Occitanie

Industrie

Pour préserver l'emploi, les industriels d'Occitanie misent sur la mobilité interentreprises

Par Paul Falzon, le 26 octobre 2020

Alors que les plans sociaux se multiplient dans la région, l’association France Industrie Occitanie lance le dispositif Passerelles Industries. Objectif : favoriser la mobilité des salariés entre les branches qui souffrent (métallurgie, textile...) et celles qui recherchent de la main-d’œuvre qualifiée (chimie, énergie…).

Lancé en Occitanie, le dispositif Passerelles Industries vise à faciliter la mobilité entre les salariés de branches industrielles en souffrance, comme la métallurgie ou le textile, vers des secteurs qui recrutent comme l'agroalimentaire, la chimie ou le médicament (ici, un site du groupe Pierre Fabre à Soual).
Lancé en Occitanie, le dispositif Passerelles Industries vise à faciliter la mobilité entre les salariés de branches industrielles en souffrance, comme la métallurgie ou le textile, vers des secteurs qui recrutent comme l'agroalimentaire, la chimie ou le médicament (ici, un site du groupe Pierre Fabre à Soual). — Photo : Pierre Fabre

Lancé ce 26 octobre en Occitanie, le dispositif Passerelles Industries mobilise une dizaine de branches professionnelles, adhérentes à l’échelon régional de l’association France Industrie. Le but : favoriser la mobilité des salariés qualifiés entre les industries qui recrutent et celles qui perdent de l’activité.

"On connaît les difficultés du secteur aéronautique, qui pèse 100 000 emplois sur les 220 000 de la branche métallurgie en Occitanie, rappelle Bruno Bergoend, chef de file de France Industrie Occitanie. Une cinquantaine de PSE sont en cours et la crise s’annonce durable : le risque est de perdre des salariés qu’on a mis du temps à former, et qui ont des compétences utiles à d’autres branches."

Approche collaborative

Le dispositif Passerelles Industries envisage deux mécanismes déjà connus de l’industrie : le prêt de main d’œuvre entre entreprises, et l’aide au reclassement de salariés concernés par les plans sociaux. "L’originalité de notre approche réside dans une approche collaborative d’identification et d’anticipation des besoins", souligne Nicole Barollo, coordinatrice régionale pour France Industrie Occitanie et cheffe de projet Passerelles Industries. Six responsables territoriaux sont déjà en place pour animer le dispositif au plus près des zones d’emploi, et une réunion de copilotage sera organisée chaque mois.

Technicien de maintenance, électrotechnicien, ingénieurs spécialistes de la production ou de la logistique : les fonctions transverses sont les plus recherchées. Des premiers échanges sont en cours pour faire basculer une cinquantaine de salariés d’un sous-traitant aéronautique vers une filiale régionale d’EDF.

Limiter la casse

Conçu et initié en Occitanie, avec le soutien de la Région Occitanie, de la Direccte et de l’État, le dispositif Passerelles Industries est observé avec attention par d’autres fédérations de l’industrie en régions. "On ne pourra sans doute pas absorber toutes les destructions d’emplois des prochains mois, mais le dispositif doit aider à limiter la casse, pointe Bruno Bergoend. La plupart des PSE vont se conclure début 2021, il est important de déployer nos efforts dès maintenant."

Le chef de file de France Industrie Occitanie souligne que toutes les filières ne subissent pas la crise de la même façon dans la région : la chimie, l’énergie, le médicament et l’agroalimentaire sont quasiment revenus aux niveaux d’activité pré-confinement, tandis que la plasturgie, le bois, et les carrières et matériaux connaissent une reprise satisfaisante. Trois branches restent à la peine, avec un niveau d’activité inférieur à 70 % de la normale : le nautisme, le textile et naturellement la métallurgie.

Lancé en Occitanie, le dispositif Passerelles Industries vise à faciliter la mobilité entre les salariés de branches industrielles en souffrance, comme la métallurgie ou le textile, vers des secteurs qui recrutent comme l'agroalimentaire, la chimie ou le médicament (ici, un site du groupe Pierre Fabre à Soual).
Lancé en Occitanie, le dispositif Passerelles Industries vise à faciliter la mobilité entre les salariés de branches industrielles en souffrance, comme la métallurgie ou le textile, vers des secteurs qui recrutent comme l'agroalimentaire, la chimie ou le médicament (ici, un site du groupe Pierre Fabre à Soual). — Photo : Pierre Fabre

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail