Toulouse

Événementiel

Miharu table sur la diversification pour mieux traverser la crise

Par Marina Angel, le 08 juillet 2022

Face à la crise, la société toulousaine Miharu qui organise des événements et de séminaires fait le choix de se projeter sur le long terme, avec une stratégie de développement et de diversification. Un pari audacieux qui porte ses fruits.

Jean-François Renac, cofondateur et directeur général de Miharu, à Toulouse.
Jean-François Renac, cofondateur et directeur général de Miharu, à Toulouse. — Photo : Gilles Vidal

Voir plus grand pour mieux enjamber la crise ! "À une gestion à court terme, extrêmement anxiogène, nous avons préféré gérer à trois ans et nous engager dans un plan de développement", explique François Renac, cofondateur et directeur général de Miharu. Spécialisée dans l’organisation d’événements et de séminaires, la société toulousaine, créée en 2003, exploite plusieurs lieux emblématiques de la vie économique locale, dont le Mas des Canelles, à Castanet-Tolosan, le Manoir du Prince et les espaces événementiels du Village By CA, à Toulouse et l’Event Center d’Airbus, à Blagnac.

Dans un contexte de crise généralisée de la filière, marqué par le manque de visibilité et des coups d’arrêts successifs, pas question de baisser les bras. À l’été 2020, la société ouvre un restaurant (bistronomique le midi et semi-gastronomique le soir) au Manoir du Prince et un restaurant éphémère (juin à septembre) au Mas des Canelles. Objectif : reconstituer du chiffre d’affaires et mobiliser les équipes pour se positionner sur de nouveaux marchés. En novembre 2021, Miharu décroche un partenariat original pour exploiter, en dehors des heures d’ouverture du marché, 10 000 m2 couverts au MIN de Toulouse. La société vient aussi d’être retenue par la SNCF pour animer un espace de 500 m2, au 1er étage de la gare Matabiau, à Toulouse.

D’autres projets sont dans les tuyaux. Après deux années difficiles, le chiffre d’affaires, en 2022, devrait repasser au-dessus des 3 millions d’euros (chiffre réalisé en 2019). Les effectifs, stabilisés autour de 18 salariés en 2021, devraient être portés à 28 dès fin 2022. L’ambition est même de doubler de taille d’ici 5 ans.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition