Alpes-Maritimes : Alain Meinardi, ce patron citoyen

Par Gaëlle Cloarec, le 23 avril 2015

Durant 20 ans, Alain Meinardi a dirigé l'enseigne Lapeyre implantée à l'Ariane, quartier difficile niçois. Tout jeune retraité, le président de l'association "100 chances, 100 emplois" revient dans un livre paru aux éditions Gilletta sur cette étape de sa vie, "la plus difficile et paradoxalement la plus belle".
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Alain Meinardi aime les défis. Des « folies », juge-t-il a posteriori, qui ont jalonné un parcours entrepreneurial hors norme où s'entrelacent engagement personnel, réussite économique et progrès social. Le tout est raconté dans un livre, "Quartiers Sensibles. 20 ans d'entreprise en milieu difficile", paru aux éditions Gilletta. La première de ses "folies" tient dans le choix d'implanter l'enseigne Lapeyre à l'Ariane, quartier difficile, pour ne pas dire hostile, de l'est de Nice. Nous sommes en 1994, deux ans avant la création des zones franches urbaines. Pour l'entrepreneur, il ne s'agit pas de jouer les bons samaritains. La réflexion est avant tout d'ordre stratégique, ce "no firm's land" constituant, de par sa proximité des accès routiers, la position idéale pour développer son business. Certes, les débuts sont ardus : « j'avais plus de soucis de sécurité que de chiffre d'affaires ».




Livre témoignage
Mais ce fils de paysan fait face, comprenant vite que « l'avenir de l'entreprise est étroitement lié au destin du quartier ». Et de ces jeunes, auxquels il ouvre grand les portes de l'enseigne. En 23 ans, 216 jeunes de l'Ariane seront ainsi embauchés. Et sous sa coupe, le quartier change peu à peu d'identité. Bilan comptable à la main, il fait le tour des enseignes concurrentes et convainc Saint-Maclou, SFIC, Point P ou encore Balitrand de s'y installer. Le « désert » de l'Ariane se transforme alors en « un pôle d'excellence dédié à la distribution de matériels d'équipement et d'entretien de la maison », souligne-t-il, pas peu fier de ce qu'il considère comme sa seconde folie. À 64 ans, il tire sa révérence et quitte un magasin, classé dans le Top 5 du réseau Lapeyre, avec un CA annuel de 15 M€. De quoi faire mentir les Cassandre qui lui promettaient l'échec. « Cet ouvrage témoigne de l'étape la plus difficile de ma vie et, paradoxalement, la plus belle. » Et le jeune retraité, à la tête de l'association "100 Chances, 100 Emplois", d'exhorter les chefs d'entreprise à aller à la rencontre de ces jeunes dont « la soif de réussir surpasse celle d'une jeunesse embourgeoisée ». À bon entendeur...

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail