Bouches-du-Rhône

Tourisme

La saison "hors normes" des professionnels du tourisme dans les Bouches-du-Rhône

Par Hélène Lascols, le 28 août 2020

Les professionnels du tourisme des Bouches-du-Rhône livrent un premier bilan de la saison touristique 2020 : une saison marquée par un temps d’arrêt, celui du confinement, avant que la fréquentation ne reparte à la hausse, dépassant parfois les chiffres de 2019. L’arrière-saison qui commence concentre tous les espoirs, mais laisse les professionnels dans l’incertitude.

Clients attablés à une terrasse de restaurant
Selon les professionnels du tourisme des Bouches-du-Rhône, la fréquentation estivale 2020 a été "assez bonne" dans le département. — Photo : Didier Gazanhes/Le JDE

Les premiers chiffres de la fréquentation touristique dans les Bouches-du-Rhône sont tombés. Sans surprise, ils reflètent ce que le secteur du tourisme vient de vivre : « une année hors normes par l’ampleur de la crise sanitaire qui nous touche encore aujourd’hui », résume Danielle Milon, deuxième vice-présidente de la Métropole Aix Marseille Provence déléguée à l’attractivité du territoire et au tourisme. « L’impact a été brutal, fulgurant dans le monde du tourisme et les chiffres n’ont jamais connu de telles fluctuations ».

Au cours des dernières années, le département des Bouches-du-Rhône enregistrait environ 41 millions de nuitées touristiques par an. Près de 2,7 milliards d’euros étaient ainsi dépensés chaque année sur le territoire, permettant l’emploi de 28 600 personnes. En raison de l'épidémie de coronavirus et de la crise sanitaire, dès le 17 mars 2020, le territoire a vu sa courbe de fréquentation s’effondrer. Lors du week-end de Pâques, qui lance habituellement la saison, les touristes avaient déserté. De la fin du confinement le 11 mai au 2 juin, le département a retrouvé près de 50 % de la fréquentation de 2019 grâce à une clientèle régionale. Les professionnels ont tout de même perdu 3,3 millions de nuitées en un mois.

Une saison tirée par la clientèle française

Avec la levée de la limite des déplacements à 100 km, les Bouches-du-Rhône ont retrouvé dès le 8 juin un niveau de fréquentation comparable à 2019 et, à partir du 15 juin, la fréquentation 2020 a dépassé celle de 2019, avec un très fort pic le 14 juillet. Tout l’été, ce sont bien sûr les nuitées touristiques des clients français qui ont partiellement sauvé la saison : elles sont en hausse de 16 % en juillet par rapport à 2019 et de 24 % sur la première quinzaine d’août. « Sur cette période, nous retrouvons une répartition des origines de nos principales clientèles touristiques sensiblement différente de celle observée à la même période en 2019 (Île-de-France, Auvergne Rhône-Alpes, Paca, Occitanie) et nous remarquons une importante part des clientèles issues de régions plus éloignées (42 % contre 32 %) », détaille Danielle Milon, qui est par ailleurs maire de Cassis.

Alors que le département accueille en moyenne 30 % de touristes étrangers, la clientèle de proximité et la clientèle française ont partiellement compensé leur absence. Mais cette fréquentation n’aura toutefois pas permis de compenser totalement les pertes du printemps. « Depuis le début de l’année, ce sont deux millions de nuitées qui ont été perdues, soit 13 % de celles de 2019 », ajoute Danielle Milon.

Les incertitudes des professionnels

Dans ce contexte si particulier, des entreprises ont tiré leur épingle du jeu, d’autres non, à l’image notamment des hôtels haut de gamme, qui ont plus souffert de l’absence de clientèle étrangère. Pour aider l’ensemble des professionnels, le département des Bouches-du-Rhône et la métropole Aix-Marseille-Provence ont mis en place un plan de relance qui se poursuit aujourd’hui, notamment à travers les « pass Séjours » (5 000 pass d’une valeur de 50 euros ont été délivrés cet été), qui ont été adaptés à cette période de rentrée. Ce pass permet de bénéficier de 100 euros offerts pour profiter d’activités culturelles, sportives ou de loisirs pour tout achat d’un séjour d’une nuitée en hébergement marchand. Un nouveau pass, dédié au monde de la restauration, sera aussi dévoilé à l’occasion de la nouvelle édition de Marseille Provence Gastronomie, qui se déroulera jusqu’à la fin de l’année.

Des mesures bien accueillies, selon Isabelle Brémond, directrice de Provence Tourisme, ayant « permis au secteur de se maintenir ». Mais elle ne cache pas non plus que « les professionnels du tourisme sont quand même très inquiets car la crise n’est pas terminée, car il faudra sans doute encore tenir en 2021, car le chemin est encore long devant nous. »

D'autant que l’arrière-saison, qui est pour le territoire « la plus belle des saisons avec des clientèles originaires d’Angleterre, d’Allemagne, de Belgique ou de Suisse », laisse les professionnels dans l’incertitude. « Le contexte sanitaire sera déterminant pour le reste de la saison et tout doit être mis en œuvre pour assurer la sécurité et la santé des résidents et des visiteurs », a ainsi rappelé Danielle Milon.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition