Aix-en-Provence

Marketing

Le groupe HighCo investit dans le monde virtuel Decentraland

Par Didier Gazanhes, le 18 mars 2022

Le groupe aixois de marketing, HighCo, vient de faire ses premiers pas en achetant un terrain et en construisant un bâtiment au sein d’une plateforme de réalité virtuelle nommée Decentraland. Un premier pas qui lui confère une expérience sur les nouveaux territoires du web 3 au sein desquels il souhaite accompagner ses clients, les marques et distributeurs.

Thilbault Lecerf, dirigeant d’HighCo Venturi.
Thilbault Lecerf, dirigeant d’HighCo Venturi. — Photo : D.R.

Cela pourrait ressembler à un avenir dystopique, tout droit sorti d’un film de science-fiction, pourtant, c’est déjà la réalité. Le groupe aixois HighCo (600 salariés, marge brute : 74,16 M€), au travers de sa filiale HighCo Venturi vient en effet de s’installer dans un monde virtuel au sein de l’espace virtuel du Web3, qui préfigure ce que sera le futur d’internet. "Le web 3 sera la troisième étape d’internet, après celle des sites vitrines, celle des réseaux sociaux et du partage, le web 3 va présenter une vision plus décentralisée, reposant sur la blockchain, les NFT (objets numériques valorisés par un jeton cryptographique), et le métavers", confie Thibault Lecerf, directeur général d’HighCo Venturi, créée en 2020, qui se présente comme la start-up studio (5 salariés) du groupe du même nom coté en Bourse. "Nous nous positionnons comme une start-up qui crée d’autres start-up. Nous cherchons les idées, puis nous aidons à créer les entreprises qui vont les développer".

Depuis 2020, HighCo Venturi a contribué à la naissance de trois start-up, regroupant au total une quarantaine de salariés, (HighCo Coupon, Highco Nifty et, plus récemment, HighCo Flowchart) toutes tournées vers le cœur de métier du groupe : l’engagement client. "Elles proposent des outils facilitant la promotion à destination de nos clients : les marques et les distributeurs".

Le bâtiment d’HighCo dans Decentraland se trouve près de Génésis Plazza.
Le bâtiment d’HighCo dans Decentraland se trouve près de Génésis Plazza. - Photo : D.R.

Expérimenter le métavers

Aujourd’hui, HighCo Venturi a décidé de concentrer ses efforts vers le web 3. "Nous sommes convaincus qu’il s’agit d’un formidable outil qui va contribuer à la transformation du commerce", affirme avec enthousiasme le directeur général, expliquant ainsi que le groupe a souhaité expérimenter le métavers avec la plateforme de réalité virtuelle Decentraland, qui a vu le jour en 2015 et a été ouverte au public en 2020. À la différence des réseaux sociaux qui appartiennent à une entreprise, Decentraland est une plateforme décentralisée, appartenant à la communauté de ses utilisateurs qui la fait évoluer. "Le métavers, c’est la fusion de différentes plateformes de réalité virtuelle et de jeux vidéo. Une assez bonne vision de cet univers a été présentée dans le film de S. Spielberg, "Ready player one". Il s’agit d’un univers virtuel, composé de différentes plateformes interconnectées, où nous pouvons déambuler sous forme d’avatars, que nous pourrons enrichir, et où nous aurons des interactions avec les autres utilisateurs. Il existe actuellement deux ou trois plateformes proposant de telles fonctionnalités et nous avons choisi Decentraland".

L’achat de territoires virtuels

La version bêta de Decentraland a vu le jour en 2017. Ce monde virtuel s’étend sur l’équivalent de 23 km² et les parcelles de Decentraland peuvent être achetées en utilisant la cryptomonnaie Mana. "À l’origine de la plateforme, les terrains s’échangeaient pour environ 20 dollars, désormais certaines parcelles peuvent coûter plusieurs dizaines de milliers d’euros, voire plusieurs millions". HighCo Venturi a ainsi fait l’acquisition de l’une de ces parcelles, pour un montant non révélé. "Pour nous, il s’agit d’un investissement. Nous nous sommes positionnés à proximité de Genesis Plazza, un site stratégique qui sert de point d’entrée dans Decentraland. Comme dans la vie réelle, il faut avant tout trouver le bon emplacement. Ensuite, nous avons construit un bâtiment ludique, de trois niveaux, qui raconte l’histoire de notre entreprise. Par notre présence, nous voulons montrer aux marques et aux distributeurs ce qui peut être fait". HighCo se propose ainsi d’accompagner ses clients sur ces territoires virtuels où la distribution va trouver de nouvelles formes. "Nous pouvons travailler à trouver un terrain, à construire un bâtiment virtuel. Tout cela est assez compliqué à faire sans expérience. Le métavers, tout le monde en parle sans trop savoir ce qu’il en est. Nous venons d’y faire nos premiers pas et nous avons désormais une expérience et de solides compétences. Nous pouvons aussi louer notre terrain pour une opération événementielle, de quelques jours ou de plusieurs mois". Selon le directeur, HighCo a déjà enregistré de nombreuses demandes d’information.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition