Var

BTP

Greenta et Energitec veulent accélérer la transition énergétique des bâtiments tertiaires

Par Hélène Lascols, le 24 mai 2022

La start-up Greenta, dont la mission est de simplifier la transition énergétique s’associe à Energitec, une société spécialiste de l’électricité, pour apporter leur réponse au décret tertiaire, qui impose la réduction de la consommation énergétique des bâtiments à usage tertiaire en France.

Gonzague de Borde, cofondateur de Greenta et Cédric Ghigou, dirigeant d’Energitec.
Gonzague de Borde, cofondateur de Greenta et Cédric Ghigou, dirigeant d’Energitec. — Photo : DR

L’association d’Energitec et de Greenta est l’histoire d’une rencontre entre une entreprise traditionnelle du monde du BTP et une start-up, d’une envie commune d’accélérer la transition énergétique et de réunir leurs compétences pour basculer les bâtiments tertiaires dans une nouvelle ère, plus économe en énergie. "J’ai pris conscience que les clients d’Energitec ne savaient pas par quel bout prendre ce nouveau décret tertiaire, issu de la loi ELAN, quand ils ne se sentaient pas tout simplement abandonnés", explique Cédric Ghigou, qui a créé Energitec en 2008, une société implantée à l’est de Toulon, spécialiste de l’ingénierie électrique du secteur tertiaire, qui emploie une douzaine de collaborateurs pour un chiffre d’affaires moyen de 2 millions d’euros.

Faciliter la rénovation énergétique, c’est justement le métier de Greenta, qui a vu le jour en 2018 pour accompagner tous les établissements, publics, privés ou associatifs, ayant des bâtiments, toutes les résidences collectives ou syndics de copropriété dans leurs projets, de la réalisation des études à la gestion des subventions jusqu’au suivi des travaux. "Avec Energitec, nous apportons une réponse globale, de l’étude des besoins jusqu’au suivi réel des consommations en passant par l’impact des actions mises en œuvre. Tout ceci pour répondre au décret tertiaire, qui impose aux acteurs publics et privés de déclarer leurs bâtiments de plus de 1 000 m² et leurs consommations énergétiques, pour les réduire de 40 % à l’horizon 2030, de 50 % d’ici 2040 et de 60 % d’ici 2050", complète Gonzague de Borde, le cofondateur de Greenta, qui s’appuie, depuis sa création, sur l’expérience de trois entreprises, la société EO2 (par ailleurs actionnaire), producteur français de granulés de bois, sa filiale Weya, spécialiste des réseaux de chaleur et le bureau d’études Sunsquare.

Alignement des planètes

"L’offre à tiroirs" issue de ce partenariat, les deux entrepreneurs l’ont officialisée courant du mois de mars et espèrent rapidement transformer l’essai dans le contexte actuel d’une prise de conscience accélérée. "Le plan de relance avait déjà mis l’accent sur la transition énergétique des entreprises avec à la clé des aides financières. L’augmentation du coût de l’énergie, accentuée par la guerre en Ukraine renforce encore la nécessaire décarbonation des entreprises. La transition et l’indépendance énergétiques, les économies d’énergie sont des sujets désormais matures et notre collaboration arrive à point nommé", ajoutent les deux entrepreneurs, qui confient d’ailleurs avoir enregistré un certain nombre de rendez-vous depuis la présentation de leur partenariat et imaginent déjà s’entourer d’autres entreprises spécialistes, qui ont "l’envie de changer les choses." La start-up Greenta accompagne déjà le diocèse pour la rénovation et l’isolation de son monastère Saint-Joseph à Cotignac, ou encore un syndic à Marseille pour ses immeubles d’habitations. Son dirigeant espère accompagner 160 bâtiments tertiaires en France cette année pour un chiffre d’affaires d’1 million d’euros et prévoit de réaliser, d’ici trois ans les 80 % de son chiffre d’affaires, 5 millions d’euros, avec cette clientèle.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition