Région Sud

Réseaux économiques

Mesures de restriction dans le Sud : le monde économique craint pour l'avenir de l'événementiel

Par Hélène Lascols, le 15 septembre 2020

La majorité des dernières mesures de restriction en vue d’endiguer le rebond de l’épidémie de Covid-19 en région Paca a été saluée par le monde économique, qui craint néanmoins une asphyxie des secteurs du tourisme et de l’événementiel.

Alain Gargani, président de la CPME Sud.
Alain Gargani, président de la CPME Sud, demande officiellement que le Préfet des Bouches-du-Rhône décrète un protocole sanitaire pour sauver la filière de l’évènementiel. — Photo : CPME Sud

À la demande du gouvernement, le Préfet des Bouches-du-Rhône et Préfet de Région, Christophe Mirmand, a annoncé, le 14 septembre, les nouvelles mesures de restriction qui touchent le département, suite à la recrudescence de l’épidémie de Covid-19. Des mesures qui n’ont pas tardé de faire réagir les principaux réseaux économiques des Bouches-du-Rhône et de la Région Sud.

Mobilisé pour proposer des préconisations* afin que les nouvelles mesures sanitaires permettent d’endiguer le rebond de l’épidémie sans nuire aux entreprises, au moral des dirigeants, à leur activité et à l’emploi, le monde économique régional que représente le réseau des 7 CCI territoriales de Provence-Alpes-Côte d’Azur a salué la majorité des décisions annoncées par Christophe Mirmand. Roland Gomez, président de la CCI Sud, se réjouit d’ailleurs que « la région, ou l’une de ses métropoles, ait évité un reconfinement, même partiel » et accueille favorablement « le choix de maintenir à Marseille l’ouverture des cafés et restaurants jusqu’à 00 h 30 et de ne pénaliser que ceux qui ne respecteraient pas les consignes sanitaires. Le port du masque étendu en ville, les contrôles accentués, les tests démultipliés, ainsi que la demande de doubler les transports de proximité me semblent des choix raisonnables et nécessaires pour lutter contre la propagation de l’épidémie », ajoute Roland Gomez.

L’événementiel et le tourisme, des secteurs en souffrance

Néanmoins, le réseau a tout de même émis une alerte sur le fait que certaines mesures prises localement risquent fort d’asphyxier les professionnels locaux du tourisme et de l’événementiel déjà étranglés depuis de longs mois. Il dit ainsi craindre vivement que « nombre d’entrepreneurs et indépendants, organisateurs et prestataires d’événements, festifs ou d’affaires, ne se retrouvent sur le carreau avec la limitation des jauges à 1 000 personnes, dans les communes dont le taux d’incidence est de 100 pour 100 000. »

Du côté de la CPME Sud, son président Alain Gargani a souhaité faire part de toute son empathie envers les organisateurs et les 1 200 exposants de la 96e Foire Internationale de Marseille, événement économique majeur de la rentrée qui devait ouvrir ses portes dans moins de 10 jours et qui a été interdit. Une décision dont la direction du Parc Chanot Expo, l’organisateur de la foire, prend acte, tout en soulignant que « plusieurs milliers de travailleurs se trouvent ainsi privés d’activité et de revenus. »

Sauver la filière événementielle

Alain Gargani ajoute d’ailleurs que « cette annulation aura des répercussions dramatiques sur l’économie » et demande au préfet des Bouches-du-Rhône qu’il « propose et décrète un protocole sanitaire pour sauver la filière de l’évènementiel. »

Quant à Jean-Luc Chauvin, président de CCI Aix-Marseille Provence, il a demandé à l’État et à la Région Sud, la création d’une aide spécifique pour indemniser les pertes de chiffre d’affaires des entreprises qui devaient participer à la Foire. La réponse de Renaud Muselier, président de la Région Paca ne s’est pas fait attendre. Faisant référence à la volonté de la CCI AMP de créer il y a quelques mois la création d’un fonds doté de 500 000 euros, qui n’avait pu aboutir en raison de son illégalité, il recommande au président de la chambre consulaire de « mobiliser ses moyens disponibles pour trouver le mécanisme de péréquation qui permettra de dédommager les entreprises concernées. »

Pour faire face à cette nouvelle « onde de choc », Alain Gargani réaffirme que « la CPME Sud ne lâchera rien. » Elle continuera de tout mettre en œuvre pour soutenir et accompagner les entrepreneurs. Tout comme les présidents des CCI territoriales, qui ont confié, par la voix de leur président Roland Gomez, se tenir « à la disposition des services de l’État en région pour envisager, ensemble, avec nos partenaires économiques, tout moyen de lutter contre la Covid-19 en sauvegardant nos entreprises et nos emplois. »

*La philosophie des préconisations du réseau des CCI proposait de limiter l’impact des mesures nécessaires aux périmètres les plus stricts, afin de ne pas replonger l’économie locale dans un marasme dont elle ne se relèverait plus.

Alain Gargani, président de la CPME Sud.
Alain Gargani, président de la CPME Sud, demande officiellement que le Préfet des Bouches-du-Rhône décrète un protocole sanitaire pour sauver la filière de l’évènementiel. — Photo : CPME Sud

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail