Aix-en-Provence

Biens de consommation

Interview Qwetch : "Bien consommer ne se fait pas au détriment des ressources naturelles"

Entretien avec Stéphane Miquel, fondateur et dirigeant de Qwetch

Propos recueillis par Didier Gazanhes - 16 juillet 2021

La société aixoise Qwetch propose des contenants alimentaires en inox réutilisables (des gourdes, des théières, des boîtes repas) avec pour cible, non seulement le grand public mais également les entreprises. Un véritable engagement pour lutter contre l’utilisation du plastique et des emballages alimentaires jetables.

Stéphane Miquel, fondateur et dirigeant de Qwetch.
Stéphane Miquel, fondateur et dirigeant de Qwetch. — Photo : D.R.

Vous commercialisez des contenants alimentaires en inox, que vous qualifiez de sains et réutilisables, dont votre produit phare, la gourde. Comment a commencé l’aventure de Qwetch ?

Stéphane Miquel : C’était en 2007, à l’occasion de vacances en Chine. J’ai découvert que là-bas tout le monde boit du thé, en permanence, partout. Pour cela ils avaient des théières nomades et isothermes. J’ai été séduit par cette idée et j’ai ramené un de ces produits en France et je l’ai utilisé à titre personnel et j’ai constaté l’impact positif, à a fois sur ma santé et sur l’environnement. J’étais alors directeur commercial et marketing à temps partagé pour diverses entreprises et, en 2010, j’ai décidé de créer Qwetch afin de proposer des contenants réutilisables, non seulement pour le thé ou la boisson, mais également pour des produits alimentaires. Nous sommes aujourd’hui 20 salariés et nous distribuons près de 2 millions de produits par an, pour l’essentiel en inox et isothermes, que nous commercialisons dans les magasins d’alimentation bio, dans les commerces qui proposent du vrac et dans les magasins d’articles culinaires. Les produits sont fabriqués en Chine et en Asie, car c’est là que se trouve le savoir-faire lié à l’inox et à l’isotherme. Pour nos produits plus simples, nous travaillons à trouver des solutions de production en France.

Au-delà de l’aspect purement commercial, votre démarche est-elle tournée vers la protection de l’environnement ?

Stéphane Miquel : Notre but est effectivement que les gens arrêtent d’utiliser des contenants jetables et ne génèrent plus aucun déchet. Il n’est pas difficile de ne plus avoir recours aux bouteilles plastiques ou aux canettes et de se servir de boîtes repas. Il est possible de les préparer soi-même, mais également de les remplir auprès des commerçants de plats à emporter. Ce n’est pas encore entré dans les mœurs en France, mais ce sont aux consommateurs de faire pression sur la distribution en présentant notamment leurs emballages réutilisables. Il ne faut pas oublier que beaucoup d’emballages, marqués comme recyclables et triés, ne sont finalement pas recyclés car la filière n’existe pas toujours. Mieux vaut ainsi utiliser un produit durable…

Au-delà du grand public, vous adressez-vous également aux entreprises ?

Stéphane Miquel : 15 à 20 % de notre activité sont en effet directement tournés vers les entreprises. Certaines d’entre elles équipent leurs collaborateurs de gourdes notamment. Auparavant, il s’agissait d’un simple cadeau d’entreprise, aujourd’hui cette démarche entre dans le cadre de leur politique RSE (Responsabilité sociétale des entreprises). Les bouteilles peuvent être personnalisées au nom de la société et au prénom du collaborateur. C’est un marché qui ne cesse de s’accroître, d’autant que la distribution de bouteilles en plastique à usage unique sera interdite dans les entreprises à partir de janvier 2022. Nos solutions ont finalement une dizaine d’années d’avance sur la législation…

Votre catalogue présente une multitude de contenants et vous proposez chaque année deux collections avec une quinzaine de modèles différents. Cette multiplication des produits n’est-elle pas contradictoire avec la démarche antigaspillage ?

Stéphane Miquel : Nous sommes vraiment focalisés sur l’idée de durabilité. Nous avons ainsi une politique de pièces détachées. Si un client perd une pièce, un joint, nous sommes capables de fournir la pièce. Si nous multiplions les produits, les tailles et les looks, nous ne capitalisons pas sur l’idée de changer sa gourde ou sa boîte repas à chaque saison. Nous souhaitons simplement pouvoir répondre parfaitement à chaque besoin, à chaque utilisation afin que la conservation, au chaud ou au froid, soit parfaite. Tout le monde n’a pas les mêmes besoins. Nous sommes adaptés à un usage urbain et quotidien car c’est là que les gens génèrent le plus de déchets.

Stéphane Miquel, fondateur et dirigeant de Qwetch.
Stéphane Miquel, fondateur et dirigeant de Qwetch. — Photo : D.R.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail