Bouches-du-Rhône

Cosmétique

IES Ingredients fait peau neuve pour mieux stocker ses matières premières

Par Nathalie Bureau du Colombier, le 14 juin 2022

Distributeur de matières premières pour l’industrie cosmétique, la parfumerie et les arômes alimentaires, IES Ingredients a inauguré le 10 juin dernier à Allauch sa nouvelle usine de 3 000 m2. En ces temps de pénurie de matières premières, le stockage et la logistique occupent quasiment la moitié de l’emprise au sol.

François-Patrick Sabater, président d’IES et de Technicoflor.
François-Patrick Sabater, président d’IES et de Technicoflor. — Photo : NBDC

Près de 200 personnes, fabricants d’huiles essentielles, fournisseurs, clients d’IES Ingredients se sont réunies le 10 juin 2022 pour inaugurer le nouveau siège social de l’entreprise, en service depuis novembre 2021. Jouxtant l’ancien bâtiment de 700 m2 à Allauch, il a été pensé pour accompagner la croissance de l’entreprise positionnée sur un marché porteur, l’engouement des consommateurs pour les crèmes, les parfums et l’alimentation pendant et après les années Covid.

Distributeur exclusif dans la zone Europe Afrique Moyen Orient, IES Ingredients a investi 5 millions d’euros dans la construction du bâtiment aux normes environnementales et sécuritaires avec une large place pour le stockage. "Nous avons pour objectif d’atteindre 32 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022 si nous avons des matières à vendre ! Nous avons constitué des stocks pour livrer entre 24 et 48 heures et allons ouvrir un bureau et un entrepôt à Dubaï et investir dans la digitalisation", a annoncé François-Patrick Sabater, président d’IES et de Technicoflor.

650 références

En ces temps de pénurie et de guerre en Ukraine ou la sauge Sclarée devient une denrée rare et que le kilo de rose centifolia de Grasse flirte avec les 15 000 euros, le stockage s’avère stratégique et extrêmement coûteux. D’ailleurs, la PME familiale qui compte 25 employés va se doter d’un logiciel de gestion de l’entrepôt (WMS) et d’un nouveau CRM voué à faciliter les commandes via le site web et le tracking des marchandises. "Nous possédons 1 350 m² d'entrepôts avec trois zones de stockage pour les ingrédients synthétiques, naturels et les cosmétiques. Nous possédons 650 références dont 200 de produits naturels. Lorsque la Chine s’est arrêtée de produire certaines matières premières pour réduire son impact carbone ou lors de différents arrêts d’usine nous avons dû faire face à de nombreuses pénuries. C’est la raison pour laquelle nous avons souhaité augmenter fortement notre zone de stockage. Une pénurie sur un seul ingrédient peut avoir des conséquences économiques importantes pour nos clients et donc pour nous", précise Noël Poinsignon, directeur général adjoint d’IES Ingrédients. Gros acheteur en Asie, l’entreprise a fait face à la flambée du fret maritime avec des conteneurs à 7 000 dollars. Elle a également subi comme toutes les entreprises l’envolée du prix de l’électricité. "Pour être quasiment autonomes nous allons équiper l’ancien siège de panneaux photovoltaïques", a annoncé François-Patrick Sabater.

Un bureau à Dubaï

L’entreprise qui réalise 70 % de son activité en France et 30 % à l’international (Espagne, Italie…) fonde de grands espoirs sur la croissance des marchés du Moyen-Orient dans la cosmétique et l’aromathérapie. Raison pour laquelle un bureau a ouvert à Dubaï avec l’ambition de passer rapidement à sept employés sur place. L’entreprise a investi 500 000 euros dans un site de 300 m². "Là-bas, les clients veulent sentir les produits purs", ajoute Noël Poinsignon. Dans le souci de conquérir de nouveaux clients, l’entreprise a aménagé à Allauch trois laboratoires d’application permettant de tester de nouveaux ingrédients directement dans les formules de produits finis aux industriels.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition