Toulon

Naval

Le chantier naval Transmetal Industrie prépare sa transition écologique

Par Hélène Lascols, le 13 janvier 2022

En lançant la construction d’un premier bateau 100 % électrique pour la compagnie Batorama, le chantier varois Transmetal fait ses premiers pas dans la navigation fluviale et démontre sa capacité à innover pour répondre aux nouveaux enjeux de décarbonation du transport de passagers.

Mise à l’eau de "Charlotte", un bateau de transport réalisé pour la compagnie Riviera Lines.
Mise à l’eau de "Charlotte", un bateau de transport réalisé pour la compagnie Riviera Lines. — Photo : Transmetal Industrie

En fin d'année 2021, le chantier naval Transmetal Industrie a décroché son premier marché visant la construction d’un bateau 100 % électrique, pour la compagnie strasbourgeoise de transport touristique de passagers Batorama. À travers ce contrat, le chantier, implanté à Saint-Mandrier-sur-Mer, près de Toulon, fait aussi ses premiers pas dans le secteur de la navigation fluviale et s’est lancé un défi de taille. "Accompagnés de l’entreprise rochelaise Alternative Énergies et du cabinet d’architecture naval lorientais Ship- ST, nous allons répondre à un cahier des charges ambitieux : une propulsion zéro émission, une verrière avec ouverture à 80 %, un système multimédia inédit, une gestion de l’énergie sophistiquée pour offrir au bateau une autonomie de 16 heures et aux batteries une durée de vie de 10 ans", détaille Frédéric de Rovere, le directeur général de Transmetal depuis 2004. Le premier bateau (3 millions d’euros d’investissement), d’une capacité de 135 passagers, devrait être livré en 2022 et sera testé avant un renouvellement complet de la flotte de la compagnie (7 navires au total).

Mais ce n’est pas là le seul bateau en construction sur la parcelle d’un hectare occupé par l’entreprise, qui réalise 6 millions d'euros de chiffre d'affaires : deux bateaux de transport mixte seront livrés en 2022. L’un en aluminium pour Riveria Line, la compagnie qui dessert les Îles de Lerins au large de Cannes. L’autre en acier pour la société Paul Ricard, qui assure la liaison avec l’île des Embiez. "Nous travaillons aussi sur un nouveau bateau, à propulsion hydrojet, qui permet de passer dans de faibles tirants d’eau pour la Compagnie vendéenne, qui assure la desserte de l’Île d’Yeu", ajoute le dirigeant.

Le bateau "La Vendéenne" en sortie de nef chaudronnerie, chez Transmetal Industrie.
Le bateau "La Vendéenne" en sortie de nef chaudronnerie, chez Transmetal Industrie. - Photo : Transmetal Industrie

Des bateaux de plus en plus écologiques

Si le projet de Batorama est pointu, il offrira à Transmetal une belle référence sur le marché de la navigation fluviale, un marché très concurrentiel, sur lequel le dirigeant entend se positionner en faisant valoir son expertise sur une niche : le zéro émission. L’entrepreneur et son équipe de 22 salariés préparent ainsi la transition écologique du métier de constructeur de navires de transport à faible émission de CO2.

Dès 2013, le chantier, positionné sur le marché des navires de servitude jusqu’à 35 m, avait sorti de ses chantiers les deux premiers "éco bateaux bus hybrides" du Réseau Mistral, le réseau de transport public de l’aire toulonnaise, "des bateaux, qui sont toujours en service et restent sans égal sur le plan national", confie Frédéric de Rovere. L’entreprise, spécialisée dans la maintenance et le refit, a également réalisé l’hybridation d’un bateau naviguant dans les Calanques de Cassis.

Aujourd’hui, Transmetal s’efforce aussi d’acquérir la maîtrise de l’intégration des futures piles à hydrogène et est membre du projet varois Hynovar, en faveur de la transition zéro carbone. À ce titre, Frédéric de Rovere confie "vivre une période à la fois très intéressante et difficile. Face à la demande grandissante des armateurs pour des solutions plus propres, nous devons être en mesure de leur proposer les solutions les plus pertinentes et les mieux adaptées en amont du projet, c’est-à-dire au stade de l’ingénierie de projet. C’est là, l’une de nos forces car nous restons une petite structure, capable d’aller chercher les bons partenaires pour répondre à des cahiers des charges élevés et ainsi vivre une aventure à la fois technique et humaine."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition