Marseille

Mécénat

L’ONG Geres veut développer le mécénat d'entreprises de la région Sud

Par Hélène Lascols, le 05 octobre 2022

L’ONG marseillaise Geres, aujourd’hui l’une des plus importantes de la région Sud, lance la deuxième saison de son académie destinée à favoriser l’émergence de projets à impact environnemental et solidaire. L’association veut davantage développer le mécénat auprès des entreprises locales et les accompagner dans leur bilan carbone.

Gilles Martin-Gilis, directeur du service développement et mobilisation de l'ONG Geres.
Gilles Martin-Gilis, directeur du service développement et mobilisation de l'ONG Geres. — Photo : Geres

Dix jeunes marseillais viennent d’être sélectionnés pour rejoindre l’académie Tugeres. Ils vont être accompagnés jusqu’à la fin de l’année pour tenter de donner corps à leurs projets "à fort impact environnemental et solidaire". Ce programme, qui revient pour sa deuxième année consécutive, est une initiative parmi d’autres pilotées par l’ONG marseillaise Geres (initialement pour Groupement pour l’exploitation rationnelle de l’énergie solaire), fondée en 1976 sous l’impulsion d’universitaires et de chercheurs.

Une trentaine d’entreprises mécènes

Avec un budget de 7,6 millions d’euros en 2021, le Geres, qui emploie 182 collaborateurs, est financée à 80 % par des fonds publics. Mais elle s’ouvre aussi de plus en plus aux entreprises. Elles sont déjà une trentaine à la soutenir, à l’image du bailleur social Erilia et de la Caisse d’Épargne Provence Alpes Côte-d'Azur, devenus mécènes de l’association. Gilles Martin-Gilis, directeur du service développement et mobilisation de l'ONG, espère en convaincre encore davantage : "Nous avons par exemple signé une convention avec le groupe GSE, spécialiste de l’immobilier d’entreprise implanté à Avignon. Le groupe soutient nos projets pour compenser l’équivalent de 2 200 tonnes de gaz à effet de serre par an, soit le volume des émissions liées aux déplacements professionnels de ses collaborateurs. Nous travaillons aussi avec la start-up marseillaise Moa Boa, la fondation Synergie solaire ou encore GRDF Paca."

Bilan carbone

Pour chercher ces soutiens, le Geres est devenue membre du syndicat patronal UPE 13 avec l’ambition de lancer, au sein des entreprises, une réflexion sur leur stratégie en matière de développement durable. "En 2021, dix de nos partenaires se sont prêtés à l’exercice de leur estimation carbone. À partir de ce premier diagnostic, nous pouvons leur livrer des possibilités d’action, des réflexions, via des webinaires ou des ateliers de co-développement", ajoute Gilles Martin-Gilis.

En France, le Geres assure également aussi une mission de coordination d’acteurs professionnels du secteur agricole de la région Sud pour accompagner l’agriculture régionale dans une transition énergétique durable.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition