Vegas 2020. — Photo : Zimple

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail