Var

Automobile

Oreca : Bon départ pour son pôle construction

Par Hélène Lascols, le 06 janvier 2012

L'écurie varoise Oreca se lance dans la construction de voitures de courses et multiplie ainsi les occasions de démontrer les qualités techniques de ses voitures. Le lancement de cette activité ouvre aussi de nouvelles perspectives à l'ensemble des activités du groupe.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

À l'aube de ses 40 ans, Oreca affirme plus que jamais son attachement à son coeur de métier: la compétition automobile. Après la création d'une boutique en ligne d'accessoires et équipements, d'une agence événementielle et d'un pôle ingénierie, après avoir rivalisé avec de grands constructeurs lors des courses du championnat du monde d'endurance, Oreca poursuit son développement et devient constructeur de voitures de courses.

Occuper une position leader

«Nos ingénieurs et techniciens mettent depuis des années leur savoir-faire au service de notre écurie de course. Nous avons décidé de capitaliser sur leurs compétences pour nous ouvrir les portes d'un nouveau marché de niche: les écuries. Notre ambition est de nous hisser en position de leader mondial des constructeurs de voitures de courses dans les trois ans», explique Hugues De Chaunac, P-dg d'Oreca. Le marché est minuscule: Oreca espère sortir 10 à 15 voitures par an de ses ateliers. Toutefois, l'entreprise a, à ce jour, déjà signé avec cinq écuries qui engageront des prototypes Oreca dans les différentes courses d'endurance internationales dès 2012. En plus, sur ce marché à fortes retombées médiatiques, l'écurie varoise multiplie les occasions de démontrer les qualités techniques de ses voitures. Elle crée aussi une demande nouvelle liée à la vente de pièces détachées et la maintenance. Elle draine enfin des retombées positives pour l'ensemble de ses pôles d'activité.

Une croissance de tous les pôles

Ce qui tombe plutôt bien puisque le nouveau défi d'Hugues De Chaunac est sportif, technique et industriel, mais aussi commercial et repose justement sur un nécessaire développement de l'ensemble des autres pôles. «Il y a deux ans, nous avons essuyé les plâtres. La crise ne nous a pas faits de cadeaux: les ventes d'accessoires ont baissé, les entreprises ont resserré leurs budgets de communication événementielle. Nous avons alors pris un virage stratégique pour nous tourner davantage vers le client», explique Hugues De Chaunac. Depuis quelques mois, le groupe est ainsi passé à l'offensive sur la toile et a multiplié les portes d'entrée virtuelles et retrouve des perspectives positives pour 2012. Les ventes de sa boutique, qui compte plus de 20.000 références, s'accélèrent. Oreca a pu aussi s'illustrer en réalisant l'organisation et la promotion du GT Tour 2011, championnat de France des circuits. Enfin, Hugues De Chaunac a décidé d'associer son écurie à un grand constructeur automobile, Toyota Motorsport, pour relever le défi du Mans. «Nous avons montré notre pugnacité, nous avons prouvé notre valeur au plus haut niveau de l'endurance automobile. En nous associant avec Toyota, nous donnons à notre équipe technique les moyens de se battre réellement pour la victoire !»

Un cercle vertueux

Oreca devient ainsi incontournable et mise sur l'effet d'entraînement de chaque pôle sur les autres. «Nous fondons notre stratégie sur notre expertise dans l'ensemble des domaines liés au sport automobile. Ingénierie, exploitation, organisation et vente sont finalement différentes facettes, qui lorsqu'elles sont appliquées à la compétition, à la technique et au marketing, font d'Oreca un interlocuteur unique.»

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.