Marseille

Télécoms

Avenir Telecom en redressement judiciaire

Par la rédaction, le 14 janvier 2016

Placée en redressement judiciaire le 4 janvier dernier, la société marseillaise Avenir Telecom va devoit fermer les 80 boutiques Internity qui lui restent en France et se séparer de 262 salariés.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La cotation de l’action Avenir Telecom était suspendue depuis le 25 décembre dernier. L’entreprise a finalement déposé son bilan. Le Tribunal de commerce de Marseille a en effet ouvert, le 4 janvier dernier, une période d'observation de six mois et désigné un administrateur judiciaire.

"Malgré les différentes actions mises en place pour améliorer la rentabilité de son réseau Internity en France, Avenir Telecom n’a pas réussi à compenser les pertes occasionnées par l’arrêt des contrats opérateurs par la reconfiguration du marché", explique la société, qui, en 2014, avait déjà fermé 191 Internity. "Malheureusement, aujourd’hui, non seulement le réseau Internity n’est plus rentable, mais il impacte très fortement tout le Groupe et le déstabilise. Il est de notre devoir de préserver nos activités de distribution Mobiles et Accessoires."

Repositionnement et désengagement

L’entreprise, qui a vu le jour en 1989 à Marseille, a ainsi mis en place une stratégie de recentrage sur son portefeuille de marques en propre et sous licence exclusive, via un modèle de distribution multicanal. Depuis six mois Avenir Telecom a repositionné son activité sur la distribution en gros de marques sous licences exclusives (notamment des mobiles Yezz, Energizer, et des accessoires Oxo et BeeWi), tout en se désengageant de l’exploitation de ses propres points de vente.

Au cours du premier semestre de son exercice 2015-16, le chiffre d’affaires de l'entreprise a ainsi chuté de 43,3 % à 52,8 M€. En revanche, la distribution en gros de produits a, de son côté, enregistré un chiffre d’affaires de 27,1 M€, soit une progression de 36,7 % par rapport au premier semestre de l'exercice 2014-2015.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition