Logistique

La CCI Nice Côte d'Azur gagne la gestion des ports Vauban et Gallice

Par G.C., le 12 janvier 2017

À l'issue des appels d'offres, le consortium formé par la CCI Nice Côte d'Azur et ses partenaires du groupement Artemis (la Caisse d'Epargne Côte d'Azur et la Caisse des Dépôts et Consignations) a remporté face à trois candidats internationaux la délégation de service public portant sur l'exploitation et la gestion des Ports Vauban et Gallice d'Antibes. Mission effective depuis le 1er janvier 2017.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

 « C'est sur le critère financier que le consortium lauréat a le plus creusé l'écart avec ses concurrents », indique la collectivité azuréenne qui note que la CCI, adossée à ses partenaires, « dispose d'une légitimité financière, doublée d'une expérience technique et professionnelle ». Celle-ci gérant déjà les ports de Cannes, Golfe-Juan, Nice et Villefranche-sur-Mer.

145 millions d'euros d'investissement pour Vauban

Et cela a toute son importance compte tenu des investissements programmés à la charge du délégataire. Soit 145 millions d'euros pour le port Vauban, 16 millions d'euros pour Gallice. « L'ambition est de faire de Vauban le port du troisième millénaire, ouvert sur les nouvelles technologies, créant ainsi un accès maritime de premier plan à la technopole de Sophia Antipolis », précise encore la Ville. Pour rappel, Vauban, fort de 1 642 places dont 19 de très grandes unités, est le plus grand port d'Europe en tonnage pour la grande plaisance. Il compte 200 entreprises, pour 800 emplois, et réalise un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros.

Il s'agit donc pour le consortium de « redonner un nouveau souffle à l'attractivité portuaire en s'appuyant sur la modernisation des infrastructures, une haute qualité de service et une exigence environnementale forte ». Sans oublier l'amélioration de la rentabilité financière attendue par la collectivité qui, à ce jour, « n'est pas à la hauteur d'une telle infrastructure ». Pour le port Gallice (486 places), les exigences portent elles aussi sur la haute qualité de service et l'écologie. Et ce, dans l'objectif « de maintenir ces deux enceintes portuaires dans la concurrence et le rayonnement international ».

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.