Alpes-Maritimes

Artisanat

Témoignage Brasserie du Comté : "Si on ne trouve pas de nouveaux locaux, on va disparaître"

Par Olivia Oreggia, le 23 mars 2021

Née en 2012 à Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, la Brasserie du Comté n’a cessé d’être en croissance et devait passer la barre symbolique du million d’euros de chiffres d’affaires en 2020. Mais la tempête Alex a entièrement détruit l’entreprise. Sans aide des pouvoirs publics et sans nouveaux locaux, elle devra cesser son activité.

Créée en 2012 à Saint-Martin-Vésubie, la Brasserie du Comté emploie sept personnes.
Créée en 2012 à Saint-Martin-Vésubie, la Brasserie du Comté emploie sept personnes. — Photo : Yann Savalle - Blysart

C’est peu de dire que l’année a été éprouvante pour la Brasserie du Comté et ses sept salariés. Il y a bien sûr eu la crise sanitaire puis, le 2 octobre 2020, la tempête Alex qui a dévasté la Vallée de la Vésubie, dans le haut pays niçois. La brasserie, située à Saint-Martin-Vésubie, a été entièrement détruite. "En mars 2020, le Covid nous a fait perdre 50 % de nos clients restaurateurs", raconte Edwards Dilly, directeur général associé de ce producteur de bières artisanales. "Nous avons pu équilibrer entre la perte de la restauration et l’augmentation de la demande en grande distribution. Nous avons même réussi à gagner en croissance mais, avec la tempête, nous avons tout perdu. Certains de nos salariés ont même perdu leur maison."

70 000 euros de location par mois

"Un vaste élan de solidarité s’est très rapidement constitué autour de nous qui nous a permis de poursuivre notre activité chez nos confrères Blue Coast, à Nice, et la Brasserie des Ligures, à Peille. Nous produisons 6 000 litres de bière par semaine. La demande augmentant, nous allons passer à 8 000 litres. Mais cette location nous coûte 70 000 euros par mois. Fin septembre, notre assurance cessera de financer notre perte d’exploitation et nous n’aurons plus les moyens de payer."

Seule solution donc, trouver un emplacement. Sauf que la Brasserie du Comté en cherche un depuis des années, car bien avant la crise et la tempête, ses locaux étaient devenus trop exigus pour soutenir le rythme et les multiples projets. Aujourd’hui, l’urgence conditionne sa survie. "Nous avons un projet de 1,7 million d’euros pour refaire la salle de brassage et produire 15 000 à 20 000 litres par semaine. Mais la situation est critique, nous n’avons plus le temps. Rien que pour les machines, il faut six mois de délai entre la commande et la livraison. Et entre-temps le prix de l’inox a augmenté de 15 % ! On ne blâme absolument personne, les priorités sont nombreuses avec la crise du Covid mais, depuis une réunion en janvier avec la préfecture et la métropole Nice Côte d’Azur, il ne s’est rien passé. On nous promet une autre réunion en avril mais, pour nous, ce sera trop tard."

20 % de chiffre d’affaires en plus en 2020

Pourtant, la Brasserie du Comté croule sous la demande et les projets (fabrication de limonade, de revalorisation des matières premières non utilisées…) a vu son chiffre d'affaires augmenter de 20 % en 2020 (à 790 000 euros) malgré trois mois d'inactivité forcée, et a prévu d'étoffer ses effectifs à court terme.

Le salut de l’entreprise pourrait venir du terrain d’une ancienne colonie de vacances à l’entrée du village de Saint-Martin-Vésubie, suffisamment grand et bien placé. Mais sans coup de pouce des autorités et collectivités locales sur ce projet, elle risque de devoir cesser son activité.

Créée en 2012 à Saint-Martin-Vésubie, la Brasserie du Comté emploie sept personnes.
Créée en 2012 à Saint-Martin-Vésubie, la Brasserie du Comté emploie sept personnes. — Photo : Yann Savalle - Blysart

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail