Région Sud

Événementiel

Le Syndicat des activités événementielles lance un appel pour soutenir la filière

Par Didier Gazanhes, le 29 juin 2020

Le Syndicat des activités événementielles qui a vu le jour à Marseille durant le confinement, vient de lancer un appel afin de soutenir la filière et de préparer une reprise suite à la crise du coronavirus qui a entraîné une nouvelle mutation de ce secteur.

Cédric Angelone a créé, avec Eric Algoud, le syndicat des activités événementielles.
Cédric Angelone a créé, avec Eric Algoud, le syndicat des activités événementielles. — Photo : D.R.

Créé pendant le confinement, le Syndicat des activités événementielles (SAE), porté par Cédric Angelone, de l’agence Artkom et Cédric Algoud de Mediacom, compte aujourd’hui 307 entreprises, représentant près de 2 900 salariés. Il a vocation à regrouper l’ensemble des entreprises du secteur événementiel, aujourd’hui mobilisé pour mettre en place de nouvelles règles prenant en compte le risque sanitaire et la sécurité du public. Si l’initiative est née en Région Sud, le syndicat compte déjà des membres issus d’autres régions : Occitanie, Ile de France, Normandie, Auvergne – Rhône-Alpes… « Nous voulons être un véritable mouvement de transformation des métiers de l’événementiel, né de la nécessité de répondre à la crise du coronavirus qui a complètement paralysé notre secteur et mis en danger l’ensemble de la filière », confie Cédric Angelone, qui vient de dévoiler les quatre axes d’action du syndicat.

Le SAE a ainsi choisi de mettre en place une étude épidémiologique Covid-19 appliquée à l’événementiel afin de déterminer de façon scientifique qu’il n’y a pas de risque majeur à assister à un événement de type concert avec une distanciation physique réduite, tout en respectant les protocoles sanitaires. Cette étude sera menée avec EuroMédicare et le professeur Pascal Auquier de l’APHM. « Cette étude pourra ensuite être utilisée pour d’autres virus. Nous devons d’ores et déjà intégrer cette problématique, comme nous l’avons fait il y a quelques années, pour le risque attentat. Le public ne reviendra pas dans les conditions d’avant la pandémie et respecter un espace de 4 m² entre les personnes n’est pas faisable, économiquement parlant. Cette étude sera menée à l’automne prochain et nous permettra de travailler dans la durée en intégrant le risque sanitaire », poursuit Cédric Angelone.

Un sourcing plus local

Un livre blanc de bonnes pratiques est également en cours de rédaction et sera disponible début juillet. « La crise a modifié la hiérarchie des valeurs et le secteur événementiel doit pouvoir incarner ces nouvelles attentes. L’objectif de ce livre blanc est de créer un véritable référentiel qui permettra d’identifier les organisateurs d’événements qui adhèrent à notre philosophie ». Le SAE propose de modifier certains points dans les dossiers de demandes de subventions ou de réponse aux marchés publics, à savoir la prise en compte notamment des actions éco-citoyennes territoriales, la dynamisation de l’attractivité économique locale et des acteurs locaux et, bien sûr, le respect très strict des cahiers des charges sanitaires par l’ensemble des organisateurs d’événements.

Ainsi, en troisième axe de proposition, le syndicat souhaite aider et développer le sourcing de fournisseurs locaux responsables. « Nous devons privilégier les filières courtes et l’achat local. Nous préparons ainsi la mise en ligne d’une plateforme de mise en relation entre les organisateurs d’événementiels et les prestataires et fournisseurs locaux afin de favoriser la reprise de l’économie locale. Nous avons notamment identifié des fournisseurs de produits sanitaires… » Par ailleurs, le SAE s’est rapproché de la CCI AMP et développe au sein de la marketplace qu’est le Metropolitan Business Act une offre événementielle dédiée aux adhérents afin qu’ils puissent mettre en valeur leurs métiers et leurs offres auprès des grands acheteurs du territoire. Le lancement est prévu pour début juillet.

Enfin, également en collaboration avec la CCI AMP, le SAE travaille à mettre en place une formation référents sanitaires/Covid qui apprendront à analyser le risque, puis à faire respecter l’ensemble des nouvelles règles.

Cédric Angelone a créé, avec Eric Algoud, le syndicat des activités événementielles.
Cédric Angelone a créé, avec Eric Algoud, le syndicat des activités événementielles. — Photo : D.R.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail