Services

Alpes-Maritimes : TETRIS expérimente l'innovation sociale à Grasse

Par Gaëlle Cloarec, le 22 février 2016

La SCIC TETRIS œuvre pour une transition écologique du territoire du Pays de Grasse via la recherche et l'innovation sociale.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

La communauté d'Agglomération du Pays de Grasse s'est engagée depuis 2011 dans une politique de soutien au développement de l'économie sociale et solidaire (ESS). Il faut dire qu'avec 226 établissements employeurs, 2.392 salariés, soit 11,3% de l'ensemble des salariés du secteur privé, et près de 55 M€ de salaires bruts versés, l'impact de l'ESS sur ce territoire de 23 communes s'avère significatif. L'un des points d'orgue de cette politique volontariste, la SCIC TETRIS, a été inauguré le 20 janvier dernier, chemin de la Marigarde à Grasse.




Tiers lieu dédié à l'innovation sociale
Ce tiers lieu de 1.500 m², labellisé PTCE (Pôle Territorial de Coopération Economique), regroupe huit structures dont l'association d'éducation populaire au développement durable et aux usages numériques Evaléco, les chantiers d'insertion Résines, le réseau de recyclage des déchets électroniques TEDEE, l'atelier de reconditionnement de vélos Choisir ou encore l'entreprise adaptée SES Collectes Recyclage. Toutes parient sur le décloisonnement, la transversalité et l'intelligence collective pour faire émerger et développer des activités économiques en lien avec le traitement éco-responsable du déchet, la mobilité douce et le numérique dans une démarche d'innovation sociale.




La recherche au cœur
« La particularité de cette initiative tient dans son centre de recherche appliquée placé au coeur de la dynamique et non comme un simple observateur, ce qui intéresse beaucoup la recherche universitaire. Et contribue, par ailleurs, à l'attractivité de ce territoire, véritable terre pionnière en matière d'innovation sociale », explique Geneviève Fontaine, coprésidente d'Evaléco et chargée de la recherche au sein de TETRIS. Un incubateur vient enfin compléter le lieu, accueillant déjà une poignée de projets, dont ceux portant sur le développement d'une monnaie locale, d'un procédé de filtration des huiles alimentaires usagées pour les transformer en combustible ou encore d'une école sociale du numérique à destination des jeunes issus des quartiers prioritaires de Grasse. En tout, ce sont entre 60 et 80 salariés, la plupart en insertion, qui officient sur le site, sans compter les bénévoles. « Ces derniers, avec 2.500 heures produites en 6 mois, font partie intégrante de notre business model, tout comme les entreprises mécènes », souligne Geneviève Fontaine. Toutefois, le gros des contributions devrait provenir de l'activité des structures hébergées, auxquelles s'est ajoutée, en 2015, une subvention de 50 K€ octroyée par la collectivité.



Gaëlle Cloarec

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition