Aix-en-Provence

Réseaux économiques

Interview Club Marseille Métropole : "Les Jeux Olympiques de 2024 sont une opportunité pour les entreprises"

Entretien avec Pierre-Edouard Berger, président du Club Marseille Métropole

Propos recueillis par Didier Gazanhes - 06 décembre 2022

Marseille accueillera les épreuves de voile et des matchs de football à l’occasion des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris en 2024. Cet événement représente un fort potentiel d’attractivité et d’importantes retombées économiques pour le territoire. Le Club Marseille Métropole ne pouvait pas rester inactif. Son président, Pierre-Edouard Berger encourage les entreprises à se saisir du sujet.

Pierre-Edouard Berger, président du Club Marseille Métropole.
Pierre-Edouard Berger, président du Club Marseille Métropole. — Photo : D.R.

Le Club Marseille Métropole a organisé début juillet une réunion d’information concernant l’accueil par Marseille d’épreuves lors des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. Quel message souhaitez-vous faire passer aux chefs d’entreprise ?

Les Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 approchent. Marseille a été retenue pour accueillir des matchs du tournoi olympique de football et les épreuves de voile. La transformation de la marina du Roucas Blanc, site emblématique d’excellence environnementale, théâtre des épreuves de voile est en cours et le site reconfiguré devrait être livré en juillet 2023. Les entreprises doivent se saisir du sujet sur lequel elles sont peu informées. Les Jeux Olympiques, c’est une reconnaissance pour Marseille. Reconnu sur la scène nationale et internationale, le littoral marseillais a ainsi été choisi pour accueillir les épreuves de voile des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024. De nombreuses équipes viendront s’entraîner in situ en bénéficiant des infrastructures portuaires métropolitaines avant de s’affronter sur la plus belle rade du monde. Si les retombées économiques de ce genre de manifestation sont difficiles à évaluer clairement, l’événement va engendrer des millions d’images, des millions de vues. Beaucoup de monde, des particuliers, mais également des dirigeants d’entreprise vont venir à cette occasion. Ils vont découvrir Marseille et ensuite y reviendront, que ce soit pour du tourisme ou les affaires. Outre le business généré par les appels d’offres pour la construction de la marina, les services associés, les JO vont faire rayonner notre territoire. Les entreprises ne peuvent pas passer à côté de cela.

Le Club Marseille Métropole a d’ailleurs vu le jour dans le cadre d’un événement sportif…

Oui, le club s’est constitué en 1997 dans le cadre de la grande mobilisation de Marseille pour accueillir la Coupe du Monde de football en 1998. Il a été créé afin d’aider à organiser l’accueil du monde économique qui allait se rendre à Marseille pour assister aux rencontres sportives. L’idée était de fédérer les entreprises et de soutenir les idées positives pour le territoire. Après la Coupe, la structure a poursuivi son activité en organisant notamment une dizaine de déjeuners-débats par an où interviennent des invités locaux et nationaux. Depuis 1998, l’image de Marseille a bien changé. L’une des particularités, qui fait l’ADN du Club, est que nous regroupons des entreprises de tout secteur d’activités et de toutes tailles, cela permet de rencontrer des dirigeants de tous horizons. Il faut être parrainé par un des membres pour intégrer le Club, mais, hormis cet impératif, nous sommes très ouverts. Nous regroupons aujourd’hui 150 entreprises et nous sommes tous des ambassadeurs de notre territoire. Nous ne voulons pas simplement être spectateurs, mais aussi acteurs.

Quelles sont les thématiques qui préoccupent le plus les entreprises en ce moment ?

Actuellement, il y a bien sûr l’énergie. Le marché devient totalement fou et les factures explosent. Mais, le recrutement et les jeunes sont également une problématique. Je ne connais pas un chef d’entreprise qui n’ait pas ces soucis. Nous devons ramener les jeunes à l’entreprise. Sans porter de jugement de valeur, la génération Z a une approche totalement différente de l’entreprise et du travail. La crise sanitaire a développé le télétravail et beaucoup de jeunes salariés font tout pour que le travail n’empiète pas sur leur vie privée. Quel que soit le secteur d’activité, les entreprises ont du mal à recruter.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition