Alpes-Maritimes

Numérique

Témoignage Béatrice Caula (Evoluflor) : "J'ai fait entrer des artisans fleuristes au capital pour digitaliser leur activité"

Par Olivia Oreggia, le 20 avril 2021

La start-up azuréenne Evoluflor vient notamment de lever 450 000 euros via la plateforme Tudigo. Depuis 2017, elle développe et conçoit un logiciel de caisse SaaS pour aider les fleuristes à digitaliser leur activité. Engagée dans une levée de fonds auprès d’investisseurs, sa fondatrice, Béatrice Caula, a rebroussé chemin pour se tourner vers le crowdfunding afin de pouvoir faire entrer ses pairs au capital et conserver ses valeurs.

Béatrice Caula a fondé Evoluflor en 2017 pour simplifier et digitaliser le quotidien des fleuristes.
Béatrice Caula a fondé Evoluflor en 2017 pour simplifier et digitaliser le quotidien des fleuristes. — Photo : Evoluflor

Après avoir déjà levé 100 000 euros auprès de Bpirance et 180 000 euros auprès de Région Sud Investissement, Evoluflor vient de lever 450 000 euros via la plateforme de financement participatif Tudigo. Près de la moitié des 114 investisseurs sont des fleuristes. Beaucoup sont déjà clients de la start-up basée à Cagnes-sur-Mer, utilisateurs de son logiciel de caisse créé pour faciliter la pratique de leur métier au quotidien, en les libérant notamment des contraintes administratives et comptables.

Déçue par la mécanique de levée de fonds

Pour pourvoir à ses besoins de financement, Béatrice Caula, sa fondatrice, ne s’était pas spontanément tournée vers le crowdfunding. Elle a d’abord rencontré des fonds d’investissement et des business angels qui se sont montrés très intéressés mais très vite, le discours de certains ne collaient plus à la vision de l’entrepreneure.
"J’ai vu beaucoup d’investisseurs et de business angels, pas seulement dans la région. J’ai rencontré des gens très bien mais la mécanique de la levée de fonds ne me convenait à l'instant", raconte Béatrice Caula. "On me parlait de valorisation avant même de savoir ce que je proposais, on nous a fait pitcher devant des stagiaires inexpérimentés, les NDA (accords de non-divulgation, NDLR) n’étaient pas respectés… J’ai été déçue. Ce logiciel, je l’ai conçu et fait évoluer pour les artisans et avec leurs retours, pour leur bien-être. Cet outil ne doit pas leur échapper. J’ai donc préféré refuser cet argent pour rester alignée sur mes valeurs. Je ne dis pas que je n’en aurai jamais besoin, mais les mécaniques de performance uniquement tournées vers le business, la finance et la rentabilité, je n'en veux pas en l’état actuel. L’amour de l’artisan est bien plus efficace. Les 114 actionnaires sont issus du monde réel, avec des valeurs de bienveillance et d’empathie, ce sont des gens qui veulent réancrer localement la richesse avec les commerces de proximité. Et je ne suis pas dans le monde de OuiOui. La preuve, ça fonctionne."

Objectif : le million d’euros de chiffre d’affaires en 2021

Ces valeurs tournées vers l’humain et ses besoins, ce développement tissé à l’écoute du client, semblent en effet réussir à Evoluflor qui compte à ce jour 17 collaborateurs dont dix CDI.
Ce financement servira le développement technologique du logiciel, qui s’intéressera peu à peu aussi au client final, ainsi qu’à l’accélération commerciale de la société qui vise la rentabilité à l’horizon 2022. La petite entreprise a séduit près de 500 clients partout en France, jusqu’en Guyane et en Guadeloupe. "Bien sûr, le Covid a accéléré une prise de conscience de la nécessité de passer à la digitalisation", reprend la dirigeante qui a vendu son magasin de fleurs à Nice fin 2019 pour pouvoir pleinement se consacrer à l’aventure Evoluflor. "Mais pourquoi se digitaliser si ce n’est pour revenir à l’humain, lui accorder plus de temps, plus de place, pour pouvoir renforcer le lien avec ses commerces de proximité ?"
Avec un résultat cumulé de 680 000 € sur trois ans, Evoluflor a enregistré une croissance de 35 % en 2020 et compte bien atteindre, si ce n’est dépasser, le million d’euros de chiffre d’affaires en 2021.

Béatrice Caula a fondé Evoluflor en 2017 pour simplifier et digitaliser le quotidien des fleuristes.
Béatrice Caula a fondé Evoluflor en 2017 pour simplifier et digitaliser le quotidien des fleuristes. — Photo : Evoluflor

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail