Pyrénées-Orientales

Immobilier

Vivr'Alliance va construire plus de 20 habitats partagés pour seniors d'ici 2025

Par Anthony Rey, le 13 octobre 2021

Spécialisé dans l’habitat inclusif, le groupe perpignanais Vivr’Alliance bénéficie d’un investissement de 11 millions d’euros réalisé par Amundi et la Banque des Territoires. Il va ainsi accélérer le déploiement de ses béguinages, des structures de logements collectifs dédiées aux séniors, sur le plan national.

Un béguinage construit par Vivr’Alliance à Murs, dans le Vaucluse.
Un béguinage construit par Vivr’Alliance à Murs, dans le Vaucluse. — Photo : Vivr'Alliance

Le vieillissement de la population crée de plus en plus de besoins, qui ne sont pas près de refluer. Avec une prévision de 17 millions de plus de 65 ans en France en 2030, l’accompagnement des personnes en perte partielle d’autonomie, liée à l’âge ou au handicap, devient un enjeu majeur que le groupe perpignanais Vivr’Alliance (20 salariés, CA 2020 : 6,7 M€) adresse depuis sa création en 2012. Positionné comme une entreprise à vocation sociale, spécialisée dans l’habitat inclusif, il construit des béguinages : des collectifs de 20 à 25 logements, disposant d’espaces de vie partagés, et adaptés à ce profil de résidents.

Une dimension sociale assumée

Construits sous forme d’appartements ou de maisonnettes de plain-pied, les béguinages sont des logements sociaux proposés à des loyers très modérés (de 350 à 450 euros pour un T2, de 500 à 600 euros pour un T3). Leur spécificité est qu’un tiers de la surface bâtie intègre des points de rencontre où les locataires peuvent partager des activités (bibliothèque, coin télé…) ou participer à des ateliers thématiques (nutrition, mémoire, marche…). Le suivi médical est assuré par un professionnel dans une démarche de prévention. "La dimension d’inclusion sociale au cœur de notre projet est cette volonté d’inciter nos résidents à rester actifs. Ils peuvent notamment, à travers ces ateliers, s’insérer dans le tissu associatif local. L’enjeu est de vieillir, mais en bonne santé, en gardant un sentiment d’utilité sociale", commente Christophe Baiocco, président associé du groupe Vivr’Alliance.

Un concept appelé à grandir

À son démarrage, le groupe Vivr’Alliance a bâti 8 béguinages. En s’appuyant sur une foncière (France Béguinages) cocrée en 2018 avec le gestionnaire d’actifs Amundi, il en a lancé 8 de plus, dont 4 en cours de construction. En outre, Vivr’Alliance va bénéficier de nouveaux fonds, avec un investissement de 11 millions d’euros réalisé au capital de France Béguinages par Amundi et La Banque des Territoires. Le groupe perpignanais prévoit de construire plus de 20 béguinages supplémentaires d’ici 2025, soit une capacité de logements de plus de 1 000 résidents. Parmi les zones ciblées figurent l’Aveyron, la Gascogne, la Vienne, la Saône-et-Loire, ou encore la Martinique et la Réunion.

Les béguinages ont été caractérisés pour la première fois dans un rapport remis en 2020 au gouvernement par le conseiller d’État Denis Piveteau. S’ils ne sont qu’une des modalités possibles de l’habitat inclusif, ils sont appelés à se multiplier au vu des besoins. "Nous recevons deux à trois fois plus de demandes de locations qu’il n’y a de disponibilité dans les collectifs déjà ouverts. Les béguinages sont une troisième voie entre le logement individuel et les établissements médico-sociaux, mais qui répond à un vrai besoin chez les personnes attachées au vivre-ensemble", conclut Christophe Baiocco.

Un béguinage construit par Vivr’Alliance à Murs, dans le Vaucluse.
Un béguinage construit par Vivr’Alliance à Murs, dans le Vaucluse. — Photo : Vivr'Alliance

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail