Nice

Vin

Le Château de Crémat voit son développement dans l'événementiel

Par Olivia Oreggia, le 23 novembre 2021

Le Château de Crémat est l’un des domaines phares de la confidentielle appellation niçoise des vins de Bellet. Depuis son rachat en 2018 par l’industriel Daniel Derichebourg, le domaine se transforme peu à peu pour devenir aussi un lieu incontournable de l’événementiel sur la Côte d’Azur.

À Nice, le Château de Crémat veut devenir un lieu incontournable de l’événementiel sur la Côte d’Azur.
À Nice, le Château de Crémat veut devenir un lieu incontournable de l’événementiel sur la Côte d’Azur. — Photo : Olivia Oreggia

Fort de cinquante hectares plantés sur la commune de Nice, l’AOC Bellet est l’une des plus anciennes appellations d’origine contrôlée, et le seul vignoble totalement implanté au sein d’une grande agglomération. À peine une dizaine de domaines se partagent la production du vin niçois, parmi lesquels le Château de Crémat, construit en 1906 sur l’une des collines surplombant la ville. L’industriel Daniel Derichebourg, fondateur et président du groupe de services aux entreprises et aux collectivités du même nom, déjà propriétaire de domaines bordelais, l’a racheté en nom propre à la barre du tribunal en 2018. Le précédent propriétaire, l’homme d’affaires néerlandais Cornelis Karmerbeek, avait pourtant investi plus de 10 millions d’euros après son acquisition en 2000, sans parvenir à rendre l’affaire rentable.

"Une Rolls sans moteur"

Daniel Derichebourg est un propriétaire aussi discret qu’impliqué. Il porte de réelles ambitions pour le Château de Crémat, afin de le faire vivre tout au long de l’année en dehors de la vente de vin, des mariages et des visites oenotouristiques. Avec ses nouveaux habits d’ocre rouge, le domaine veut désormais s’ouvrir. "Il y avait tout à faire, c’était une Rolls sans moteur", dépeint Agnès Mengel, nouvelle responsable des ventes et des événements, qui a notamment travaillé au sein des clubs Belambra Business comme responsable du développement commercial. "Il faut qu’on parle du Château de Crémat, il doit faire partie du paysage événementiel de la Côte d’Azur. C’est un terrain de jeu fabuleux. Nous avons beaucoup misé sur l’art et la musique, accueillant neuf concerts cet été, soit 500 à 700 personnes par soirée. Nous développons aussi les événements corporate."

Le Château de Crémat vise à devenir un incontournable de l’événementiel azuréen.
Le Château de Crémat vise à devenir un incontournable de l’événementiel azuréen. - Photo : Jean-Pierre Rey


La liste des projets du domaine s’allonge : un festival de musique en juillet 2022, un partenariat avec l’opéra de Nice pour des afterworks, une présence sur des salons professionnels, un rapprochement avec le Comité régional du tourisme et la Commission du Film de la Côte d’Azur… Car pour des tournages, des lancements de produits, des défilés de mode, des séminaires ou des dîners de gala, le château offre son décor comme promesse.

Les deux C entrelacés du Château de Crémat auraient inspiré Coco Chanel, habituée des lieux dans les années 20.
Les deux C entrelacés du Château de Crémat auraient inspiré Coco Chanel, habituée des lieux dans les années 20. - Photo : Olivia Oreggia

Du luxe et de l’élégance, c’est sur ce créneau que le propriétaire veut positionner le site après dix-huit mois de travaux (montant confidentiel) et une rénovation complète. À l’intérieur du château, mobilier, objets et tentures viennent intégralement de la vente aux enchères organisée par le palace parisien Ritz en 2018.

Bientôt 25 hectares de vignes

L’équipe a été peu à peu étoffée ces derniers mois et onze personnes y travaillent désormais. Il s’agit là encore de structurer et de développer en créant une véritable unité avec le vignoble. Avec le domaine de Toasc voisin, également propriété de Daniel Derichebourg, Crémat produit 50 000 bouteilles par an. Leur territoire va s’agrandir à 25 hectares.

Le château de Crémat fait partie du vignoble de l’AOC Bellet.
Le château de Crémat fait partie du vignoble de l’AOC Bellet. - Photo : Olivia Oreggia

"C’est un formidable challenge", explique Emmanuel Da Rocha, nouveau responsable du caveau. "Avant étaient vendus des vins vieillissants, de vieux millésimes. Il faut recréer la demande, l’envie de goûter, il faut refaire connaître. C’est un vrai repositionnement stratégique." Aujourd’hui, les vins de Crémat et Toasc sont essentiellement vendus en local, à parts égales entre hôtels-restaurants et cavistes. "Il faut développer le reste de la France, le nord de l’Europe, les États-Unis", précise le sommelier. "Nous sommes en train de développer un réseau d’importateurs. On ne repart pas de zéro mais, commercialement parlant, c’est tout comme."

À Nice, le Château de Crémat veut devenir un lieu incontournable de l’événementiel sur la Côte d’Azur.
À Nice, le Château de Crémat veut devenir un lieu incontournable de l’événementiel sur la Côte d’Azur. — Photo : Olivia Oreggia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail