Bouches-du-Rhône

BTP

Le groupe NGE vise 3,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires

Par Didier Gazanhes, le 06 octobre 2021

Si en 2020, crise sanitaire oblige, le chiffre d’affaires du groupe de BTP, basé à Saint-Étienne-du-Grès, près de Tarascon, s’est replié de 3,8 %, NGE vise une forte croissance dans les années à venir et se fixe comme objectif 20 000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros en 2025.

Déconstruction de la passerelle de la gare d’Hazebrouck le 22 mai 2021.
Déconstruction de la passerelle de la gare d’Hazebrouck le 22 mai 2021. — Photo : Marc Chesneau

"L’année 2020, aussi difficile fût-elle, a montré toute la force de notre groupe, toute la force d’un collectif à la fois engagé, uni et passionné par les métiers des travaux publics", commente en préambule Antoine Metzger, président du groupe basé à Saint-Étienne-du-Grès et qui se positionne comme le numéro 4 du BTP en France. Avec un chiffre d’affaires de 2,402 milliards d’euros pour 12 500 collaborateurs, le groupe a certes réalisé une année 2020 en léger repli (-3,8 %) par rapport à 2019, mais certaines de ses activités comme les travaux ferroviaires ou le déploiement de la fibre optique connaissent de fortes croissances. Par ailleurs sa rentabilité est en croissance avec un rapport Ebitda/chiffre d’affaires de 7,3 %, contre 7,1 % en 2019. "Nous faisons une croissance supérieure au marché et régulière", ajoute le président, qui rappelle que NGE se distingue de ses concurrents par une approche multimétiers : "Il s’agit de notre capacité à faire travailler ensemble les différentes filiales du groupe autour de sept métiers de la construction pour livrer à nos clients des ouvrages sous forme d’offre globale".

Une approche multimétiers

Pour Jean-Sébastien Léoni, directeur général adjoint de NGE, le concept de multimétiers est directement ancré dans l’ADN de l’entreprise. "Dans toutes nos interventions, dans le cadre de grands travaux (LGV, autoroutes…) il y a un chef de chantier qui coordonne tous les intervenants. Nous avons bâti notre organisation sur cette idée. Nos clients ont un interlocuteur unique qui va se charger d’orchestrer et de coordonner les filiales qui vont intervenir pour répondre aux demandes et optimiser le projet. Dans d’autres groupes, il y a parfois mise en concurrence des filiales. Ce n’est pas notre état d’esprit. Nous misons plutôt sur le travail collectif et le partage, des bénéfices ou des échecs. Nous gagnons ensemble ou nous perdons ensemble. Il n’y a pas à désigner telle ou telle filiale comme le bouc émissaire. La notion de partage est notre socle. Nous devons apporter des choses différentes aux clients et aux collaborateurs, avec lesquels nous partageons également l’actionnariat de l’entreprise…", explique-t-il, rappelant que, depuis les années 2000, le groupe fait ainsi une croissance moyenne annuelle de 12 %.

Le groupe NGE intervient sur un large spectre de chantiers, pour des montants allant de 5 000 euros aux milliards d’euros sur des années de déploiement, comme la mise en place de la fibre ou le Grand Paris. "20 % de notre activité est constituée de grands projets emblématiques, ceux dont on parle dans les médias. Les cycles et les délais de décision sont très longs, mais c’est un volume d’activité qui demeure relativement stable dans le temps". NGE réalise en moyenne un chiffre d’affaires annuel de 400 millions d’euros sur ces grands projets et l’entreprise compte un carnet de commandes de deux années d’avance.

Le reste de l’activité, représentant environ un milliard d’euros de chiffre d’affaires, est quant à lui, composé d’une multitude de chantiers régionaux multimétiers. "Ce sont des interventions qui touchent le quotidien des utilisateurs : la rénovation d’une place de ville, de voies ferrées, des travaux dans des gares…"

L’offre de NGE s’articule autour de sept grands métiers de la construction (VRD et terrassement, canalisations et réseaux, génie civil, route, travaux géotechniques, travaux ferroviaires et bâtiment) traités par plus de 80 filiales. "Pour chacun des métiers, nous avons une filiale principale, comme Guintoli pour le VRD, NGE génie civil pour le génie civil, NGE Infranet pour la fibre ou TSO pour les travaux ferroviaires. Ensuite, tout est décliné en une multitude de petites entreprises sur les territoires. Nous misons fortement sur l’identification locale. Ainsi, certaines filiales gardent parfois leur nom d’origine quand elles entrent dans NGE. Nous ne voulons pas détruire de la valeur", détaille Jean-Sébastien Léoni.

Un fort engagement RSE

"Construire ensemble des ouvrages qui changent le monde et dont nous sommes fiers". Antoine Metzger se plaît souvent à rappeler cette phrase qui constitue la raison d’être de l’entreprise et qui, par le " dont nous sommes fiers", met clairement l’accent sur l’impact sociétal des ouvrages. "Comme Monsieur Jourdain, cela fait trente ans que nous faisons de la RSE. Nous sommes attachés à notre impact sur les hommes et sur l’environnement. Notre plateforme de formation a ainsi vu le jour dans les années 1990. Notre richesse, ce sont les hommes…", insiste Jean-Sébastien Léoni. Près de 4 000 recrutements en 2019, près de 3 000 en 2020, en quatre ans, les effectifs du groupe ont ainsi progressé de 57 %. "Nous avons un partenariat national avec les crèches Babilou. Nous considérons que c’est très important pour pouvoir attirer davantage de jeunes femmes dans les métiers d’encadrement des chantiers. Nous sommes sur un marché de l’emploi en tension sur nos métiers et nous nous privons de 50 % des talents", regrette-t-il.

Par ailleurs, en termes d’environnement, le groupe affiche un réel engagement à diminuer ses émissions de gaz à effet de serre, sur un rythme annuel, plutôt que sur un simple objectif à cinq ans. "Nous nous sommes en effet fixé un rythme d’amélioration de 4 % par an, qui semble plus atteignable à l’ensemble des équipes que de donner des volumes à un horizon trop lointain. Notre rapport RSE n’est pas simplement incantatoire, mais décline concrètement l’ensemble des actions que nous mettons en place…"

Davantage de projets financés en concession

Afin de pouvoir capter plus facilement davantage de grands projets, le groupe veut se positionner sur les marchés en concession et envisage de multiplier par quatre, d’ici à 2025, sa capacité à financer les projets. "Nous voulons proposer des projets clés en main. Nous voulons poursuivre des chantiers comme la construction d’une autoroute ou la pose de la fibre, mais pas seulement. Nous voulons également gérer et entretenir ces réseaux pendant 25 ans, avec ou sans partenaire. Ce sont des projets gagnant/gagnant dans lesquels l’exploitation des ouvrages permet de financer les travaux. Dans ce cadre-là, les projets sont souvent optimisés. Nous pouvons être amenés à les modifier ou à les aménager afin d’optimiser la gestion", précise le directeur général. NGE compte déjà notamment un port de plaisance, un barrage, trois autoroutes, en France et à l’international. "Nous avons ainsi la maintenance d’un réseau ferré que nous avons construit en Uruguay et nous allons également opérer le réseau de fibre optique à très haut débit de Liverpool aux côtés d’ITS Technology Group, fournisseur de réseau au Royaume-Uni".

NGE Connect, une nouvelle activité

En 2020, NGE a lancé une nouvelle activité, supporté par une nouvelle filiale, NGE Connect, issue du rachat de la société havraise S2F Network (30 salariés – CA : 2,5 millions d’euros) dont l’objectif est d’allier les compétences traditionnelles en BTP avec un savoir-faire en " smart city " (ville intelligente). Pour NGE, les collectivités changent et leurs besoins aussi. "Elles ont pour devoir de réduire leur impact environnemental et elles gèrent de plus en plus de données. Nous nous attendons donc à de plus en plus de marchés qui incluent des travaux de travaux publics traditionnels (maçonnerie, enrobés…), associés à la pose de câble, de fibre, de capteurs et à la mise en place d’outils de gestion des données". Arrosage des espaces verts, régulation des flux de circulation, gestion des parkings, éclairage public, autant de sujets qui nécessitent une mise en réseaux des donnes. "Nous avons développé un Hyperviseur, qui gère l’ensemble de ces sujets. Beaucoup de collectivités commencent à réfléchir à une telle approche globale". NGE a ainsi d’ores et déjà décroché le marché de rénovation du centre-ville de Vernon, dans l’Eure et vise idéalement la transformation digitale des villes de moins de 100 000 habitants où vit 85 % de la population française. En 2019, près du tiers du chiffre d’affaires de NGE était réalisé sur des métiers sur lesquels le groupe n’était pas présente cinq ans auparavant.

Déconstruction de la passerelle de la gare d’Hazebrouck le 22 mai 2021.
Déconstruction de la passerelle de la gare d’Hazebrouck le 22 mai 2021. — Photo : Marc Chesneau

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail