La Ciotat

Nautisme

Hynova Yachts présente le premier yacht au monde fonctionnant à l'hydrogène

Par Didier Gazanhes, le 08 juin 2021

Chloé Zaied a créé Hynova Yachts pour construire le premier yacht au monde fonctionnant à l’hydrogène. Un premier prototype commercialisable réalise un "sea show" de deux mois entre Marseille et Monaco afin de montrer la réalité du procédé.

Chloé Zaied, fondatrice d’Hynova Yachts.
Chloé Zaied, fondatrice d’Hynova Yachts. — Photo : SIGRUN SAUERZAPFE AKA SIGGI

L'entreprise Hynova Yachts a vu le jour en janvier 2020, créée par Chloé Zaied. L'ambition:  lancer une marque de bateau de plaisance éco-conçu qui fonctionnerait avec le binôme énergétique électricité et hydrogène. "Nous sommes les premiers au monde à proposer un navire avec cette technologie destiné à être produit en série sans rejet de Co2, sans nuisances sonores et sans risque de fuite d’hydrocarbure", explique avec enthousiasme la dirigeante, qui jusque-là travaillait dans la société familiale créée par son père, Eden Boat, qui fait découvrir le parc national des calanques en bateaux.

Projet pilote Energy Observer

Il y a deux ans, Chloé Zaied, préoccupée par les questions de pollution, rencontre l’équipe d’Energy Observer, le navire à hydrogène mis à l’eau en avril 2017 pour réaliser un tour du monde en autonomie énergétique et sans bruit. "Ils cherchaient un projet pilote débouchant sur un modèle de bateau commercialisable. J’ai créé Hynova Yachts et, avec mon associé, nous avons lancé la production de notre prototype" explique Chloé Zaied. Fabriqué à La Ciotat et à Marseille, le bateau a été finalisé au début 2021 et réalise actuellement un "sea-show" de deux mois entre Marseille et Monaco. "Il s’agit pour l’instant d’un prototype qui pourra être commercialisable, loué ou vendu, mais nous planchons encore sur la réglementation avec les autorités compétentes car il n’existe aucun référentiel pour un bateau à l’hydrogène, ajoute la cheffe d'entreprise. Les lignes bougent et la législation va devoir s’adapter afin de permettre aux ports d’accueillir des bateaux à hydrogène".

Résoudre les problèmes d’approvisionnement

Le prototype d’Hynova Yachts, qui dispose d’une autonomie de huit heures et peut emporter douze passagers, fonctionne à partir de trois bombonnes de 22 kg d’hydrogène. "Le bateau est totalement silencieux et nous ne rejetons que de l’eau, se félicite Chloé Zaied. Pour être totalement respectueux de l’environnement, il faudra que l’hydrogène utilisé provienne d’énergie verte. Il existe pouer cela des projets en Région Sud. La filière doit se mettre en place. L’hydrogène est synonyme d’indépendance énergétique". En attendant que des systèmes d’approvisionnement simples soient trouvés, Air Liquide livre des bouteilles. Une solution provisoire selon la dirigeante qui estime que la commercialisation de son yacht suppose que cette question de l'approvisionnement soit résolue. Chloé Zaied envisage d’intégrer la production de ses bateaux, positionnés " sur un segment haut de gamme car le bateau à hydrogène est environ 30 % plus cher qu’un bateau thermique équivalent, ce qui permet d’internaliser la fabrication. Nous pourrons alors avoir un lien direct avec nos clients. Nous cherchons maintenant un lieu", conclut la dirigeante, dont l’entreprise vient de d’installer son atelier de montage dans un local de 470 m²au sein du Yachting Village de La Ciotat. Elle espère engager la construction de trois bateaux la première année et d’en achever huit dans les trois ans.

Chloé Zaied, fondatrice d’Hynova Yachts.
Chloé Zaied, fondatrice d’Hynova Yachts. — Photo : SIGRUN SAUERZAPFE AKA SIGGI

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail