Marseille

Ingénierie

La Comex renforce sa présence dans le secteur médical

Par Didier Gazanhes, le 16 septembre 2021

La Compagnie maritime d'expertises (Comex), basée à Marseille et spécialisée dans l'ingénierie en milieu extrême, réalise depuis quelques années un repositionnement de ses activités et prend pied dans le secteur médical. Grâce au plan de relance, elle envisage de se positionner dans la production de pousse-seringues.

Le centre de test hyperbare de la Comex à Marseille.
Le centre de test hyperbare de la Comex à Marseille. — Photo : Didier Gazanhes

En juillet 2020, la Compagnie maritime d'expertises (Comex) a vendu son département des opérations marines à la société Saas Offshore, abandonnant ainsi un de ces nombreux métiers qui n’ont jamais cessé d’évoluer et de changer tout au long de son histoire. Malgré ses repositionnements successifs, l’entreprise fondée en 1962 par Henri Germain Delauze à Marseille a su conserver son ADN sur l’ingénierie en milieu extrême. "Nous avons décliné toute notre activité à partir de ce métier historique, de nos compétences dans le monde de la plongée aux caissons hyperbare et hypobare", confie Alexandra Oppenheim-Delauze, petite-fille du fondateur, dirigeante de la société (40 salariés, 4,2 millions d'euros de chiffre d'affaires) depuis 2016.

De la plongée au monde hospitalier

Dès 2017, la Comex a commencé à vendre ses caissons hyperbares dans le monde hospitalier. "Nous avons toujours réalisé des caissons à vocation médicale, par exemple pour sauver des plongeurs lors d’accidents de plongée. Désormais nous prenons pied dans le monde hospitalier et nous proposons des solutions, notamment pour le transport d’organes ou l’oxygénothérapie hyperbare, pour lutter contre l’intoxication au monoxyde de carbone ou accélérer la cicatrisation", explique la dirigeante.

Un repositionnement dans le secteur médical qui contraint l'entreprise à se délester de certaines activités. "Nous sommes une PME, nous ne pouvons pas mener de front plusieurs activités. En 2020, nous nous sommes ainsi séparés de la branche Innovation sous-marine qui réalisait son chiffre d’affaires dans le monde de l’offshore, reprise par IVM Technologies, mais nous les accompagnons toujours".

Une diversification dans les pousse-seringues

La Comex, spécialiste de la maîtrise de la haute et basse pression, envisage maintenant d’ajouter la fabrication de pousse-seringues électriques, hyperbare et classique, à sa gamme de prestations. Dans le cadre du plan France Relance, l’entreprise a bénéficié d’une aide de 800 000 euros afin de développer une filière française de pousse-seringues électriques. "Nous avons découvert qu’il y avait un manque de pousse-seringues pour soigner les malades du Covid et des difficultés en France, même en temps normal, pour s’approvisionner en pousse-seringues hyperbares, commente Alexandra Oppenheim-Delauze. Grâce au plan de relance, nous avons donc travaillé à trouver une solution." L’entreprise espère une mise en production d’ici à la mi-2022.

Outre la fabrication de machines spéciales (60 % du chiffre d'affaires), comme les caissons, l’entreprise propose aussi la réalisation de tests hyper et hypobares. En 2018, la Comex a bénéficié d’un agrément de l’Agence Régionale de Santé afin de pouvoir réaliser des tests sur des sujets humains pour la qualification de matériel. "Nous avons ainsi fait des essais pour des masques de dépressurisation. Petit à petit, un virage a été pris. Nous aimerions que notre chiffre d’affaires se répartisse à 40 % pour les machines spéciales, 30 % pour les tests et la maintenance et 30 % pour de nouveaux produits".

Le centre de test hyperbare de la Comex à Marseille.
Le centre de test hyperbare de la Comex à Marseille. — Photo : Didier Gazanhes

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail