Alpes-Maritimes

Formation

Comment les business school renforcent leur soutien aux étudiants entrepreneurs

Par G.C., le 24 octobre 2016

Les business school azuréennes, en l'occurrence l'Edhec et Skema, renforcent leur soutien à l'entreprenariat étudiant. Chacune à sa manière. Quand la Niçoise couve ses petits dans un nouvel espace de coworking, la Sophipolitaine elle leur débloque des fonds...

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Certes, le métier des business school, c'est d’enseigner pour faire émerger des managers, mais pas que. « Il s'agit aussi d'aller au-delà en offrant un environnement permettant à des entreprises de se créer, à des projets d'aboutir », insiste Olivier Oger. Présent à Nice le 29 septembre dernier, le directeur général de l'Edhec rejette l'idée du self made man, lui préférant celle d'un accompagnement structuré, allant de l'exploration de l'idée jusqu'au suivi post-création de trois ans, matérialisé par le programme d'incubation EYE.

Lancé en 2010 à Lille, en 2014 à Nice, il a accouché de quelque 120 entreprises pour 600 emplois et 15 millions d'euros de levés. Sur le campus niçois, 150 explorations de projets sont menés chaque année et une vingtaine de structures ont été créées par des étudiants ou diplômés qui disposent depuis la rentrée d'un espace de co-working dédié d'une centaine de mètres carrés pouvant accueillir jusqu'à 40 postes de travail.

De l'autre côté du Var, à Sophia Antipolis, Skema renforce elle aussi son soutien à l'entreprenariat étudiant. Financièrement cette fois-ci. L'école de commerce vient en effet d'allouer des fonds sous forme de subventions à trois jeunes pousses prometteuses issues de ses incubateurs. Escape for adventures (Lille), à l'origine d'une marque de produits "road trip", Time N'Joy (Sophia Antipolis) et sa plateforme de mise en relation événementielle, et 3Dandies (Sophia Antipolis et Paris), chantre du chocolat réalisé par imprimante 3D pour le marché de l'événementiel et des cadeaux d'entreprise.

Les fonds alloués proviennent de son fonds de dotation d'un montant global de 2 millions d'euros. Ils serviront, pour la première, à tester ses produits de la vie courante dans le cadre d'actions commerciales terrain en prise directe avec la clientèle ciblée. Pour la deuxième, à finaliser la version Beta de la plateforme déjà en test et d'accélérer la commercialisation de l'offre. Et pour la troisième, forte d'un premier contrat signé, à acheter une nouvelle imprimante 3D et une thermo formeuse.

Ces initiatives montrent tout l'intérêt que portent les business school à l'entreprenariat, parce que cela fait partie de leur ADN, parce que cela participent aussi de leur attractivité dans un contexte ultra concurrentiel.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.