Aix-en-Provence

Santé

E-Scopics prépare une levée de fonds de 10 millions d'euros

Par Hélène Lascols, le 06 novembre 2020

Tout juste récompensée du prix Galien Medstartup, organisé par Business France et la Galien Foundation, la medtech aixoise E-Scopics ajoute une corde à son arc pour séduire des investisseurs et ainsi boucler une levée de fonds de 10 millions d’euros en 2021.

Claude Cohen-Bacrie, cofondateur de la start-up aixoise E-Scopics
Claude Cohen-Bacrie a fondé la start-up aixoise E-Scopics avec son associé François Maurice. — Photo : E-Scopics

Fondée en 2018 par Claude Cohen-Bacrie et son associé François Maurice pour démocratiser l’utilisation de l’échographie, la start-up aixoise E-Scopics vient d’être récompensée à l’occasion de la 7e édition du prix Galien Medstartup. L’objectif de ce prix, organisé par Business France et la Galien Foundation, est de soutenir le développement international des start-up françaises les plus prometteuses en les connectant aux entreprises américaines.

C’est d’ailleurs le travail de recherche mené par E-Scopics en partenariat avec l’Université de Caroline du Nord qui a été plus particulièrement mis à l’honneur : « Notre échoscope nouvelle génération, une sonde échographique couplée à une application logicielle, repose notamment sur des biomarqueurs d’imagerie médicale permettant de qualifier les paramètres physiques et de caractériser la fibrose, l’inflammation ou encore l’œdème pulmonaire. Ce sont justement ces biomarqueurs d’une infection pulmonaire que nous codéveloppons avec l’université de Caroline du Nord », explique Claude Cohen-Bacrie.

Démocratiser l’échographie

E-Scopics s’est donné pour mission de démocratiser l’utilisation de l’échographie, de la rendre accessible aux médecins de différentes spécialités médicales mas aussi aux généralistes ou urgentistes. « Nous voulons réaliser, dans le monde de l’échographie, la même révolution que celle opérée par le smartphone dans le monde de la photographie : aujourd’hui, tout le monde peut s’improviser photographe grâce à des paramètres prédéfinis sur smartphone. Demain, les professions médicales pourront réaliser des échographies sans être radiologues grâce à notre solution », résume l’entrepreneur aixois.

« Nous voulons réaliser, dans le monde de l’échographie, la même révolution que celle opérée par le smartphone dans le monde de la photographie. »

Et, en 2020, une étape importante a été franchie, via le développement, en interne, d’une sonde, dotée d’une électronique ayant les mêmes performances qu’une machine plus importante et de surcroît Made in France. « Avec ce prototype, nous avons apporté la démonstration que nous étions capables de rendre cet examen clinique aussi simple que l’usage du stéthoscope », ajoute le dirigeant.

La start-up a noué des collaborations avec des sites académiques et universités pour développer des biomarqueurs. Elle s’est aussi rapprochée de l’Hospice civil de Lyon et du CHU de Bordeaux pour la réalisation des essais cliniques et espère désormais lancer la commercialisation (avec marquage CE) d’ici la fin de l’année 2021.

Une levée de fonds de 10 millions d’euros

Le prototype validé au mois de mai, Claude Cohen-Bacrie se tourne désormais vers des fonds d’investissement et prépare une levée de 10 millions d’euros pour le début 2021. « Je m’étais lancé dans la recherche de fonds de compléments d’amorçage en début d'année. Avec la crise sanitaire, je me suis finalement tourné vers un prêt garanti par l’État, obtenu auprès de notre banque et Bpifrance pour finaliser notre prototype. Nous avons de très bons retours de la part des fonds, qui peuvent constater les progrès engagés depuis le début de l’année », explique l'entrepreneur.

Quant au prix Galien, c’est en quelque sort la cerise sur le gâteau : « il offre à E-Scopics un éclairage incroyable, surtout aux États-Unis, ce qui nous permet de susciter l’intérêt d’investisseurs américains, qui ont une force de frappe non négligeable dans le domaine des medtechs », se félicite l’entrepreneur.

« Le prix Galien nous offre un éclairage incroyable, notamment aux États-Unis. »

Cette levée de fonds permettra à la start-up aixoise, qui emploie 16 personnes et envisage d’augmenter ses ressources au cours des deux prochaines années, d’industrialiser la sonde et d’entamer la première phase de son développement commercial pour un premier marché : le diagnostic des complications de la maladie du foie gras non alcoolique (Nash).

La sonde d'E-Scopics, couplée à une application logicielle disponible sur ordinateur, smartphone ou tablette, sera commercialisée à travers de formules nouvelles telles que l’abonnement ou le paiement à l’acte. Dans un second temps, les fonds permettront de poursuivre le développement vers d’autres actes et notamment « la détection d’infections pulmonaires, qui s’insérera dans un pack d’imagerie d’urgence et de soins intensifs », précise le dirigeant.

Claude Cohen-Bacrie, cofondateur de la start-up aixoise E-Scopics
Claude Cohen-Bacrie a fondé la start-up aixoise E-Scopics avec son associé François Maurice. — Photo : E-Scopics

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail