Sophia Antipolis

Numérique

Témoignage Supralog : "Notre laboratoire pour start-up nous permet de nous démarquer"

Par Olivia Oreggia, le 12 octobre 2021

L'entreprise azuréenne de services numériques Supralog développe l’offre de son "Labs", un hub créé il y a trois ans pour accompagner des start-up BtoB et BtoC dans une démarche de co-innovation et se démarquer notamment de ses concurrents.

Philippe Salvan, aux côtés de l'équipe de Silex, une des start-up accompagnées par Supralog Labs.
Philippe Salvan, aux côtés de l'équipe de Silex, une des start-up accompagnées par Supralog Labs. — Photo : Olivia Oreggia

À l’heure du déjeuner, quand certains discutent, d’autres jouent au baby-foot. La scène est assez habituelle dans une start-up, moins dans une PME. Éditeur de logiciels et cabinet de conseil en systèmes d’information, Supralog (50 salariés, CA 2020 : 4 M€), né à Antibes en 1997, accompagne des start-up BtoB et BtoC au sein de son "Labs", un hub créé en 2018. L’entreprise a emménagé en février 2021 dans 600 m2 à Sophia Antipolis, dans des locaux deux fois plus grands que les précédents et dont elle est désormais propriétaire, car l’espace venait à manquer.

Au cœur du réacteur

Parmi ces start-up, il y a d’abord eu Silex, dont la solution aide les entreprises à digitaliser leur dispositif de sourcing, et Wenity (ex-Studeal), avec sa plateforme d’animation de communautés. La dernière pensionnaire en date est Check, jeune pousse créée par des étudiants qui travaille à la dématérialisation des tickets de caisse. Supralog Labs accompagne aussi deux entreprises ex situ : Ubiplace à Nice qui aide grands comptes et collectivités à digitaliser et simplifier la collecte et l’exploitation de données, et Midgards, jeune société corse qui œuvre à la surveillance des feux de forêts par drone. Toutes bénéficient de la même expertise.

"Nous avons constitué une équipe pluridisciplinaire qui permet de couvrir tous les besoins d’une start-up IT au démarrage, de l’architecture logiciel à l’expérience utilisateur. Nous ne sommes pas dans un modèle d’entreprise de services numériques traditionnelle qui vend de la mise à disposition d’un ingénieur avec un tarif journalier. Selon l’état d’avancement de ses projets, qui évoluent très vite dans une start-up, celle-ci peut mobiliser telle ou telle compétence à temps partagé", décrit Philippe Salvan, PDG de Supralog.

Si l’intérêt de l’accompagnement est évident pour les start-up, quel est-il pour Supralog ? "Ces offres à valeur ajoutée sont commercialisées, mais l’objectif n’est pas de faire du volume. Nous ne faisons pas de l’informatique de masse, nous cherchons à faire des choses à forte valeur ajoutée et qui sont surtout porteuses de sens. Nous sommes là dans une relation de coconstruction", assure Philippe Salvan, qui poursuit : "On se place, de fait, au cœur du réacteur de la start-up. C’est un travail stimulant pour les équipes. Dans un métier de services numériques, de construction de solutions logicielles, c’est important de se réinventer régulièrement."

Séduire les grands groupes

Cette synergie permet aussi et surtout à Supralog de se distinguer de ses concurrents, et ce de façon très concrète. "Cette démarche d’innovation n’intéresse pas que les start-up. Nous travaillons par exemple aujourd’hui sur un projet très innovant avec un gros acteur français de la logistique. Dans les grands groupes aussi, les directions innovation ont besoin de savoir-faire, d’expertise, de fraîcheur. Les grands groupes posent toujours la question aux entreprises du numérique : vous pouvez nous fournir des ingénieurs au kilo, mais que pouvez-vous nous apporter de plus ? Quelle expertise, quelle manière de faire, quelles modalités d’organisation pouvez-vous nous apporter ? Quand on leur montre à ce qu’on a pu faire avec des start-up, la rapidité, la polyvalence, la capacité d’adaptation… elles sont intéressées. Ce sont des choses sur lesquelles notre originalité peut être mise en valeur."

Philippe Salvan, aux côtés de l'équipe de Silex, une des start-up accompagnées par Supralog Labs.
Philippe Salvan, aux côtés de l'équipe de Silex, une des start-up accompagnées par Supralog Labs. — Photo : Olivia Oreggia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail