Réseaux économiques

Terre de commerces : Rencontres avec les élus

Par Didier Gazanhes, le 04 décembre 2015

Commerce. La fédération Terre de commerces, qui regroupe l'ensemble des commerces des Bouches-du-Rhône a dressé le bilan de son opération Pac 13. Détails...
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Terre de commerces, la fédération des commerces et services de proximité des Bouches-du-Rhône, vient de dresser le bilan de l'opération Pac 13 qu'elle avait menée auprès des candidats aux élections municipales en 2014. « Nous avions alors présenté aux candidats treize points, treize axes majeurs afin de sceller un partenariat d'avenir avec les commerçants. En signant le Pac, chaque candidat s'engageait à mettre en oeuvre une vraie politique de proximité et de développement économique au service des commerçants », rappelle Jean-Luc Gosse, président de Terre de commerces qui fédère 30 associations de commerçants sur le territoire des Bouches-du-Rhône et représente ainsi près de 5.000 commerces. Faire de la propreté de la ville un objectif majeur, créer un guichet unique, mettre en place une stratégie métropolitaine d'implantations commerciales, faciliter la circulation ou encore créer un portail numérique dynamique... telles étaient les doléances présentées par Terre de commerces, qui vient de réaliser un bilan sur neuf communes des Bouches-du-Rhône. « Tous les candidats ont signé. Nous leur avons laissé un an et demi, le temps de mettre en place les actions et nous avons demandé un retour aux commerçants ».




Marseille, le point noir du






département

Depuis la rentrée, Terre de commerces travaille en effet à ce débriefing. 150 à 200 commerces ont répondu à l'enquête et des présidents d'association ont également fait le point en interne. « Les retours des commerçants ont été positifs. A Rognac, par exemple, la municipalité a réellement apporter des réponses à des problèmes clairement identifiés : création de zones bleues pour faciliter le stationnement,, état des lieux des locaux commerciaux, site internet recensant les commerces... Dans la plupart des cas, nous avons constaté que les municipalités avaient intégré le commerce de proximité. Elles ont compris que nous apportons un vrai service aux habitants ». Seul point noir : Marseille. « Là nous avons davantage de retour négatifs que positifs. La politique commerciale de la ville pose problème et notamment les travaux de restructuration du centre-ville et l'arrivée des centres commerciaux. Tous ces changements ont sérieusement mis en danger les commerces. Ce qui fait surtout défaut c'est le manque de concertation. Le prix du stationnement constitue également un problème », poursuit le président. A l'inverse, la ville de La Ciotat est à l'écoute. « Nous avons plaisir à travailler avec les élus de cette ville. Les commerçants ont ainsi été consultés pour les projets d'aménagement du centre-ville et ils se sentent impliqués ». Aix-en-Provence, de son côté, est même en avance sur les propositions de Terre de commerces. « Il y a une juste répartition des grandes surfaces en fonction des besoins et des attentes des habitants. Il ya une vraie volonté d'équilibre. Ceux qui veulent des grandes surfaces en ont et ceux qui privilégient le commerce de proximité y trouvent aussi leur compte », conclut le président.



Didier Gazanhes

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition