Gard

Santé

MedGame va créer 31 emplois pour lancer sa plateforme de formation

Par Anthony Rey, le 13 janvier 2022

Plateforme de jeux pour la formation à distance des étudiants en médecine, MedGame obtient 900 000 euros auprès de l’ARIS, qui rentre à son capital. La PME nîmoise projette 31 embauches pour appuyer le déploiement national et international de son outil.

La plateforme de MedGame devrait héberger jusqu’à 100 000 jeux conçus pour la formation.
La plateforme de MedGame devrait héberger jusqu’à 100 000 jeux conçus pour la formation. — Photo : MedGame

Fondée en 2007, la société nîmoise Fast4 (11 salariés, prévisionnel 2022 : 3 M€) sort en fanfare d’un cycle de R & D long de 4 ans : elle vient d’obtenir 900 000 euros auprès de l’Agence Régionale des Investissements Stratégiques (ARIS), créée en 2021 par la Région Occitanie, qui rentre à son capital à cette occasion. L’entreprise, spécialisée dans la recherche clinique sous contrat, a exploité sa connaissance des outils numériques et de l’intelligence artificielle (IA) pour créer MedGame, une plateforme de jeux utilisés en formation ("serious games") à destination des étudiants candidats au concours de l’internat en médecine.

L’avantage de la forme ludique

Désormais plus connue sous le nom de MedGame, l’entreprise utilisera ces fonds pour finaliser le développement de la plateforme, dont le lancement officiel est prévu en septembre. D’ici là, elle prévoit d’y installer de 50 000 à 100 000 serious games conçus en partenariat avec divers collèges de médecins. Elle travaille avec des internes en médecine, officiant dans plusieurs spécialités (rhumatologie, réanimation, etc.), qu’elle recrute en CDD pour produire ces jeux. "La formation en santé utilise déjà la 3D, mais ces solutions sont chères et longues à aboutir en phase de R & D. Nous avons préféré nous tourner vers les jeux, un format plus simple à utiliser quand il s’agit d’assimiler de gros contenus", explique Baptiste Roux, PDG de MedGame.

En l’espèce, MedGame utilise les chatbots, des agents conversationnels intelligents, qui permettent de simuler des patients virtuels de plus en plus complexes grâce à l’IA. Par exemple, dans l’un de ses derniers jeux développé dans le domaine de l’oncologie, MedGame a créé l’équivalent de 500 milliards de cas patients, que les utilisateurs peuvent explorer avec un simple smartphone. "Ils ont alors le sentiment de travailler avec un vrai patient, dans des sessions de 3 à 5 minutes seulement. Aller vite en formation à distance leur garantit aussi de passer le maximum de temps sur le terrain", fait valoir Baptiste Roux.

Un démarrage tous azimuts

Après avoir bouclé ce cycle de développement, MedGame dispose désormais d’une technologie mature. Les 900 000 euros levés vont lui permettre de renforcer ses équipes de techniciens mais surtout de lancer l’exploitation commerciale de la plateforme. Elle projette ainsi de recruter 31 personnes en deux ans. Le premier marché visé est la France, qui affiche un potentiel de 30 000 étudiants par an, mais la PME voit déjà au-delà.

MedGame développe déjà des versions de sa plateforme en anglais, allemand et espagnol, pour s’implanter sur les marchés correspondants. Elle a d’ailleurs déjà créé une filiale en Europe. À l’échelle du continent, elle vise un marché de 50 000 étudiants à court terme. Le chiffre d’affaires, d’un montant de 700 000 euros réalisé par Fast4 dans des prestations de formation BtoB pour médecins, devrait rapidement monter à 3 millions d’euros en 2022, et 6 millions en 2023. Pour absorber cette croissance, MedGame, fondée à Paris à l’origine, puis installée à Nîmes (Gard) en 2015, songe à déménager une nouvelle fois et à s’implanter à Montpellier (Hérault).

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition