Toulon

Distribution

Fournitures de bureau : Charlemagne favorise la reprise avec des solutions locales

Par Hélène Lascols, le 04 juin 2020

Pour accompagner le déconfinement de ses clients et faciliter la reprise économique de tous, le dirigeant du libraire et papetier Charlemagne, Jacques Rouard, a sourcé en local les produits indispensables à la réouverture des entreprises. Cette offre, qui fait la part belle aux innovations varoises, mais aussi les aides étatiques permettent au groupe toulonnais de sortir de cette crise avec de l’envie et du dynamisme.

Pendant le confinement, l'entreprise Charlemagne a maintenu son service de livraison à destination de ses clients professionnels.
Pendant le confinement, l'entreprise Charlemagne a maintenu son service de livraison à destination de ses clients professionnels. — Photo : Charlemagne

« Chez Charlemagne, nous nous démenons pour maintenir l’activité et mettre un coup d’accélérateur à la reprise », confie Jacques Rouard, PDG de la PME familiale Charlemagne, libraire indépendant et spécialiste de la fourniture de bureau, qui réalise 30 millions d’euros de chiffre d’affaires. C’est vrai au sein de l’entreprise toulonnaise, devenue une institution dans le paysage local. C’est vrai aussi pour toutes les autres entreprises toulonnaises, varoises et régionales, celles que les équipes de Charlemagne approvisionnent habituellement en fournitures du bureau et pour lesquelles elles proposent aujourd’hui tout le nécessaire pour assurer un redémarrage en toute sécurité.

Valorisation des circuits courts

Et pour répondre à ce nouveau besoin, le dirigeant toulonnais a décidé de jouer la carte locale. « J’ai été épaté par la capacité de résilience de certains entrepreneurs varois. Ils ont su faire preuve de talents pour s’adapter et apporter leur pierre à l’édifice de l’élan de solidarité. Aujourd’hui, nous voulons les aider à être visibles, nous voulons être un lien entre eux et les utilisateurs. En tant qu’entreprise locale, bénéficiant d’un rayonnement régional et appartenant à une coopérative nationale (La société coopérative Majuscule, née de la volonté commune d’unifier et de globaliser les achats, NDLR), c’est notre rôle de les aider et de participer ainsi à la reprise économique », explique Jacques Rouard.

« J’ai été épaté par la capacité de résilience de certains entrepreneurs varois. Ils ont su faire preuve de talents. Aujourd’hui, nous voulons les aider à être visibles. »

Jacques Rouard, PDG du groupe Charlemagne.
Jacques Rouard, PDG du groupe Charlemagne. - Photo : Charlemagne

La branche professionnelle du groupe Charlemagne a ainsi bâti un pack de démarrage constitué d’un assortiment de produits utiles et met quotidiennement à jour une liste d’une quarantaine de produits, qui vont des écrans de protection aux gants, en passant par les thermomètres, masques ou visières de protection. « Nous voulons aider les entreprises et collectivités à redémarrer le plus vite possible et dans les meilleures conditions sanitaires possibles », ajoute le dirigeant, qui confie ne pas pouvoir répondre à toutes les demandes tout en précisant qu’il a néanmoins réussi à trouver des solutions répondant à 80 % des préoccupations des dirigeants.

Une envie intacte de poursuivre l’aventure familiale

Cette offre a aussi permis à la PME familiale créée en 1927 de maintenir son service de livraison et de garder le contact avec ses clients. Elle lui permet aussi de limiter les pertes, qui devraient avoisiner les 80 % au cours des deux mois de confinement.

Pendant toute la durée du confinement, le groupe Charlemagne, qui compte sept librairies et un magasin dédié à la papeterie dans le département, a fermé l’ensemble de ses points de vente et placé son personnel en chômage partiel. Au sein de l’activité professionnelle, seul 30 % de l’effectif a poursuivi le travail, notamment pour répondre aux clients restés ouverts, parmi lesquels des établissements de santé ou l’Armée. Grâce à cette mesure d’activité partielle, couplée au télétravail, le dirigeant toulonnais a pu conserver l’intégralité de ses effectifs (185 salariés) et basculer des personnels embauchés en CDD vers un CDI. « Nous avons des équipes formées, nous sommes attachés aux savoir-faire. Avant la crise, nous étions dans une bonne dynamique que nous avons souhaité conserver », précise Jacques Rouard.

« Avant la crise, nous étions dans une bonne dynamique que nous avons souhaité conserver. »

Le prêt garanti par l’État est l’autre dispositif qui va permettre à Charlemagne de passer la crise et d’aborder l’avenir sereinement. « Ce PGE nous permet de surmonter les tensions de trésorerie, d’amortir les pertes liées à cette crise au cours des 6 à 7 prochaines années. Cette mesure, une fois accordée par notre banque, m’a également rassuré et m’a donné foi en l’avenir. » L’entrepreneur a aussi sollicité des reports de charges et de crédits. « Des mesures qui auront un coût mais qui nous poussent aussi à être performants, à sortir de cette crise avec de l’envie et du dynamisme, à montrer que notre entreprise tourne, assure l’avenir des uns et des autres et sait faire face à des épreuves, comme celle-ci. » D’ailleurs, le groupe toulonnais s’est agrandi pendant le confinement, avec l’acquisition de la librairie « La Soupe de l’espace », située à Hyères.

Pendant le confinement, l'entreprise Charlemagne a maintenu son service de livraison à destination de ses clients professionnels.
Pendant le confinement, l'entreprise Charlemagne a maintenu son service de livraison à destination de ses clients professionnels. — Photo : Charlemagne

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail