Bouches-du-Rhône

Distribution

Le 2CV - Méhari Club de Cassis lance des kits de conversion électrique

Par Didier Gazanhes, le 11 janvier 2022

Désormais acceptée par la réglementation française, la conversion d’un véhicule thermique en véhicule électrique (rétrofit) ouvre de nouvelles perspectives au 2 CV - Méhari Club de Cassis, qui est l’unique détenteur officiel des pièces détachées des célèbres véhicules, 2 CV et Méhari, de Citroën.

Stéphane Wimez dirige le 2CV- Méhari Club depuis 2013.
Stéphane Wimez dirige le 2CV- Méhari Club depuis 2013. — Photo : D.Gz.

La société 2 CV – Méhari Club de Cassis a vu le jour dans les années 1990, créée par la famille Marques. Reprise en 2013 par Stéphane Wimez et Julien Wagner, elle est actuellement en train de prendre un virage majeur en se lançant dans la fabrication de kits de conversion permettant de transformer un véhicule thermique en véhicule électrique. Un procédé, baptisé rétrofit, qu’elle soutient activement, avec d’autres constructeurs, au sein de l’association AIRe. Un lobbying qui a porté ses fruits puisque le gouvernement français a finalement autorisé le rétrofit en France en 2020, à l’instar de ce qui se faisait déjà notamment en Angleterre. En avril 2021, l’entreprise a ainsi lancé une 2 CV équipée d’un kit de conversion qui a été homologué. "Il s’agissait de la toute première homologation d’un rétrofit en France pour un véhicule quatre roues", confie Stéphane Wimez.

Premier véhicule électrique en 2017

L’aventure du Club dans le monde de l’électrique a débuté en 2017, date à laquelle, l’entreprise a fabriqué sa toute première Méhari électrique, baptisée Eden. Depuis, le Club en a fabriqué une centaine. Pour l’entreprise, l’enjeu de l’électrique est essentiel. "C’est un marché porteur qui peut permettre de pérenniser notre activité à long terme. Nous avons en effet essayé de nous projeter à 10 ou 20 ans. Actuellement, nos clients sont des passionnés qui adorent restaurer ces voitures qui, pour eux, sont comme une Madeleine de Proust. Nous mettons tout en œuvre pour qu’ils puissent le faire de la façon la plus optimale, grâce à notre site internet et à notre logistique. Mais les enfants et les petits enfants des propriétaires actuels, quels rapports auront-ils avec ces véhicules ? Il ne faut pas non plus oublier toutes les contraintes qui peu à peu vont peser sur les véhicules thermiques. Les mentalités évoluent rapidement. Ces voitures ne doivent pas juste exister dans des musées, elles doivent vivre, rouler. Nous faisons aussi ce pari", poursuit le dirigeant. La sortie de l’Eden électrique s’inscrit dans cette logique. Le Club a ainsi souhaité faire la même chose avec la 2 CV et a décidé de miser sur le kit de conversion.

" Grâce au retrofit, nous pouvons toucher davantage de propriétaires. Nous fabriquons les kits et nous pouvons ensuite nous reposer sur un réseau d’une vingtaine d’installateurs. Nous gagnons en volume. Si nous parvenons à convertir ne serait-ce que 10 % du parc, nous avons un large marché devant nous ", s’enthousiasme Stéphane Wimez.

Un nombre de cartes grises de 2 CV fixe

L’entreprise a deux activités : d’une part la fabrication et la vente de pièces détachées neuves destinées aux propriétaires des 2 CV ou Méhari. Une activité dont elle a le monopole depuis 1992, concédé par Citroën depuis que le constructeur a cessé la fabrication de la 2 CV. Par ailleurs, le Club fabrique également des Méhari et des 2 CV neuves, avec une contrainte majeure : le nombre de cartes grises de ces véhicules doit en effet être fixe. "Soit un propriétaire nous amène un véhicule à refaire entièrement en partant du châssis, soit nous récupérons un véhicule à la casse". Sur les 4 millions de 2 CV produites, 100 000 véhicules existent encore. Et sur les 145 000 Méhari fabriquées par Citroën, près de 60 000 sont encore en circulation.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition