Toulouse

Numérique

OpenAirlines trace la voie d'une aviation plus verte

Par Paul Falzon, le 28 juin 2021

Huit ans après le lancement de son premier logiciel d'éco-pilotage, OpenAirlines étoffe son panel de services pour réduire la consommation de carburants. La PME toulousaine vient par ailleurs de lancer une initiative mondiale, Green Pilot, pour mobiliser les professionnels autour d'une aviation plus verte. 

Alexandre Feray, PDG d'OpenAirlines.
Alexandre Feray, PDG d'OpenAirlines. — Photo : OpenAirlines

Si vous voyagez ces prochaines semaines sur Air France, il y a de fortes chances que votre avion soit équipé du logiciel d’éco-pilotage d’OpenAirlines : la compagnie française est l’un des 48 opérateurs aériens qui ont choisi d’équiper leur flotte de cette solution qui réduit la consommation de carburant. Air France figure même parmi les neuf clients gagnés par la PME toulousaine (40 salariés) depuis le déclenchement de la crise sanitaire en mars 2020. Signe que, malgré le choc de la crise sanitaire, les solutions qui permettent de réduire l’empreinte carbone de l’aviation convainquent les opérateurs d’investir. "Nous restons positifs sur la reprise, confirme Alexandre Feray, PDG fondateur d’OpenAirlines. Au sein des compagnies aériennes, l’objectif de réduction des coûts d’exploitation est encore plus fort qu’avant la crise, la pression environnementale aussi : dans certains pays, la mise en œuvre de mesures réduisant les émissions de CO2 conditionne même les aides publiques."

Hyper croissance

La crise sanitaire n’a pas été sans conséquences pour OpenAirlines, avec un exercice 2020 en recul de 28 % à 2,6 millions d’euros. Mais la PME prévoit de retrouver dès cette année le chemin de l’hyper croissance qui était le sien avant la crise. Le prochain prévisionnel atteint 3,8 millions d’euros (+46 %), déjà supérieur au chiffre d’affaires 2019 (3,6 M€). Le véritable décollage est cependant prévu pour 2022 avec l’accélération de la reprise du trafic aérien dans le monde, sur un panel de clients encore amené à s’étoffer ces prochains mois. "Nous attendons plusieurs gros contrats, confirme Alexandre Feray. Il faut rester prudent car les compagnies aériennes restent fragiles : nous avons perdu un client en situation de faillite, d’autres défaillances ne sont pas à exclure." Pour préparer cette hausse d’activité, OpenAirlines relance les embauches, avec six arrivées prévues d’ici la fin de l’année 2021, qui compenseront la poignée de départs enregistrés l’an dernier. Parmi les postes recherchés, des data scientists pour affiner encore la proposition de valeur aux clients.

Des millions d’euros d’économies

Issu d’un programme européen de recherche, le produit phare d’OpenAirlines, SkyBreathe, est un concentré de technologies numériques aujourd’hui mieux connues du grand public : big data, intelligence artificielle, et algorithmes d’analyse…

À son lancement en 2013, la solution détonne pourtant sur le marché : en quelques années, la jeune société s’impose comme un acteur majeur sur les logiciels d’éco-pilotage, jusqu’à revendiquer aujourd’hui la position de leader mondial. L’une de ses forces s’appelle MyFuelCoach, une application qui cible les pilotes en leur offrant des préconisations pour réduire leurs consommations avant le vol, et des outils d’analyse après. OpenAirlines équipe aujourd’hui 2 000 avions commerciaux, soit 10 % de la flotte en activité, avec une promesse constante, quelle que soit la génération d’avion concernée : une réduction de 2 à 5 % de la consommation de carburants. "Sachant que le fuel est le premier poste de dépenses d’une compagnie, à hauteur de 30 %, la solution permet de dégager assez rapidement un point de marge : on parle de millions d’euros d’économies, avec un retour sur investissement en quelques semaines, pointe Alexandre Feray. Nous avons adapté notre modèle aux impératifs financiers des compagnies aériennes avec un système d’abonnement, un étalement des frais liés à l’implémentation, et la proposition de commissions conditionnées aux résultats (success fees) qui indexent une partie de nos revenus aux économies de carburant effectivement réalisées." Un déploiement vers le contrôle aérien En 2018, le logiciel SkyBreathe a fait partie des premiers lauréats de la fondation Solar Impulse dans le cadre de ses 1 000 + Solutions, sur le double critère de l’efficacité écologique et de la rentabilité. En avril 2021, Bertrand Piccard a aussi accepté de parrainer l’initiative Green Pilot lancée par OpenAirlines pour fédérer les professionnels de l’aviation autour de pratiques plus respectueuses de l’environnement (lire par ailleurs). Parmi les nombreuses autres reconnaissances obtenues en huit ans, la PME toulousaine a récemment reçu le soutien de l’Ademe pour un projet de recherche élargissant l’utilisation de ses outils d’analyse aux acteurs du contrôle aérien (ATM). Objectif : mesurer l’efficacité environnementale de chaque route et développer des simulations pour concevoir des approches plus vertes. Prévu sur deux années, ce projet SkyBreathe for ATM mobilise près d’un million d’euros d’investissement dont 420 000 euros pris en charge au titre des programmes d’investissement d’avenir (PIA). Sa mise sur le marché est prévue pour 2023. "L’enjeu est notamment de favoriser le recours aux descentes continues, dites douces par opposition aux traditionnelles descentes par palier : ces trajectoires consomment moins de carburants et génèrent beaucoup moins de bruit pour les riverains. Les données analysées par l’IA doivent permettre de prouver les gains sur les émissions de CO2", détaille Alexandre Feray. Des expérimentations sont déjà lancées en Islande et à Dubaï, ainsi qu’en Île-de-France.

"Agir vite et à peu de frais"

En 2021, OpenAirlines a déjà enrichi son offre de deux nouvelles solutions. En cours de déploiement, SkyBreathe OnBoard complète le service aux pilotes par des préconisations d’optimisation en temps réel des plans de vol, y compris au sol en amont du décollage et à l’atterrissage. Ce service doit permettre d’accentuer la différenciation du logiciel d’éco-pilotage face à ses concurrents, souvent développés des grands groupes aéronautiques comme Boeing ou Rolls-Royce. "Notre force a toujours été d’être en avance sur le recours à l’IA et sur l’engagement des pilotes : offrir des préconisations en temps réel doit conforter ce positionnement en faveur de changements de comportement rapides et efficaces", souligne Alexandre Feray.

L’autre produit mis sur le marché en 2021 est le module Skybreathe APM (pour Aircraft Performance Monitoring) qui permet de mesurer la performance en vol de l'avion à partir des données provenant des "boîtes noires" de l'appareil. L'outil est destiné à optimiser la planification des vols et à identifier les causes de pertes de performance pour ensuite les corriger, dans une approche de maintenance prédictive. Sur cette nouvelle offre, un premier client a été décroché aux Etats-Unis. "Notre plateforme évolue pour couvrir tous les besoins de nos clients sur le poste carburants, résume Alexandre Feray. Ces solutions complémentaires doivent nous permettre d’aller plus loin dans la réduction des consommations." Jusqu’où pourra-t-on pousser les économies de kérosène ? S’il reste prudent, le PDG d’OpenAirlines estime qu’une baisse de 10 à 15 % paraît envisageable. "Le plus important, c’est que ces solutions permettent aux compagnies aériennes d’agir vite et à peu de frais, sans attendre de remplacer leur flotte par des appareils de génération plus moderne, poursuit Alexandre Feray. Ce que je trouve encourageant, c’est que ce discours n’est aujourd’hui plus seulement porté par les responsables en charge des carburants mais par les directions générales des opérateurs : la réduction des consommations devient l’affaire de tous, sur tous les continents."

Alexandre Feray, PDG d'OpenAirlines.
Alexandre Feray, PDG d'OpenAirlines. — Photo : OpenAirlines

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail