Var

Cosmétique

Thalgo étend son expertise en beauté marine

Par Hélène Lascols, le 17 novembre 2022

Avec la mer au cœur de l’ADN de sa marque, le groupe varois Thalgo, pionnier de la cosmétique marine professionnelle, développe son concept d’Institut Thalgo et un réseau de points de vente pour rester leader sur son marché tout en s’engageant pour des océans préservés.

Bernard Sirop, directeur général de Thlgo
Bernard Sirop, directeur général de Thlgo — Photo : Thalgo

Capitalisant sur son savoir-faire d’exploitant, acquis au sein de son Spa Villa Thalgo à Paris et de ses deux centres de thalassothérapie à Concarneau (Finistère) et aux Issambres (Var), le groupe Thalgo, pionnier de la cosmétique marine professionnelle a ouvert en 2019 et 2020, deux instituts à Aix-en-Provence et Cannes. "Aujourd’hui, le concept d’Institut Thalgo a fait ses preuves et 10 partenaires nous ont déjà confié leur projet en France. Désormais, nous voulons créer un maillage national à l’identité et l’attractivité fortes", confie Bernard Sirop, directeur général du groupe depuis 2004.

Progresser plus vite que le marché

Cet axe de développement doit confirmer le groupe Thalgo, implanté à Roquebrune-sur-Argens, dans son statut d’acteur majeur de la cosmétique dans le monde professionnel. Un mouvement initié dès 1999, année au cours de laquelle Jean-Claude Sirop a repris cette entreprise, fondée en 1964 par le pharmacien André Bouclet, pour l’imposer en France et à l’international. La marque est aujourd’hui partenaire de 1 000 spas, centres de thalassothérapie, et centres de beauté en France et travaille avec plus de 15 000 hôtels spas et day spas dans 90 pays, répartis sur les cinq continents. Outre l’ouverture d’instituts Thalgo, le groupe qui réalise plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, dont 60 % à l’international entend se renforcer sur la zone Asie et notamment en Inde, "où le marché de la beauté est en plein essor et notre potentiel élevé", souligne le directeur général. Par ailleurs, "en termes de circuits de distribution, nous voulons aussi nous développer avec des réseaux de points de vente qui vont améliorer notre visibilité, tout en restant fidèles à notre savoir-faire professionnel", ajoute Bernard Sirop, qui veut ainsi continuer à "progresser plus vite que le marché."

Labelliser ses engagements

Ce développement commercial s’appuie sur un outil industriel, qui a bénéficié de nombreux investissements ces dernières années. "Notre entreprise (500 collaborateurs) est un véritable bassin d’emploi régional et s’appuie sur un laboratoire de R & D intégré et un site industriel, abritant une nouvelle usine de cosmétique blanche sur plus de 2 200 m² et une usine de cires en pastilles pour notre marque Perron Rigot (leader français des cires épilatoires). Nous avons aussi doublé nos surfaces logistiques", détaille l’entrepreneur. Cette usine produit 500 tonnes de produits cosmétiques chaque année, des gammes et protocoles professionnels visage et corps, des compléments alimentaires marins et une offre de cosmétique instrumentale. "Toutes nos formules contiennent des actifs marins et répondent à une charte stricte de formulation, respectueuse de la peau comme des océans", car le respect des mers et des océans est au cœur de l’engagement de la marque. Cette dernière a d'ailleurs signé cette année le Global Compact des Nations Unies et vise l’obtention de certificats ou labels, comme le Label Ocean Approved, remis par la Fondation de la Mer, qui mesure l’impact des entreprises sur les océans et pour lequel le groupe est engagé comme entreprise pilote. Protéger la mer est devenu une évidence. Le groupe y œuvre quotidiennement, dans ses packagings et avec ses salariés et prévoit de rendre publique sa politique RSE courant 2023. 

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition