Alpes-Maritimes

Industrie

H-PreC démocratise le composite industriel

Par Gaëlle Cloarec, le 14 mars 2016

À l'origine d'un procédé de fabrication de pièces composites de rupture, la PMI carrossoise, près de Nice, compte s'imposer sur un marché en pleine ébullition.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

C'est à Carros que H-PreC a décidé de concrétiser son projet industriel. Une innovation de rupture qui tient en un procédé, breveté, permettant de fabriquer par emboutissage des pièces composites de qualité, intégrant directement la mise en forme et le revêtement en cuir, tissu, film décoratif ou encore en feuillard métallique, le tout piloté par informatique. « Ce procédé lève les freins à la démocratisation du composite à des fins industrielles », assure Cécile Crassous, fondatrice de la PMI avec son frère Arnaud, docteur en sciences des matériaux à l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne. La chaîne de production courte et mécanisée répond à la problématique des cadences, l'utilisation de moules non métalliques, plus rapides à réaliser et à moindre frais, lève les barrières à l'entrée. H-PreC permettant ainsi d'industrialiser et de normer la fabrication du composite et donc de suivre les besoins du marché. Le potentiel d'un tel procédé n'a pas échappé à Daniel Le Gal, fondateur de Gemplus, qui a participé au tour de table, aux côtés de BPIfrance, visant à soutenir le lancement de la phase industrielle. Une expertise précieuse pour l'entreprise créée en juillet 2015 qui entend bien transformer l'essai sur un marché pesant quelque 95 milliards d'euros.

Priorité au transport

« Le marché du composite se rapproche de celui du métal au siècle dernier, il est tracté par les industries du transport à la recherche de matériaux ayant la même résistance sans la contrainte du poids », explique Cécile Crassous. C'est donc naturellement vers cette cible que se tourne en priorité H-Prec avec une offre de production de pièces composites de petites et moyennes séries. Les applications, multiples, concernent de nombreux produits, les véhicules sans permis, de loisirs ou de luxe pour l'automobile, les drones, l'aviation d'affaires ou sanitaire pour l'aéronautique. Mais pas que. « Nous travaillons sur une gamme de produits standards et à façon afin de servir un maximum de marchés », ajoute celle pour qui l'objectif est de « garder un coup d'avance ». D'où la poursuite de l'activité R&D afin d'améliorer le processus de fabrication actuel et d'en développer d'autres.

5 millions d'euros de chiffre d'affaires d'ici à trois ans

Par ailleurs, H-PreC n'exclut pas, pour les productions de grande série, le transfert de technologie ou le co-développement sous forme de joint-venture. En attendant, l'activité démarre, alimentée par des pré-commandes de grands groupes industriels français. « Nous visons en premier lieu l'Europe, qui représente un tiers du marché mondial du composite. » Aussi l'industriel doit-il monter en puissance. Des recrutements sont en cours pour porter l'effectif à une dizaine de personnes d'ici à la fin 2016, une vingtaine d'ici à trois ans. Quant au chiffre d'affaires, H-PreC table sur les 5 millions d'euros de facturations, toujours à trois ans.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail