Nice

Industrie

L'activité de Coverpla repart très fort à l'export

Par Olivia Oreggia, le 25 juin 2021

Dans son usine niçoise, la PME Coverpla conçoit, fabrique et développe des flacons et bouchons pour la parfumerie qu’elle exporte dans plus de 70 pays. Si la reprise post-Covid reste timide en France, elle est très forte à l’international.

La PME niçoise Coverpla conçoit et fabrique des flacons, pompes et capots pour le secteur de la parfumerie.
La PME niçoise Coverpla conçoit et fabrique des flacons, pompes et capots pour le secteur de la parfumerie. — Photo : Olivia Oreggia

Bruno Diepois, le président de la PME niçoise Coverpla (50 salariés, CA 2020 : 15 M€), est prudent mais enthousiaste : la reprise est là. "Les cinq premiers mois de l’année 2021 sont les cinq meilleurs de l'entreprise", appuie-t-il. La petite entreprise conçoit, fabrique et développe des flacons et bouchons pour la parfumerie. "Nous travaillons pour des marques de niche : des maisons grassoises qui ont développé elles-mêmes des gammes de parfums en marque blanche, par exemple pour Courrèges, Zara, Massimo Dutti, Annick Goutal, Victoria’s Secret, Sillages Paris… soit un éventail très large de petites marques ultra-qualitatives", résume Bruno Diepois.

70 % de son activité à l'export

Coverpla séduit ainsi 650 à 750 clients par an dans 72 pays du globe. Et l’export, précisément, a repris de belles couleurs après une année 2020 marquée par la crise du Covid. Des montagnes de palettes sont prêtes à être expédiées vers Tokyo, Moscou ou Hong Kong. "L’activité est repartie très fort dans le nord de l’Europe, en Allemagne, en Suède, au Danemark, mais aussi Israël ou au Japon, décrit le dirigeant. Ce pays, qui n’a pourtant pas une culture liée au parfum, va devenir une zone très importante pour nous et où nous allons sans doute y réaliser un million d’euros de chiffre d’affaires cette année. Le marché américain repart également depuis le mois de mai. En Chine aussi, nous comptons quelques clients qui ne veulent pas de produits chinois."

Dans l'atelier de fabrication de capots et pompes pour la parfumerie de Coverpla, à Nice.
Dans l'atelier de fabrication de capots et pompes pour la parfumerie de Coverpla, à Nice. - Photo : Olivia Oreggia

Mais en France, un marché qui représente 30 % du chiffre d’affaires de Coverpla, le rebond se fait toujours attendre. "Je crois que nous étions dans une crise sanitaire et pas économique", analyse Bruno Diepois. "Quand tout s’est arrêté, il y avait des stocks partout. Et il y a encore beaucoup de salariés en télétravail à ce jour et pas encore de reprise réelle. Certaines entreprises, qui se sont arrêtées, ne peuvent pas redémarrer, ayant du mal à trouver ou retrouver du personnel."

Un chiffre d'affaires en recul en 2020

Au sein de Coverpla, l’année a évidemment été compliquée mais les machines ne se sont pas arrêtées un instant. À ce jour, dans les ateliers, les équipes tournent en deux-huit pour quelques temps encore alors qu’elles fonctionnaient en trois-huit avant le premier confinement, mais il n’y a eu aucun licenciement, aucune fermeture. "On s’en est très bien sorti", précise le dirigeant, "malgré un recul du chiffre d’affaires de 17 %".

L’entreprise niçoise vise ainsi pour 2021 un résultat identique à celui de 2019, soit entre 18 et 19 millions d’euros de chiffre d'affaires consolidé, comprenant sa filiale Coverpla Inc implantée dans le New Jersey (États-Unis), où elle compte deux salariés.

Flacons de parfum conçus par Coverpla.
Flacons de parfum conçus par Coverpla. - Photo : Olivia Oreggia

La PME niçoise Coverpla conçoit et fabrique des flacons, pompes et capots pour le secteur de la parfumerie.
La PME niçoise Coverpla conçoit et fabrique des flacons, pompes et capots pour le secteur de la parfumerie. — Photo : Olivia Oreggia

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail