Nice

Innovation

Ellcie Healthy voit loin avec Optic 2000

Par Gaëlle Cloarec, le 13 septembre 2017

La jeune pousse niçoise, qui vient de signer un accord de distribution avec le réseau Optic 2000 pour ses montures Drivers permettant de prévenir l'endormissement au volant, veut frapper fort sur le marché naissant de la lunette connectée et intelligente.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Voilà une affaire rondement menée pour la start-up niçoise Ellcie-Healthy. Né en mai 2016, ce spécialiste de la lunette connectée intelligente vient de contracter avec l'enseigne Optic 2000 pour la distribution en avant-première de sa monture Driver qui permet de prévenir l'endormissement au volant. « Nous cherchions un partenaire fort pour attaquer le marché, et nous avons trouvé Optic 2000, premier distributeur français avec 1.200 magasins et plus d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires », se réjouit Philippe Peyrard, dirigeant-fondateur d'Ellcie-Healthy. Lequel se félicite de l'accessibilité offert par un tel accord à sa première collection - cinq formes de monture pour femme, homme et mixte - dont la commercialisation, programmée pour le printemps prochain, bénéficiera en outre d'une forte visibilité. Et ce, notamment à l'occasion du Tour Auto Optic 2000 (du 23 au 28 avril 2018) durant lequel les 230 pilotes engagés seront équipés de ces montures intelligentes.

Quinze capteurs intégrés

Il faut dire que l'ex-patron d'Atol Les Opticiens veut frapper fort sur le marché naissant de la monture connecté. Pour ce faire, Philippe Peyrard n'a pas hésité à s'entourer d'expertises piochées dans les effectifs des unités et laboratoires de recherche azuréens comme le LEAT (Laboratoire d'Electronique, Antennes et Télécommunication), l'Inria ou encore le Lamhess (Laboratoire de Motricité Humaine Education Sport Santé). Soit, quinze collaborateurs qui cumulent un bac+100. « L'idée n'est pas de faire un gadget de plus mais bien de proposer des fonctionnalités utiles au quotidien », insiste-t-il. Et prévenir l'endormissement au volant en est une si l'on en croît l'étude réalisée par Opinion Way pour Optic 2000, selon laquelle, en 2016, un accident sur quatre en France était lié à la somnolence. Pour y remédier, Driver et ses quinze capteurs intégrés mesurent et analysent donc les signes précurseurs de l'endormissement (clignements des paupières, bâillements, micro-chutes de tête) et, si nécessaire, alertent le conducteur par l'activation d'une LED rouge, d'un buzzer sonore ou de la sonnerie du téléphone des passagers.

Made in France

« Notre produit est disruptif, reprend Philippe Peyrard. Nous allons donc veiller à ce que notre collaboration avec Optic 2000 ne soit pas qu'une simple relation client-fournisseur, mais une relation novatrice pour donner plus de valeur ajoutée au produit, notamment via le retour utilisateur, ainsi qu'aux produits suivants ». En l'occurrence, une application de détection des problématiques de chute, basée sur le même dispositif que Driver, avec laquelle Ellcie-Healthy entend investir le marché de la silver économie. En attendant, il s'agit d'organiser le process industriel, made in France évidemment, et plus particulièrement dans l'Ain, "la Plastic Valley française".

Au CES 2018

Enfin, Ellcie-Healthy participera au Consumer Electronics Show (CES) 2018 de Las Vegas, où la jeune pousse espère « contracter des avant-premières » avec des distributeurs internationaux : réseaux d'opticiens, assureurs, pharmacies, voire grandes surfaces spécialisées dans l'automobile. « On ne se ferme aucune porte ». Le CES sera également l'occasion de tester l'appétence des investisseurs au produit puisque la start-up cherche à lever entre 3 et 5 millions d'euros. « L'objectif est d'aller vite et d'attaquer plusieurs marchés à la fois, qu'ils soient géographiques ou sectoriels ». Et Philippe Peyrard de confirmer ainsi sa volonté, à moyen terme, d'élargir son offre au monde médical en ciblant les personnes atteintes de pathologies lourdes comme les diabétiques. L'entreprise vise « quelques millions d'euros de chiffre d'affaires » en 2018. 

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises