Bouches-du-Rhône

BTP

NGE vise 20 000 collaborateurs d'ici à 2025

Par Didier Gazanhes, le 15 avril 2021

Après une année 2020 difficile, au cours de laquelle son chiffre d'affaires s'est replié de 3,8% à 2,4 milliards d'euros, le groupe NGE, positionné sur les métiers du BTP et basé à Saint-Etienne du Grès, près de Tarascon, vise une forte croissance dans les années à venir et ambitionne 20 000 collaborateurs et un chiffre d'affaires de 3,5 milliards pour 2025.

Antoine Metzger (à gauche) et Jean Bernardet, président et directeur général du groupe NGE.
Antoine Metzger (à gauche) et Jean Bernardet, président et directeur général du groupe NGE. — Photo : JM-HURON

"L’année 2020 et les difficultés auxquelles nous avons été confrontés à cause de la crise sanitaire, ont permis de mettre en lumière nos atouts", confie en préambule Antoine Metzger, président du groupe, qui compte 13 700 collaborateurs, réalise 2,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires et se positionne aujourd’hui comme le quatrième groupe français de BTP. "Nous nous différencions ainsi de nos concurrents par notre approche multimétiers. Nous faisons travailler ensemble les sept filiales (génie civil, bâtiment, route, travaux ferroviaires, VRD, canalisations et réseaux…) de notre groupe afin de livrer à nos clients des ouvrages sous forme globale et c’est ce qui nous a permis d’avoir une croissance supérieure à celle du marché durant les années passées et même encore en 2020", poursuit-il. La raison d’être de l’entreprise, récemment définie, vient ainsi confirmer cette ambition : "Construire ensemble des ouvrages qui changent le monde et dont nous sommes fiers".

En 2020, le groupe a connu une interruption totale de ses chantiers entre le 17 mars et la mi-mai. À cette date, l’ensemble des travaux avaient repris. "En début d’année, nous avons connu dix semaines fortes et 2020 devait être une année record en termes d’exploitation avant que tout soit stoppé brutalement par le coronavirus", rappelle Jean Bernardet, directeur général de l’entreprise. NGE a participé aux trois chantiers d’urgence que l’État a maintenus pendant le confinement. Une expérience que le groupe a mise à profit pour reprendre son activité. Au cours du premier semestre 2020, NGE a par ailleurs gagné de nouveaux marchés à l’international, notamment au Mexique, à Panama ou encore en Égypte. Le second semestre a permis à l’entreprise de réaliser 60 % de son chiffre d’affaires, à raison d’une moyenne de 10 M€ de chiffre d’affaires par jour. Des chiffres jamais encore égalés qui ont permis à l’entreprise de finir l’année avec un chiffre d’affaires, certes en repli, mais de moindre ampleur que l’ensemble des concurrents ayant publié leurs comptes et avec un taux de croissance de 8,7 % sur les quatre dernières années. NGE dispose en outre d’un carnet de commandes de 4 milliards d’euros, équivalent à celui d’il y a un an.

Une croissance de 50 % à l’international

Fort de sa position, pour les quatre années, le groupe veut accélérer son développement dans les concessions en multipliant par quatre les projets financés dont 50 % à l’international. "C’est un vecteur stratégique de développement qui s’appuie sur notre expertise en structuration financière de projet. L’évolution des marchés des infrastructures, des rénovations urbaines et des nouvelles technologies notamment, présente un fort potentiel pour de nouvelles formes de collaboration (DSP, PPP, Semop…)", précise Antoine Metzger, président de NGE, qui souhaite doubler le chiffre d’affaires de l’entreprise à l’international d’ici à 2025. "Pour cela nous allons notamment recruter près de 4 000 collaborateurs par an sur les cinq prochaines années, comme nous l'avons déjà fait en 2019 et 2020", détaille Jean Bernardet.

Le groupe mise également sur une stratégie de diversification. NGE veut non seulement continuer à mailler le territoire français en augmentant sa couverture géographique et la palette de ses métiers, mais également se développer sur des marchés émergents, à fort potentiel, comme celui de la transition écologique ou de l’économie circulaire. "Nous travaillons aussi sur des sujets de travaux fluviaux-maritimes en lien avec l’environnement, sur des projets liés à l’hydrogène…"

Afin d’atteindre l’ensemble de ses objectifs, le groupe prévoit d’investir près d’un milliard d’euros sur les cinq prochaines années, dans du matériel, dans la croissance externe ou encore dans le recrutement.

Antoine Metzger (à gauche) et Jean Bernardet, président et directeur général du groupe NGE.
Antoine Metzger (à gauche) et Jean Bernardet, président et directeur général du groupe NGE. — Photo : JM-HURON

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail