Marseille

Logistique

Nouvelles manœuvres d’Euroméditerranée pour bouter la gare hors du Canet

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 22 mai 2019

Euroméditerranée a conçu une bulle d’oxygène pour permettre aux habitants de Smartseille, le nouveau quartier du nord de la ville de Marseille, de respirer. L’établissement public convoite depuis six ans, la gare ferroviaire du Canet pour la transformer en parc des Aygalades, mais SNCF Réseau refuse de brader les 24 ha de terrain, alors que l’engagement a été pris de fermer le site en 2023. Reste à savoir où l’activité ferroviaire sera relocalisée.

La gare du Cannet.
La gare du Canet. — Photo : NBC

Tel un vieux serpent de mer, le déménagement de la gare ferroviaire du Canet remonte à la surface… Cette gare, située au cœur de Marseille, à quelques encablures de la tour CMA CGM, où chaque jour des trains de marchandises arrivent et repartent en direction de Paris-Bonneuil et de Lille, aiguise l’appétit d'Euroméditerranée. Avant d’envisager sa fermeture, la relocalisation de cette activité semble indispensable.

En 2016, une première tentative d’aménagement d’un nouveau site, sur les bassins est du port, s’est soldée par un échec. Le projet de création d’un chantier combiné à Mourepiane a été abandonné en 2016, après l’avis négatif du commissaire enquêteur. SNCF Réseau, qui avait démarré les travaux d’électrification de la ligne pénétrant le port, les avait suspendus. Et les poteaux alignés le long de la voie attendent désespérément leurs caténaires. Aujourd'hui, le projet est relancé sous la pression d’Euroméditerranée.

En 2018, une écocité baptisée « Smartseille » est sortie de terre. Pour les habitants de ce quartier, situé en zone urbaine, l’établissement public a programmé l’aménagement du parc des Aygalades, le long duquel sera exhumé un ruisseau. « Le projet repart, j’ai instruction du comité de pilotage de libérer la gare du Canet en 2023. Nous avons déjà dépensé 13 M€. Nous avions aménagé une base travaux que nous avons démontée et, aujourd’hui, il faut de nouveau l’installer. L'interruption d'un chantier que l'on reprend ensuite est souvent mal perçue. Nous devons effectuer les travaux sur la voie, inexploitée depuis la fin des années 1980 et réaliser des travaux de signalisation », explique Jacques Frossard, directeur régional SNCF Réseau en Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Pour favoriser l’acceptabilité de ce transfert auprès des riverains, le projet a été revu et corrigé. Il se veut plus modeste et il porte sur un aménagement en deux phases. La première débutera en 2021 avec la rénovation des voies ferrées bord à quai et l’augmentation de capacité de 4 à 8 voies sur le terminal à conteneurs de Mourepiane, permettant de traiter des conteneurs maritimes et de composer des trains entiers de 700 mètres de long. Le terminal étant limité à l’heure actuelle à l’accueil de quelques wagons.

Quant au trafic, qui aujourd’hui alimente à la fois la Provence et la Côte d’Azur, traité actuellement au Canet, il sera à terme transféré à l’arrière du terminal à conteneurs. Une zone de six hectares sera dédiée au chargement et déchargement des caisses mobiles depuis le rail sur le camion et inversement. « Nous voulons conserver un terminal urbain. Fermer la gare du Canet équivaut à remettre des camions sur la route, cela va à l’encontre du souhait du gouvernement », s’inquiète Jean-Claude Brunier, PDG de T3M. Opérateur des trains fret au Canet, il envisage de nouveaux développements à Miramas et nourrit, depuis un an, un  projet, à 20 M€, de création d’un chantier combiné sur Clésud à proximité de Novatrans/Greenmodal.

La gare du Cannet.
La gare du Canet. — Photo : NBC

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.