Bouches-du-Rhône

Industrie

Le groupe ADF vise +50 % de chiffre d'affaires en cinq ans

Par Didier Gazanhes, le 04 novembre 2022

Le Groupe ADF, basé à Vitrolles (Bouches-du-Rhône) et spécialisé dans les services à l'industrie, vient d'inaugurer l'extension de sa halle de chaudronnerie de La Feuillane, à Fos-sur-Mer. Un outil industriel qui va lui permettre de poursuivre son développement et d'atteindre son objectif de 600 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2027.

Marc Eliayan, président du groupe ADF.
Marc Eliayan, président du groupe ADF. — Photo : DR

C’est à Vitrolles, dans un immeuble de bureaux de la zone de la Bastide Blanche, que se trouve discrètement installé le siège social du groupe ADF, présidé par Marc Eliayan (3 500 collaborateurs dans le monde). L’entreprise, qui se positionne comme l’un des groupes français leader dans le domaine des services à l’industrie et intervient ainsi dans une multitude de secteurs (mobilité, énergie, matériaux, technologies et santé & bien-être), a inauguré à la mi-septembre l’extension de sa halle de chaudronnerie à haute valeur ajoutée sur son site de la Feuillane, à Fos-sur-Mer, à proximité immédiate de grands donneurs d’ordres industriels.

"Nous avons des ambitions de croissance très forte et, pour parvenir à nos objectifs, notre capacité de production est essentielle", précise Fabrice Arfi, directeur marketing & ventes du groupe qui enregistre un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros (dont 24 millions d'euros d'Ebitda) et qui souhaite d’atteindre les 600 millions dans les cinq années à venir. Soit +50 % d’ici à 2027.

Pièces complexes

La halle de chaudronnerie d’ADF, qui avait nécessité 3 millions d’euros d'investissement lors de sa construction en 2018, s’est agrandie de 800 m² et de 200 m² d'espaces de stockage supplémentaires. Ce nouvel équipement, baptisé FAB2, représente quant à lui un investissement de 1 à 2 millions d’euros. Le site va permettre à l’entreprise de fabriquer des pièces complexes et de grande dimension. "Nous y réalisons ainsi un contrat avec EDF pour lequel nous construisons des pièces pour les deux tranches de l’EPR de Hinckley Point en Grande-Bretagne, et nous devrions également participer aux équipements du futur EPR de Sizewell, toujours en Grande-Bretagne. Dans le nucléaire, il y a une très forte exigence de qualité et nous avons choisi d’agrandir notre site afin de pouvoir travailler sur de très grandes pièces. Cette extension anticipe d’autres contrats à venir, avec EDF et d’autres sociétés", poursuit Fabrice Arfi. L’extension devrait entraîner l’embauche d’une douzaine de salariés supplémentaires, directement liés à cette activité. Sur le site de La Feuillane, le groupe ADF compte déjà 200 salariés, dont une vingtaine de chaudronniers.

Fort repli en 2020

Le groupe ADF, principalement détenu par les membres de sa direction, a connu un fort repli en 2020, en plein cœur de la crise sanitaire du Covid-19. Fortement positionnée sur le secteur aérien, notamment après le rachat en 2016 de la société Latécoère Services, rebaptisée depuis Latesys, l’entreprise a ainsi perdu près de 25 % de son chiffre d’affaires, soit près de 100 millions d’euros, sur l’année. "En 2021, nous avons regagné ces 100 millions d’euros et nous disposons même depuis d’une position de cash renforcée", précise le directeur marketing & ventes.

Le groupe a ainsi repris sa politique d’acquisition en 2021 avec le rachat de la société Tournaire Equipement, implantée à Grasse (Alpes-Maritimes) et spécialisée dans l’ingénierie, les procédés et les équipements de traitement de matières premières dans le secteur des cosmétiques et parfums. En moyenne, depuis la création d’ADF, le groupe a réalisé une acquisition par an. "Nous avons une politique de rachat prudente. Cela fait maintenant six ans que nous avons racheté Latécoère Services, qui comptait près de 1 000 salariés, ce qui a constitué l’un de nos plus importants investissements, rappelle Fabrice Arfi. Il n’est toutefois pas impossible qu’un rachat de cette ampleur se reproduise dans l’avenir."

Croissance dans tous les secteurs

Pour ses objectifs de croissance, le groupe mise sur les cinq grands secteurs sur lesquels il est positionné. Dans le domaine de la mobilité, outre l’aérien, l’entreprise est présente sur le marché des transports en commun. "Nous avons travaillé avec Transdev ou Keolis, pour des transports au gaz naturel ou à l’hydrogène. Nous avons notamment apporté les process nécessaires à la fabrication de stations d’avitaillement", commente le directeur marketing.

Le groupe ADF, historiquement implanté dans les énergies fossiles, continue à y être un acteur majeur. "Mais nous nous positionnons désormais également dans les secteurs du nucléaire et des énergies renouvelables", précise Fabrice Arfi. L’agrandissement de la halle de chaudronnerie répond notamment à des contrats dans le nucléaire.

La société est également historiquement spécialisée dans les matériaux. "Il s’agit d’un secteur en plein renouveau. La sidérurgie est notamment en train d’inventer de nouveaux processus de fabrication d’acier avec des fours ne fonctionnant pas au charbon. ArcelorMittal a annoncé des investissements massifs en France. Nous nous positionnons sur ces dossiers."

Les secteurs Espace et Défense sont également en plein essor, notamment avec un budget du ministère des Armées qui va encore croître de trois milliards d’euros par an d’ici 2025 pour atteindre 50 milliards d’euros. Enfin, le groupe fonde beaucoup d’espoir dans la santé et le bien-être, en y apportant ses compétences en ingénierie, digitalisation et maintenance des unités de production. Des secteurs en pleine croissance sur lesquels ADF s’est renforcé en 2021 avec le rachat de Tournaire Equipement. "Actuellement, les secteurs aéronautique et énergie représentent près de 70 % de notre chiffre d’affaires. Nous visons une répartition plus équilibrée en enregistrant des croissances sur l’ensemble de nos marchés", pose Fabrice Arfi.

Déploiement à l’international

ADF mise également sur un développement à l’international. Installé depuis 2011 au Canada avec sa filiale Solutions Latesys Canada, le groupe a acquis en août 2022 la société québécoise Amrikart Ultraprecision Inc., spécialisée dans la métrologie dimensionnelle de haute précision. Un rachat qui vient renforcer le savoir-faire de la marque G2Metric du groupe dans le domaine de la métrologie. "Nous doublons ainsi notre présence en Amérique du Nord. Notre priorité à l’international a toujours été d’accompagner nos clients existants. Une fois installés sur place, nous commençons à trouver des clients locaux". L’entreprise souhaite en outre se renforcer en Allemagne, puis en Espagne, au Portugal et au Maroc.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition