Région Sud

Innovation

Rocambole, O'sol, Ombrea, Swello : les start-up du Sud à suivre en 2022

Par la rédaction, le 03 janvier 2022

Transition écologique, neurosciences, communication et réseaux sociaux, en passant par la transposition du roman-feuilleton sur le smartphone : les start-up de la Région Sud se déploient dans tous les secteurs, lèvent des fonds et visent, pour certaines, l’international. Tour d’horizon de quelques pépites à suivre en 2022.

La start-up avignonnaise Rocambole a vu le jour en 2020.
La start-up avignonnaise Rocambole a vu le jour en 2020. — Photo : D.R.

Rocambole

Rocambole mise sur l’audiovisuel

La start-up avignonnaise Rocambole, créée en septembre 2020, et devenue Doors en fin d’année 2021, a pour ambition de renouer avec la tradition du roman-feuilleton au travers d’outils modernes comme le smartphone. Après une première levée de fonds de 350 000 euros, notamment réalisée auprès de business Angels du réseau WeLikeStartup et de Bpifrance, qui a permis de créer la plateforme et de produire du contenu, l’entreprise, qui enregistre un épisode lu toutes les vingt secondes, s’est développée et compte aujourd’hui 200 séries originales et 100 000 utilisateurs. Elle a récemment accueilli un nouvel associé : le producteur de films Serge Hayat. Une entrée au capital qui lui ouvre de nouvelles perspectives dans l’audiovisuel et qui la positionne comme un «laboratoire d’histoires».

My Tour Live vise l’international

La start-up marseillaise My Tour Live, créée en 2018 par Franck Adraï, développe une solution de visite virtuelle alliant vidéo à 360 degrés et interactivité avec un guide. Avec le confinement de 2020, la solution de l’entreprise a largement séduit le monde de la culture et du tourisme. Paris ou encore la Fondation Louis Vuitton ont fait confiance à My Tour Live. Même si sa solution séduit les secteurs culturel et touristique, My Tour Live poursuit son développement dans l’immobilier et compte à son actif des prestations pour des agences indépendantes et pour de réseaux, dont notamment celui de l’immobilier de luxe Michaël Zingraf - Christie’s, qui dispose d’une vingtaine d’agences. L’entreprise envisage maintenant de se développer à l’international. Un premier pas a été franchi sur le marché suisse, mais My Tour Live voit plus loin. La start-up envisage une levée de fonds de près d’un million d’euros pour la fin du premier trimestre 2022, pour accélérer son développement commercial à l’international et poursuivre le déploiement technique de sa solution.

O'sol

La solution d’énergie nomade d’O'sol permet de travailler partout

À l’heure de gloire du travail flexible, la start-up cannoise O'sol, fondée par Maxime Cousin, Idriss Sisaïd et Enrique Garcia Bourne, a levé 3 millions d’euros en fin d’année 2021, lui permettant ainsi de recruter pour livrer rapidement une deuxième version de sa solution d’énergie nomade. Déjà adoptée par des entreprises comme Danone, EDF, Amadeus ou le réseau de coworking Startway, cette batterie baptisée Pico permet de travailler avec son ordinateur n’importe où, avec une autonomie allant jusqu’à 20 heures sur un ordinateur portable, intégrant un câble USB-C, une sortie 220V, un chargeur wireless et des ports USB-A/-C afin de charger tous types d’appareils.

La start-up O’Sol a mis au point une batterie qui permet de travailler partout.
La start-up O’Sol a mis au point une batterie qui permet de travailler partout. - Photo : O'Sol

Crocos Go Digital vise une levée de fonds en 2022

La start-up Crocos Go Digital (25 salariés), créée en 2018 par Vincent Berge, qui développe des solutions numériques associant les neurosciences et l’intelligence artificielle afin de détecter les troubles cognitifs chez l’enfant, peaufine son modèle économique et vient de lancer une étude scientifique pour valider, auprès de 1 000 enfants, la capacité de son dispositif à détecter des troubles cognitifs chez les plus jeunes. L’étude menée avec la participation des hôpitaux de Nice et Montpellier et de centres de recherche, à Marseille et Paris, doit s’étaler sur six mois. Si l’étude rend un verdict positif, la start-up envisage de faire enregistrer son outil comme dispositif médical.

Mootion vise l’international avec ses bornes interactives sans contact

La start-up toulonnaise Mootion compte bien se faire une place sur le marché des écrans dynamiques, estimé à 30 milliards de dollars en 2024 dans le monde. Pour cela, ses trois fondateurs, Jonathan Bocquet, Thibault Mousset, Sibylle Sanchez, utilisent l’intelligence artificielle pour proposer une borne interactive sans contact, appliquée aux secteurs du tourisme, du commerce, de l’industrie et de la formation. Se positionnant en alternative aux bornes tactiles et maîtrisant le processus de bout en bout, de la fabrication, en passant par la création de contenus, l’installation chez le client et la maintenance, Mootion mise sur un développement régional, avant d’attaquer le marché national et l’international dès 2022.

Swello

Swello veut capitaliser sur son succès auprès de l’État

Après avoir remporté un appel d’offres interministériel lancé par le Service d’Information du gouvernement, l’entreprise toulonnaise Swello (9 salariés) a démarré le déploiement de son logiciel de gestion des réseaux sociaux au sein des ministères et de leurs services déconcentrés. Ce contrat-cadre résonne comme une reconnaissance du savoir-faire de l’entreprise, fondée en 2010 par Jonathan Noble et Thibaud Spieser. Il va lui permettre de démultiplier le nombre de ses utilisateurs et de convaincre d’autres entités publiques. "Pour décrocher ce contrat, nous avons considérablement amélioré notre plateforme, déployé nos serveurs dans le cloud français certifié SecNumCloud et perfectionné notre niveau de sécurité", explique Jonathan Noble qui veut désormais asseoir sa technologie sur le marché francophone et la connecter aussi à d’autres réseaux comme TikTok, YouTube, Pinterest ou encore Google Business.

Swello a remporté son plus beau contrat en remportant un appel d’offres inter- ministériel lancé par le Service d’Information du Gouvernement.
Swello a remporté son plus beau contrat en remportant un appel d’offres inter- ministériel lancé par le Service d’Information du Gouvernement. - Photo : Quentin Le Blanc

Les Alchimistes du Var veulent convertir le territoire au recyclage des biodéchets

Depuis cet automne 2021, chaque semaine apporte son lot de nouveaux convertis au tri des biodéchets, à l’image des Halles de Toulon ou du McDonald's de Saint-Cyr-sur-Mer. Des biodéchets, qui une fois collectés, seront transformés en compost par Les Alchimistes du Var. Soutenues par l’Ademe, deux premières stations de compostage sortiront de terre, à l’est de Toulon et sur le territoire de la Communauté de Communes Porte des Maures. Les trois associés, Anne-Sophie et Cédric Davoine et Davide Raffini souhaitent ensuite mailler l’ensemble du département de stations de taille moyenne pour valoriser, à terme, 10 000 tonnes de biodéchets par an, permettant de produire 200 tonnes de compost et créer 50 emplois, dont la moitié en insertion.

Wiziboat

Wiziboat veut déployer ses bateaux partagés en libre-service en Europe

Avec son application de location de courte durée de bateaux partagés en libre-service, Wiziboat est présent dans 26 ports en France. Née en 2017, la start-up cannoise revendique, au sortir de la saison estivale, 650 abonnés actifs, en progression de 150 % par rapport au lancement de la saison 2021 début avril, en phase avec son objectif de 750 abonnés à fin mars 2022. Entré en Bourse sur Euronext Access en juillet 2021, notamment pour gagner en visibilité et notoriété, Wiziboat veut développer son modèle à l’international.

Ombrea

Ombrea lève 10 millions d’euros

La société aixoise Ombrea, créée en 2017, dirigée par Julie Davico-Pahin et son père Christian, a récemment réalisé une levée de fonds de 10 millions d’euros, constituée d’un tour de table de 7 millions d’euros et de trois millions d’euros de dette bancaire. L’entreprise, qui propose aux agriculteurs des ombrières intelligentes qui s’installent au-dessus de leurs cultures afin de permettre de réguler la quantité de soleil frappant les plantations et l’ensemble des paramètres climatiques, a ainsi notamment ouvert son capital à Mirova, affilié de Natixis Investment Managers et au groupe CMA CGM. Avec cette somme, Ombrea envisage d’étendre ses solutions de gestion et protection des cultures. L’entreprise entend ainsi accroître ses investissements de R & D et d’innovation pour accélérer l’optimisation de ses solutions et le développement de fonctionnalités complémentaires, afin de répondre au plus près des besoins des agriculteurs. Ce sont également 50 emplois qui seront créés pour accompagner cette croissance, d’ici 2023.

Ombrea a levé 10 millions d’euros en fin d’année 2021.
Ombrea a levé 10 millions d’euros en fin d’année 2021. - Photo : D.R.

Nolt transforme les bouteilles plastiques en maillots et équipement sportif

Créé à Nice par Olivier Guigonis et Paul-Emmanuel Guinard à l’issue du confinement de mars 2020, Nolt (anciennement Phenix Sport) fabrique des maillots de sport, responsables et techniques, à base de bouteilles plastiques repêchées en Méditerranée. De nombreux clubs de football, basket ou rugby en sont désormais équipés. L’équipementier récupère aussi des vêtements de sport usagés pour fabriquer des coupelles d’entraînement. La start-up se déploie à l’international, notamment en Espagne ainsi qu’en Belgique, avec Decathlon qui distribuera courant 2022 ses plots d’entraînement.

Green Score Capital facilite la transition écologique

La start-up toulonnaise Green Score Capital, fondée en 2019 par Valérie Tiersen, autour d’un logiciel professionnel permettant de croiser les données internes d’une entreprise (matières, transports, déchets, etc.) avec des données externes (climat, biodiversité, données satellitaires, économiques, etc.) pour établir son score environnemental, s’est associée en 2021, à l’entreprise californienne Centric Software. Cette dernière est une spécialiste de la gestion du cycle de vie des produits et adresse principalement des entreprises du monde de la mode, que Green Score Capital cible en priorité. En 2022, Green Score Capital entend décoller, porté par de nouvelles obligations pesant sur les industries textiles, comme la mention d’un score environnemental sur les étiquettes de leurs produits.

La start-up avignonnaise Rocambole a vu le jour en 2020.
La start-up avignonnaise Rocambole a vu le jour en 2020. — Photo : D.R.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail